Report du procès en appel au 31 janvier    Les messages de Chanegriha    Le dossier de Ali Ghediri pas encore examiné par la chambre d'accusation    Policiers révoqués durant la Décennie Noire : «Nous réclamons notre réintégration»    Les licenciés en droit réclament l'ouverture du concours au CAPA    Relaxe pour sept activistes du Hirak    Dépôt en ligne des certificats d'arrêt de travail    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    Le prix du pétrole continuera d'augmenter en 2021    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Défaite de l'Algérie face à l'Islande    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Arrestation de 2 personnes en possession de 263 700 euros en faux billets à Amizour    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    Que se passe-t-il si vous mangez 4 amandes par jour ?    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Formation professionnelle: Les ingénieurs-enseignants paralysent les instituts spécialisés    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Volleyball - Ligue de wilaya de Sidi Bel-Abbès: Sekrane Lahcene réélu à l'unanimité    LA TRITURE    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Situation politique et questions régionales au menu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'œuvre du ciseleur des mots revisitée
"Tahar Djaout ou la fable du tôlier et du poète", sous la direction de Youcef Merahi
Publié dans Liberté le 11 - 12 - 2019

Cet ouvrage collectif, paru aux éditions Tafat et réalisé sous la direction du poète et écrivain Youcef Merahi, se veut un témoignage qui réunit une vingtaine de contributeurs.
L'itinéraire du "chercheur d'étoiles" est à la fois éloquent et tragique. Et pour ce qu'est de l'élocution, celle-ci s'était burinée dès 1972 à la une du Journal des poètes de Bruxelles, lorsque Tahar Djaout (1954-1993) a "osé" son premier poème. S'agissant du tragique qui guettait l'enfant de l'antique Rusazus au bout de son itinéraire, le fiel de l'immonde bête a desséché son fruit à dire à l'instant où elle a mordu dans la succulence des dires de "L'anza des écrivains". Ne dit-on pas que "c'est au fruit que l'on reconnaît l'arbre" ?
Et pour chaque vers qu'il écrivait, le burin se frayait son chemin d'une taille douce qu'il creusait dans le sillon de l'histoire pour y sculpter le nom du "fou" au fronton du Cercle des poètes… disparus. Innocent dans l'écriture, l'enfant d'Azeffoun puis de la Casbah d'Alger avait-il le pressentiment qu'il y laissait un peu du sien à chaque fois qu'il versifiait ses mots pour dire ses "maux" ?
Innocent qu'il était, la cruauté de l'infâme secte fielleuse cotait ses vers à la bourse du mal. Mais c'était compter sans l'innocence du poète ou l'Insoumis (1970) qui troquait ses dires contre une poignée de poussière qui s'ensemençait au firmament et à mesure que l'onglette du burin se frayait son chemin dans son nom. Qu'importe qu'il soit blacklisté par la secte des assassins, Tahar Djaout se savait déjà à l'entête du tohu-bohu d'enflammés prêches à l'instant même où il avait fait son entrée au concours littéraire de la zone des tempêtes.
Prudent, "l'amsargu" (le rêveur) volait donc au-dessus "d'un système oiseleur" et dont "l'exproprié" défiait les rets et repoussait les chants des sirènes. À ce propos, l'Insulaire (1980) a légué l'épitaphe : "Si tu parles, tu meurs. Si tu tais, tu meurs. Alors, dis et meurs." D'où l'éveil d'aveux sur "Djaout en quelques souvenirs" qui a dicté l'écriture du livre ou plutôt ce cahier de souvenirs intitulé Tahar Djaout ou la fable du tôlier et du poète (éd. Tafat/Tira) qui a été écrit sous la direction du poète écrivain Youcef Merahi.
"Ceux qui se hasardent dans l'aléa de la rime n'ont que la foi de leurs vers. Autrement, le rimeur est au fait de la lueur de l'espoir qui est entourée de l'anxiété de l'opacité du brouillard. Et pour cause, au bout de la rime, il y a l'inquisition puis le bûcher", a souligné l'auteur de Moi, Oran (éd. L de Minuit 2013). "Et quand surgit la bête, le sang coule dans l'impuissance du geste, pourtant le poète n'a pas encore dit le dernier mot", a écrit le poète chroniqueur en quatrième de couverture.
Livre témoignage pour "Une amitié à hauteur d'homme", l'œuvre Tahar Djaout ou la fable du tôlier et du poète est une veillée qu'a organisée Youcef Merahi tel ce tour de table où chacun des 24 convives a évoqué à l'aide d'"Une lettre à Tahar Djaout". Poète, romancier mais aussi cinéphile, "cet être de lumière" était aussi l'invité de l'émission Télé-ciné club qu'animait Ahmed Bedjaoui autour du film Les rameaux de feux (1983) de Mohamed Ifticène, eu égard aux scènes tournée aux environs d'Oulkhou, sa matrice où ses "origines qui font le message de l'espoir".
Et à lire Tahar Djaout ou la fable du tôlier et du poète, on se surprend à en savoir un peu plus autour du poète qui a réussi "la traversée glorieuse du miroir" aux alouettes.

Louhal Nourreddine
Ouvrage collectif "Tahar Djaout ou la fable du tôlier et du poète",
sous la direction de Youcef Merahi
Ed. Tafat/Tira, 198 pages, 600 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.