Arkab présidera samedi la 179ème réunion de la conférence de l'OPEP    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    104 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    INSOUCIANCE ET LEGERE PRISE DE CONSCIENCE CITOYENNES : La difficile adaptation au port du masque à Tissemsilt    ADRAR : 8 ans de prison et 50 millions d'amende pour un vol à la tire    OCCUPANT LEUR HABITATION DE 52 ANS : Deux familles menacées d'expulsion à Oran    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Effondrement d'un vieil immeuble à la Casbah d'Alger    Ecoles privées: début des préinscriptions sur un litige du payement des frais scolaires    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Le Care critique les choix du gouvernement    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    La colère des américains ne baisse pas    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Idleb : nouveau théâtre d'une escalade meurtrière
Au moins 17 soldats ont été tués dans des combats entre turcs et syriens
Publié dans Liberté le 04 - 02 - 2020

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a vertement critiqué hier la Russie, lui reprochant de "ne pas honorer" les accords bilatéraux visant à empêcher une offensive d'envergure du régime dans le nord-ouest du pays.
Des combats meurtriers entre soldats turcs et armée syrienne ont fait hier au moins 17 morts dans le nord-ouest de la Syrie, faisant monter d'un cran les tensions entre Ankara et Moscou, le principal allié de Damas. Il s'agit de l'incident le plus grave entre Damas et Ankara depuis l'intervention de la Turquie dans le conflit syrien en 2016 pour combattre le groupe terroriste autoproclamé "Etat islamique" (EI) et contrer l'avancée des forces kurdes près de sa frontière.
Les confrontations directes meurtrières entre la Turquie, qui soutient des rebelles syriens, et les forces de Damas ont été très rares depuis le début de la guerre en 2011. Toujours dans le nord-ouest de la Syrie, où les forces syriennes alliées à l'armée russe combattent des forces terroristes et rebelles, 9 civils ont été tués hier dans des raids, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui n'a pas précisé qui était derrière les frappes. Les combats entre soldats syriens et turcs interviennent quelques jours après que le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé la Russie de "ne pas honorer" les accords bilatéraux visant à empêcher une offensive d'envergure du régime dans le nord-ouest du pays. L'armée syrienne, soutenue par l'aviation russe, a lancé une offensive importante sur la ville stratégique d'Idleb, une des dernières régions qui échappe encore au contrôle du gouvernement syrien.
Le ministère de la Défense a précisé que les militaires turcs visés avaient été envoyés à Idleb pour renforcer des postes d'observation turcs se trouvant dans cette région et que leur déploiement avait fait l'objet d'une coordination. Ces échanges de tirs font monter d'un cran la tension autour d'Idleb, dernier bastion dominé par des terroristes et des rebelles en Syrie. La Turquie a déployé des militaires dans plusieurs postes d'observation dans la région d'Idleb dans le cadre d'un accord conclu avec la Russie visant à faire cesser les violences. Mais les forces régulières de Bachar al-Assad, appuyées par Moscou, ont intensifié depuis plusieurs semaines leur offensive dans cette province, multipliant les bombardements meurtriers.
Ankara, qui appuie des groupes rebelles syriens, a haussé le ton ces derniers jours, allant jusqu'à critiquer la Russie avec laquelle la Turquie coopère pourtant étroitement en Syrie. "Je veux m'adresser en particulier aux autorités russes : notre interlocuteur, ce n'est pas vous, c'est le régime (syrien). N'essayez pas de nous entraver", a déclaré M. Erdogan hier. "Nous ne pouvons pas rester silencieux alors que nos soldats tombent en martyrs.
Nous allons continuer de demander des comptes", a-t-il ajouté. Le porte-parole du parti de M. Erdogan, l'AKP, a estimé que le "régime" syrien avait attaqué les soldats turcs car il se sentait "protégé par le parapluie russe". "Après cette attaque, les éléments du régime qui se trouvent dans cette région sont pour nous des cibles."



K. B./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.