Constitution : les animateurs de la campagne référendaire appellent à une forte mobilisation    Barça : Koeman lassé des questions sur Griezmann    Incident au four d'El Merk: Attar s'enquiert de l'état du champ    Libye: l'accord de cessez-le-feu salué comme une étape importante vers un règlement de la crise    Exploiter tous les supports de communication pour faire connaitre la cause sahraouie    Le révision de la Constitution ouvre "des perspectives prometteuses dans l'édification de l'Algérie nouvelle"    Commerce: une cartographie de laboratoires de contrôle de qualité avant la fin du 1e semestre 2021    Real : Luka Jovic est dans de beaux draps    Real Madrid: Zidane met les choses au clair pour son avenir !    Sahara occidental: les droits humains doivent être un élément essentiel de la Minurso    Coronavirus: 273 nouveaux cas, 170 guérisons et 9 décès    JOURNEE NATIONALE DE LA PRESSE : L'accompagnement de l'Etat réaffirmé    AMENDEMENT CONSTITUTIONNEL : L'ANIE octroie 17 accréditations à des médias étrangers    MINISTRES DES AE DU DIALOGUE 5+5 : Boukadoum prend part à la 16e réunion    VOITURES GPL : Signature d'une convention entre la SAA et l'UNIAGPL    LIGNE MARITIME DE FRET ROULANT ALGER-MARSEILLE : La 1ère traversée prévue le 2 novembre    SIDI BEL ABBES : Electrification solaire de 500 foyers isolés    TIARET : Le wali honore la presse    EDUCATION NATIONALE : Le calendrier des compositions fixé en deux phases    Incident de l'enseignante: le wali d'Oran reçoit l'institutrice Sidya Merabet    MASCARA : Trois arrestations et saisie d'hallucinogènes    «Distinguer racisme d'Etat et Etat raciste»    Ghardaia: deux morts dans un accident de la circulation au sud d'El-Menea    Amendement constitutionnel : le peuple algérien tiendra sa promesse en participant au référendum    Journée nationale de la presse: les lauréats du prix du Président de la République distingués    Examen du PLF 2021: la commission des finances reporte ses travaux à une date ultérieure    Don de sang : une baisse de 9 % durant le 1er semestre 2020    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    L'AC Milan et Tottenham de retour    Ozil écarté de la liste d'Arsenal    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Tlemcen: Les droits et libertés en question    Musulmans de France, tous coupables ?    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Général Chanegriha : "Le devoir des nationalistes est de contribuer à la réussite du référendum"    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Idleb : nouveau théâtre d'une escalade meurtrière
Au moins 17 soldats ont été tués dans des combats entre turcs et syriens
Publié dans Liberté le 04 - 02 - 2020

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a vertement critiqué hier la Russie, lui reprochant de "ne pas honorer" les accords bilatéraux visant à empêcher une offensive d'envergure du régime dans le nord-ouest du pays.
Des combats meurtriers entre soldats turcs et armée syrienne ont fait hier au moins 17 morts dans le nord-ouest de la Syrie, faisant monter d'un cran les tensions entre Ankara et Moscou, le principal allié de Damas. Il s'agit de l'incident le plus grave entre Damas et Ankara depuis l'intervention de la Turquie dans le conflit syrien en 2016 pour combattre le groupe terroriste autoproclamé "Etat islamique" (EI) et contrer l'avancée des forces kurdes près de sa frontière.
Les confrontations directes meurtrières entre la Turquie, qui soutient des rebelles syriens, et les forces de Damas ont été très rares depuis le début de la guerre en 2011. Toujours dans le nord-ouest de la Syrie, où les forces syriennes alliées à l'armée russe combattent des forces terroristes et rebelles, 9 civils ont été tués hier dans des raids, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui n'a pas précisé qui était derrière les frappes. Les combats entre soldats syriens et turcs interviennent quelques jours après que le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé la Russie de "ne pas honorer" les accords bilatéraux visant à empêcher une offensive d'envergure du régime dans le nord-ouest du pays. L'armée syrienne, soutenue par l'aviation russe, a lancé une offensive importante sur la ville stratégique d'Idleb, une des dernières régions qui échappe encore au contrôle du gouvernement syrien.
Le ministère de la Défense a précisé que les militaires turcs visés avaient été envoyés à Idleb pour renforcer des postes d'observation turcs se trouvant dans cette région et que leur déploiement avait fait l'objet d'une coordination. Ces échanges de tirs font monter d'un cran la tension autour d'Idleb, dernier bastion dominé par des terroristes et des rebelles en Syrie. La Turquie a déployé des militaires dans plusieurs postes d'observation dans la région d'Idleb dans le cadre d'un accord conclu avec la Russie visant à faire cesser les violences. Mais les forces régulières de Bachar al-Assad, appuyées par Moscou, ont intensifié depuis plusieurs semaines leur offensive dans cette province, multipliant les bombardements meurtriers.
Ankara, qui appuie des groupes rebelles syriens, a haussé le ton ces derniers jours, allant jusqu'à critiquer la Russie avec laquelle la Turquie coopère pourtant étroitement en Syrie. "Je veux m'adresser en particulier aux autorités russes : notre interlocuteur, ce n'est pas vous, c'est le régime (syrien). N'essayez pas de nous entraver", a déclaré M. Erdogan hier. "Nous ne pouvons pas rester silencieux alors que nos soldats tombent en martyrs.
Nous allons continuer de demander des comptes", a-t-il ajouté. Le porte-parole du parti de M. Erdogan, l'AKP, a estimé que le "régime" syrien avait attaqué les soldats turcs car il se sentait "protégé par le parapluie russe". "Après cette attaque, les éléments du régime qui se trouvent dans cette région sont pour nous des cibles."



K. B./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.