APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Mali négocie avec Iyad Ag Ghali et Amadou Koufa
Bamako a engagé des intermédiaires depuis quatre mois
Publié dans Liberté le 26 - 01 - 2020

Les pays impliqués dans la lutte contre le terrorisme au Mali et le processus politique en cours entre Bamako et l'ex-rébellion dans le nord du pays refusent toute négociation avec les chefs terroristes Iyad Ag Ghali et Amadou Koufa.
Les autorités maliennes ont décidé depuis quelques mois d'entrer en contact avec les deux chefs terroristes maliens les plus recherchés, a reconnu pour la première fois Bamako, qui a toujours affiché son rejet de toute forme de négociation avec eux, selon une information rapportée hier par Radio France International (RFI). Le média français cite le haut représentant du président malien Ibrahim Boubakar Keïta pour le Centre, Dioncounda Traoré, qui affirme avoir mandaté des personnes pour contacter Iyad Ag Ghali et Amadou Koufa.
Ces deux chefs terroristes dirigent respectivement le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM, une coalition de cinq groupes terroristes) et Katiba Macina, majoritairement formée de combattants peuls dont est issu M. Koufa. Amadou Koufa est considéré comme un des principaux et proches lieutenants d'Iyad Ag Ghali. Avant de fonder Katiba Macina, il était au sein d'Ansar Eddine que dirigeait Ghali, cet ancien chef rebelle targui qui a versé dans le terrorisme islamiste quelques mois après l'éclatement de la rébellion targuie en 2012.
En quelques années, il est devenu le terroriste le plus recherché du Mali. Les Etats-Unis ont mis sa tête à prix pour cinq millions de dollars. Iyad Ag Ghali et Amadou Koufa sont responsables de nombreuses attaques terroristes meurtrières au Mali. Mais l'ambition d'Ag Ghali est d'étendre son influence sur l'ensemble des pays du Sahel, où il se fait aujourd'hui concurrencer par l'Etat islamique dans le Sahel et en Afrique de l'Ouest.
Ce nouveau groupe a revendiqué ces derniers mois de nombreuses attaques terroristes dans les régions situées aux frontières de trois pays : le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Selon toujours RFI, "devant l'absence de retour, le haut représentant du président pour le Centre a donc décidé, il y a quelques semaines, d'envoyer de nouveaux émissaires. Il se dit même prêt à en mandater d'autres s'il le faut".
La volonté d'ouvrir un canal de discussion avec les chefs terroristes au Mali constitue un véritable revirement dans la position du président IBK, qui a toujours affirmé son refus de négocier avec eux.
Les pays impliqués dans la lutte contre le terrorisme au Mali et le processus politique en cours, entre Bamako et l'ex-rébellion dans le nord du pays, refusent toute négociation avec les chefs terroristes Iyad Ag Ghali et Amadou Koufa.
Mais pour Dioncounda Traoré, lui-même opposé dans le passé à tout dialogue avec Ghali et Kouffa, "si aujourd'hui on peut faire l'économie même d'un seul mort, il faut tenter de dialoguer", lit-on sur RFI. À savoir maintenant si les deux chefs terroristes répondront à l'appel au dialogue du président IBK, alors qu'une partie des Maliens exige que le sang versé des victimes du terrorisme soit vengé.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.