Des détenus d'opinion quittent la prison, d'autres condamnés à des amendes    Raffinerie d'Alger: mise en service des unités de production    Real : Hazard face à un choix compliqué    L'ancien chef du protocole de Bouteflika en prison    Conseils d'éthique pour l'université    Lait subventionné, la pénurie perdure    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Communiqués poussés par des vents contraires et panique chez les PPE    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Rentrée professionnelle: la nomenclature de la formation étoffée par 4 nouvelles spécialités    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Congestion routière à Alger: plus de 100 points noirs recensés    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    Adoption de la stratégie d'adaptation de la communication gouvernementale à la nouvelle situation    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Criminalité à Boumerdès : Les chiffres inquiétants de la police    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Tebboune préside un Conseil des ministres    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Time is money ?    Le 53 ème vendredi de la contestation populaire à Sétif. Un an déjà    Makri réitère le soutien du MSP    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    Il a atteint 1,9 % en janvier    Le groupe Ooredoo confirme l'expulsion de Nickolai Beckers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





échec au roi
L'Afrique du sud bouscule les espoirs du Maroc
Publié dans Liberté le 28 - 09 - 2004

Faute d'arguments diplomatiques pour contrer la position de Pretoria, le royaume fait diversion.
La “sortie” diplomatique du royaume chérifien, qui a poussé un énième coup de gueule contre l'Algérie, largement relayée du reste par la presse de Sa Majesté, n'est pas tout à fait surprenante. Elle dénote, cependant, d'une soudaine montée d'adrénaline chez nos voisins de l'Ouest qui ne supportent plus l'attachement indéfectible de l'Algérie à la légalité internationale dans le règlement du dossier du Sahara occidental. En l'occurrence, le ton du fameux mémorandum marocain adressé le 24 de ce mois au conseil de sécurité dégage un fort ressentiment vis-à-vis d'Alger, coupable d'avoir appelé un chat un chat, en estampillant expressément le conflit maroco-sahraoui de “problème de décolonisation”.
Mais cette position déjà très connue de l'Algérie ne semble pas être le vrai détonateur. Sans le souligner officiellement, les dirigeants du royaume semblent terriblement affectés par la reconnaissance de la république sahraouie par l'Afrique du Sud. Le pays de Thabo Mbeki, qui figure parmi les géants du continent, grâce à son influence, est capable à lui seul d'entraîner dans son sillage beaucoup de pays africains pour reconnaître au front Polisario son droit inaliénable à l'autodétermination. Et cette réalité, le Maroc est loin de l'ignorer compte tenu du poids géostratégique et diplomatique de l'Afrique du Sud au sein de l'union africaine, mais aussi dans le concert des nations. Mohammed VI et ses collaborateurs savent qu'ils venaient de subir un camouflet diplomatique via la position du pays de Mandela. Et pour eux, les choses sont claires : c'est Alger qui a été derrière la reconnaissance par Pretoria de la république sahraouie. D'ailleurs, la salve de dénonciations débitée par les médias marocains a ciblé prioritairement l'Algérie. Cette campagne haineuse lève le voile sur la vulnérabilité du royaume qui voit ses certitudes sérieusement bousculées devant les exigences du droit international, mais aussi des aspirations des peuples à disposer d'eux-mêmes.
Le Maroc a plus que jamais peur devant le repli et le tarissement inexorable de ses soutiens traditionnels. En effet, préoccupées beaucoup plus par la lutte mondiale contre le terrorisme, les capitales occidentales, à l'image des USA et de la France, ne semblent plus vouloir servir d'escabeau à sa Majesté dans son entreprise visant à garder par la force le territoire sahraoui. Le retournement de situation au sein du gouvernement espagnol est, à cet égard, significatif.
Le premier ministre, Zapatero, qui a tenté un temps de jouer dans la cour du roi contrairement à son prédécesseur, s'est vite rendu compte qu'il ne pouvait aller à contresens de la volonté de son peuple qui n'a jamais caché son soutien à la cause sahraouie. Et le fameux axe Rabat-Paris-Madrid n'a duré que le temps des visites des trois responsables en Algérie et au Maroc. Mieux encore, l'Espagne est en passe de rallier la France à sa thèse, désormais favorable au plan onusien de James Baker. Autant dire que la diplomatie marocaine se trouve en très mauvaise posture dans un contexte international où le conflit sahraoui n'emballe pas grand monde.
Et les ennuis du royaume ne s'arrêteront pas là. Les observateurs s'attendent à une autre grosse “mauvaise” surprise en provenance de Lagos.
Le Nigeria, dit-on, est sur le point d'emboîter le pas à l'Afrique du sud dans le cycle des reconnaissances de la république sahraouie. Et connaissant l'influence de ce pays pétrolier au sein de l'UA, avec l'Afrique du Sud et l'Algérie, il est loisible de deviner la position très inconfortable du Maroc.
C'est, en effet, une perspective qui effraye au plus haut point Rabat qui voit ses thèses battues en brèche en Afrique et au sein du conseil de sécurité.
Ce pays aura du mal à défendre le bien-fondé de sa position face une prise de conscience internationale de plus en plus accrue. Et pour dénoncer ce tableau sombre qui pointe à l'horizon, il fallait bien trouver un bouc émissaire pour noyer son chagrin. L'Algérie est bien sûr la cible privilégiée.
H. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.