Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Boukadoum prend part à la 16e réunion des ministres des AE du Dialogue 5+5    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    Ouverture de plus de 91 000 postes d'emploi en 2021    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le double langage de Rabat
Après la libération des prisonniers marocains par le front Polisario
Publié dans Liberté le 22 - 08 - 2005

De sources diplomatiques à Alger estiment que le Maroc tente d'entraîner l'Algérie sur un terrain qu'elle connaît parfaitement bien. Point de réaction officielle donc à cette volonté clairement affichée de Rabat d'éloigner, encore une fois, le règlement de la question sahraouie du cadre des nations unies.
Le Maroc s'est félicité avant-hier des appels lancés pour la relance du dialogue entre Alger et Rabat en vue d'une solution au conflit du Sahara occidental, après la libération de 404 prisonniers marocains par le Front Polisario. “Le Maroc se félicite des multiples appels lancés (...) par les partenaires de la région du Maghreb en faveur de la recherche, sous l'égide de l'Onu, d'une solution politique définitive et acceptable par toutes les parties”, a indiqué samedi dernier le ministère marocain des Affaires étrangères dans un communiqué. Rabat s'est également félicité des appels à “la relance, à cette fin, du dialogue entre l'Algérie et le Maroc”, a ajouté le ministère. La libération des prisonniers, a précisé le communiqué, “ne clôt en aucune manière le dossier humanitaire de ce différend”. “Les cas de plus de 210 disparus marocains communiqués au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) attendent d'être élucidés”, affirme le ministère en soulignant que la responsabilité de l'Algérie “demeure entière et imprescriptible”. Il faut savoir que le sénateur américain Richard Lugar, qui a supervisé la libération des prisonniers jeudi dernier, avait exhorté les deux pays à “créer un climat régional propice à un règlement de la question du Sahara occidental”. En fait, le royaume chérifien veut exploiter à son avantage la décision du front Polisario de libérer les prisonniers marocains en plaidant d'abord comme il a toujours fait l'ouverture de négociations avec l'Algérie concernant le règlement du conflit du Sahara occidental et en écartant ensuite la mise en œuvre du plan de paix lancé par les nations unies. Et l'appel du sénateur américain est venu en tout cas conforter la position de Rabat sur la question. L'Algérie, qui a toujours appelé à l'indépendance du peuple sahraoui, continue jusqu'à l'heure d'appuyer la démarche onusienne et en particulier l'organisation d'un référendum d'autodétermination. Les choses étant claires sur ce point précis, Alger ne peut réagir à chaque communiqué ou déclaration officielle du voisin que si la situation l'exige réellement.
D'autant que le dossier sahraoui semble de plus en plus bénéficier de bons préjugés au sein de certaines capitales européennes à l'exemple de Paris et de Madrid qui ont affirmé récemment “la nécessité de l'application du plan de paix onusien dans cette ancienne colonie espagnole”. Dans un message adressé samedi dernier au roi Mohammed VI, le chef de l'Etat a exprimé sa volonté que le Maroc et l'Algérie développent “des relations fraternelles et privilégiées”.
L'Algérie est “déterminée (...) à poursuivre la coopération avec le Maroc (...) et à œuvrer au développement de relations fraternelles et privilégiées entre les deux peuples et pays frères en vue de l'édification du Grand Maghreb arabe”, a déclaré le président Bouteflika.
Salim Tamani


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.