Raffinerie d'Alger: mise en service des unités de production    Real : Hazard face à un choix compliqué    L'ancien chef du protocole de Bouteflika en prison    Communiqués poussés par des vents contraires et panique chez les PPE    Conseils d'éthique pour l'université    Lait subventionné, la pénurie perdure    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Un an de prison requis contre Fodil Boumala    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Rentrée professionnelle: la nomenclature de la formation étoffée par 4 nouvelles spécialités    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Congestion routière à Alger: plus de 100 points noirs recensés    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    Adoption de la stratégie d'adaptation de la communication gouvernementale à la nouvelle situation    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Criminalité à Boumerdès : Les chiffres inquiétants de la police    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Tebboune préside un Conseil des ministres    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Time is money ?    Le 53 ème vendredi de la contestation populaire à Sétif. Un an déjà    Makri réitère le soutien du MSP    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    Il a atteint 1,9 % en janvier    Le groupe Ooredoo confirme l'expulsion de Nickolai Beckers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pays voisins se réunissent à Alger
En libye
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 01 - 2020

l'initiative de l'Algérie, une réunion des pays du voisinage de la Libye, regroupera, aujourd'hui à Alger, les ministres des affaires étrangères de la Tunisie, d'égypte, du Soudan, du Tchad et du Niger, a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères (MAE).
l'initiative de l'Algérie, une réunion des pays du voisinage de la Libye, regroupera, aujourd'hui à Alger, les ministres des affaires étrangères de la Tunisie, d'égypte, du Soudan, du Tchad et du Niger, a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères (MAE).
Le communiqué ajoute que le ministre des Affaires étrangères du Mali est également convié, au regard des incidences de la crise libyenne sur ce pays. Le document du MAE souligne que cette "rencontre s'inscrit dans le cadre des efforts soutenus de l'Algérie en faveur du règlement politique pacifique du conflit libyen, à travers la concertation et la coordination avec les pays voisins de la Libye".
La déclaration finale de la Conférence internationale sur la Libye qui a réuni dimanche à Berlin onze pays, dont l'Algérie, a réaffirmé le "rôle primordial des pays voisins dans la résolution de la crise libyenne, soulignant la nécessité d'un cessez-le-feu durable dans le pays en crise". "Nous soulignons le rôle important des pays voisins dans le processus de stabilisation de la Libye", lit-on dans ce texte qui sera soumis en tant que résolution devant le Conseil de sécurité de l'Onu. L'Algérie, qui partage près de 1.000 kilomètres de frontières avec la Libye, s'est proposée dimanche à Berlin d'"accueillir un dialogue entre les frères libyens". Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a indiqué lors de la Conférence sur la Libye que l'Algérie était "prête à abriter ce dialogue escompté entre les frères libyens", rappelant par la même occasion les efforts menés par l'Algérie pour inciter les parties libyennes à adhérer au processus de dialogue, parrainé par l'Onu et accompagné par l'Union africaine (UA).
Tebboune a rappelé, dans ce cadre, l'initiative de l'Algérie en mai 2014, pour la création du Mécanisme des pays voisins de la Libye, qui a tenu sa première réunion à Alger, ainsi que les différents cycles de dialogue qu'elle a abritées depuis mars2015 entre les dirigeants des partis politiques libyens dans le cadre des processus de dialogue, supervisés par l'Onu Au delà des offices menées loin des projecteurs afin de garantir la réussite de sa démarche, l'Algérie a oeuvré intensément pour la stabilisation du cessez-le-feu, partant de son sens de solidarité à l'égard du peuple libyen frère.
La déclaration, rendue publique après quatre heures de discussions au siège de la chancellerie à Berlin,appelle "toutes les parties concernées àredoubler d'efforts pour une suspension durable des hostilités, la désescalade et un cessez-le-feu permanent". La trêve doit être accompagnée par le "repositionnement des armes lourdes, de l'artillerie et des avions afin de les regrouper dans des casernes, et mettre fin à toutes les mobilisations militaires, qu'elles soient soutenues directement, ou indirectement, par les parties au conflit, sur tout le territoire libyen et dans l'espace aérien". Pour s'assurer du respect effectif et durable de la fin des hostilités, des rencontres inter-libyennes entre représentants militaires des deux camps devraient être organisées prochainement.
Une invitationsera lancée "dans les prochains jours", a assuré Antonio Guterres, secrétaire général de l'Onu. Pour la consolidation du cessezle- feu, l'émissaire de l'Onu, Ghassan Salamé, avait appelé les deux camps rivaux à former une "Commission ilitaire" composée de dix officiers, cinq de chaque côté. Cette commission aura pour mission de définir sur le terrain les mécanismes de mise en oeuvre du cessez-le-feu. Les participants sont aussi tombés d'accord sur le strict respect de l'embargo. "Cet embargo serait plus strictement contrôlé qu'auparavant", a expliqué la chancelière lors d'une conférence de presse commune avec Antonio Guterres, et l'émissaire de l'Onu en Libye, Ghassan Salamé. L'embargo a été décrété en 2011 par l'Onu mais est largement resté lettre morte.
