Le bâtonnier violemment pris à partie par les avocats    Marches et rassemblements à Jijel    Les manifestants dénoncent les tentatives de récupération    Ça se passe ainsi, chez Ali Benhadj    Gros risques sur les banques    Des potentialités inexploitées    Rencontre algéro-française à Alger    Menaces sur l'industrie laitière    Le chef rebelle Riek Machar investi vice-président du Soudan du Sud    L'extrême droite dans le collimateur en Allemagne    Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève    L'angoisse monte en Italie    La Chine progresse dans le traitement des patients atteints du nouveau coronavirus «Covid-19»    De Yalta au monde unipolaire et à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire -1re partie-    Le Chabab, un leader bien fragile    Le Targui    À tout jamais…    Une trentaine de participantes attendues    Plus de 500 kg de kif traité saisis en 2019    Le saviez-vous… ?    Vu à El-Eulma (Sétif)    L'Algérie en quatrième position    ...sortir ...sortir ...sortir ...    "La poésie d'Anna Gréki répond à notre actualité"    Amour et oppression dans la Chine du VIIIe siècle    Un bon, devenu une brute et un truand !    Mes fausses notes    Batna: le café culturel discute l'état des lieux du théâtre d'expression amazighe en Algérie    Coronavirus: la propagation du virus inquiète l'OMS, l'Europe menacée    Secousse tellurique de magnitude 3.0 dans la wilaya de Mascara    Le Nigeria réaffirme sa position constante sur la juste cause du peuple sahraoui    Une exposition collective d'arts plastiques sur le patrimoine historique algérien à Alger    Ligue 2 : Pas de boycott de la 20e journée    Jeux Méditerranéens d'Oran 2021 : Salim Ilès fait le point    Membres de l'ancien Conseil supérieur de la jeunesse: accompagner les initiatives des jeunes pour une Algérie nouvelle    Le représentant du Front Polisario en Espagne prend officiellement ses fonctions    Filière boisson: les préoccupations des industriels passés en revue    Le Hirak boucle sa première année    Tébessa: Un mort dans une collision    Mouvements de grèves sauvages: Le ministère de l'Education met en garde    Aflou: Deux sœurs tuées par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 1: Le CRB chute encore à Biskra, l'ESS sur un nuage    Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Grande mobilisation du hirak    "C'est le peuple qui a sauvé le pays"    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    Victoire impérative des Verts    Samsung prépare sa DexBook : Transformer son smartphone en PC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dialogue interlibyen : Alger accélère les préparatifs
Une réunion ministérielle aura lieu dans la capitale algérienne
Publié dans Liberté le 23 - 01 - 2020

Le président Abdelmadjid Tebboune avait affirmé dimanche à Berlin que l'Algérie était prête à accueillir un dialogue interlibyen, dénonçant toute ingérence étrangère dans ce conflit.
Alger accueillera aujourd'hui une réunion des chefs de la diplomatie des six pays voisins de la Libye, a indiqué le ministère des Affaires étrangères (MAE) dans un communiqué. "Sur initiative de l'Algérie, une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Libye, avec la participation de la Tunisie, de l'Egypte, du Soudan, du Tchad et du Niger, se tiendra ce jeudi (aujourd'hui) à Alger", lit-on dans le communiqué du MAE.
Le Mali est aussi invité, même s'il ne partage pas de frontière avec la Libye, précise le communiqué du MAE, expliquant la présence de Bamako à cette réunion par "les retombées de la crise libyenne sur ce pays voisin". Cette réunion s'inscrit dans le cadre des "intenses efforts (menés par l'Algérie, ndlr) pour la consolidation de la coordination et la concertation entre les pays du voisinage de la Libye et les acteurs internationaux afin d'accompagner les Libyens dans la dynamisation du processus de règlement politique de la crise à travers un dialogue inclusif et de permettre à ce pays frère et voisin de sortir de la situation difficile qu'il vit et de construire un Etat des institutions où prévaudront la sécurité et la stabilité", explique le communiqué en question.
La réunion d'aujourd'hui est un prolongement de l'intervention du président de la République Abdelmadjid Tebboune lors de la Conférence internationale de Berlin sur la Libye, qui a eu lieu dimanche sur initiative de l'Allemagne et sous l'égide de l'ONU.
Le chef de l'Etat avait affirmé que l'Algérie était prête à accueillir un dialogue inter-libyen dans l'espoir de mettre fin à une guerre qui dure depuis la chute de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi, tué fin 2011, après des mois de révolte populaire réprimée par Tripoli dans le sang.
Après avoir quasiment perdu l'esprit d'initiative sur le dossier libyen, l'Algérie tente, en effet, de reprendre les choses en main et de s'affirmer, en tant que pays voisin, comme un acteur incontournable dans la gestion du processus politique en Libye, à l'arrêt depuis des années.
Alger affirme rester à équidistance entre les parties libyennes et soutenir le dialogue politique, mais l'ingérence directe ou indirecte de quelques pays voisins, ou leur laxisme face à la gravité de la crise en Libye, risque d'entraîner toute la région de l'Afrique du Nord et du Sahel dans une instabilité durable.
Les répercussions d'une telle instabilité risquent aussi d'impacter l'Europe, même si certains pays membres sont aussi coupables que l'Egypte, la Russie, la Turquie, le Qatar, les Emirats arabes unis, la Jordanie et l'Arabie Saoudite, du chaos actuel en Libye, après leur intervention contre l'ancien régime en 2011, sous la bannière de l'Otan et sous le couvert de l'"urgence humanitaire".
À noter que la réunion d'Alger intervient dans un contexte marqué par une reprise hier des raids aériens des troupes de Khalifa Haftar, qui ont ciblé de nouveau l'aéroport de Mitiga à Tripoli, poussant à l'annulation de tous les vols jusqu'à nouvel ordre. Ces raids sont le signe de l'absence d'une réelle volonté du pouvoir parallèle de l'Est libyen de renouer le dialogue politique avec le Gouvernement d'union nationale à Tripoli (GNA), internationalement reconnu.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.