Les pays participant à la conférence appellent le Conseil de sécurité à "imposer les sanctions appropriées à ceux qui violent les dispositions du cessez-le-feu". Le texte prévoit "le désarmement et le démantèlement des groupes armés et desmilices en Libye, suivi par l'intégration de leurs membres dans les institutions iviles, sécuritaires et militaires" du pays. L'Onu est invitée à appuyer ce processus. Le sommet appelle en outre "toutes les parties libyennes à reprendre le processus politique global" mené sous les auspices de la Mission de l'Onu en Libye (Manul) pour parvenir à une réconciliation interlibyenne, en exigeant des pays étrangers à renoncer à toute interférence dans le conflit. La Manul prévoit une réunion interlibyenne fin janvier à Genève, pour la formation d'un gouvernement unifié qui aura pour charge de préparer des élections parlementaires et présidentielles.
Les participants soulignent l'importance de l'unification des institutions libyennes, en particulier la Banque centrale libyenne et la Compagnie nationale de pétrole (NOC), appellent toutes les parties à garantir la sécurité des installations pétrolières et soulignent leur "refus de toute tentative d'exploitation illégale des ressources énergétiques".
Le communiqué ajoute que le ministre des Affaires étrangères du Mali est également convié, au regard des incidences de la crise libyenne sur ce pays. Le document du MAE souligne que cette "rencontre s'inscrit dans le cadre des efforts soutenus de l'Algérie en faveur du règlement politique pacifique du conflit libyen, à travers la concertation et la coordination avec les pays voisins de la Libye".
La déclaration finale de la Conférence internationale sur la Libye qui a réuni dimanche à Berlin onze pays, dont l'Algérie, a réaffirmé le "rôle primordial des pays voisins dans la résolution de la crise libyenne, soulignant la nécessité d'un cessez-le-feu durable dans le pays en crise". "Nous soulignons le rôle important des pays voisins dans le processus de stabilisation de la Libye", lit-on dans ce texte qui sera soumis en tant que résolution devant le Conseil de sécurité de l'Onu. L'Algérie, qui partage près de 1.000 kilomètres de frontières avec la Libye, s'est proposée dimanche à Berlin d'"accueillir un dialogue entre les frères libyens". Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a indiqué lors de la Conférence sur la Libye que l'Algérie était "prête à abriter ce dialogue escompté entre les frères libyens", rappelant par la même occasion les efforts menés par l'Algérie pour inciter les parties libyennes à adhérer au processus de dialogue, parrainé par l'Onu et accompagné par l'Union africaine (UA).
Tebboune a rappelé, dans ce cadre, l'initiative de l'Algérie en mai 2014, pour la création du Mécanisme des pays voisins de la Libye, qui a tenu sa première réunion à Alger, ainsi que les différents cycles de dialogue qu'elle a abritées depuis mars2015 entre les dirigeants des partis politiques libyens dans le cadre des processus de dialogue, supervisés par l'Onu Au delà des offices menées loin des projecteurs afin de garantir la réussite de sa démarche, l'Algérie a oeuvré intensément pour la stabilisation du cessez-le-feu, partant de son sens de solidarité à l'égard du peuple libyen frère.
La déclaration, rendue publique après quatre heures de discussions au siège de la chancellerie à Berlin,appelle "toutes les parties concernées àredoubler d'efforts pour une suspension durable des hostilités, la désescalade et un cessez-le-feu permanent". La trêve doit être accompagnée par le "repositionnement des armes lourdes, de l'artillerie et des avions afin de les regrouper dans des casernes, et mettre fin à toutes les mobilisations militaires, qu'elles soient soutenues directement, ou indirectement, par les parties au conflit, sur tout le territoire libyen et dans l'espace aérien". Pour s'assurer du respect effectif et durable de la fin des hostilités, des rencontres inter-libyennes entre représentants militaires des deux camps devraient être organisées prochainement.
Une invitationsera lancée "dans les prochains jours", a assuré Antonio Guterres, secrétaire général de l'Onu. Pour la consolidation du cessezle- feu, l'émissaire de l'Onu, Ghassan Salamé, avait appelé les deux camps rivaux à former une "Commission ilitaire" composée de dix officiers, cinq de chaque côté. Cette commission aura pour mission de définir sur le terrain les mécanismes de mise en oeuvre du cessez-le-feu. Les participants sont aussi tombés d'accord sur le strict respect de l'embargo. "Cet embargo serait plus strictement contrôlé qu'auparavant", a expliqué la chancelière lors d'une conférence de presse commune avec Antonio Guterres, et l'émissaire de l'Onu en Libye, Ghassan Salamé. L'embargo a été décrété en 2011 par l'Onu mais est largement resté lettre morte.
Les pays participant à la conférence appellent le Conseil de sécurité à "imposer les sanctions appropriées à ceux qui violent les dispositions du cessez-le-feu". Le texte prévoit "le désarmement et le démantèlement des groupes armés et desmilices en Libye, suivi par l'intégration de leurs membres dans les institutions iviles, sécuritaires et militaires" du pays. L'Onu est invitée à appuyer ce processus. Le sommet appelle en outre "toutes les parties libyennes à reprendre le processus politique global" mené sous les auspices de la Mission de l'Onu en Libye (Manul) pour parvenir à une réconciliation interlibyenne, en exigeant des pays étrangers à renoncer à toute interférence dans le conflit. La Manul prévoit une réunion interlibyenne fin janvier à Genève, pour la formation d'un gouvernement unifié qui aura pour charge de préparer des élections parlementaires et présidentielles.
Les participants soulignent l'importance de l'unification des institutions libyennes, en particulier la Banque centrale libyenne et la Compagnie nationale de pétrole (NOC), appellent toutes les parties à garantir la sécurité des installations pétrolières et soulignent leur "refus de toute tentative d'exploitation illégale des ressources énergétiques".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.