Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    «Papicha» ou le drame de la censure?    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ankara prévient Damas
Publié dans El Watan le 20 - 02 - 2018

L'opération a pour objectif de mettre fin à l'offensive turque contre cette enclave du nord-ouest du pays. L'armée turque, appuyée par des rebelles syriens, mène depuis un mois une offensive terrestre et aérienne contre cette zone pour en chasser les Unités de protection du peuple (YPG). Cette milice est considérée comme «terroriste» par Ankara, mais alliée des Etats-Unis dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie. «Les forces populaires vont arriver à Afrine dans les prochaines heures pour soutenir ses habitants contre l'attaque du régime turc», a indiqué Sana.
Elles vont «se joindre à la résistance contre l'agression turque», a ajouté Sana, précisant qu'il s'agit de «défendre l'unité territoriale et la souveraineté de la Syrie».
Damas a dénoncé l'«agression» d'Ankara à Afrine, région du nord-ouest de la province d'Alep et bordée par la Turquie. En visite en Jordanie, le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlüt Cavusoglu, a mis en garde un peu plus tard dans la journée contre toute intervention de forces progouvernementales syriennes aux côtés des milices kurdes à Afrine, affirmant qu'elle n'empêcherait pas Ankara d'y poursuivre son offensive.
«Si le régime entre pour protéger les YPG, personne ne pourra arrêter la Turquie ou les soldats turcs. Cela est valable pour Afrine, pour Minbej et pour l'est de l'Euphrate», a déclaré le chef de la diplomatie turque, en se référant à d'autres zones en Syrie, où les YPG sont présentes.
«Si le régime entre pour nettoyer la région du PKK/YPG, il n'y a pas de problème», a-t-il ajouté.
De son côté, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, s'est entretenu au téléphone avec son homologue russe, Vladimir Poutine, dont le pays soutient le régime syrien et contrôle l'espace aérien dans le nord de la Syrie.
Des sources présidentielles turques font état d'échanges sur les «derniers développements en Syrie, particulièrement à Afrine et Idleb». «La question de l'instauration de nouveaux postes d'observation dans la zone de désescalade d'Idleb a également été abordée», ont ajouté ces sources.
La province rebelle d'Idleb est la dernière à échapper entièrement au contrôle de Damas. Elle est actuellement contrôlée par Hayat Tahrir Al Cham, groupe djihadiste dominé par l'ex-branche locale d'Al Qaîda, ainsi que par plusieurs groupes rebelles. Lors de pourparlers à Astana (Kazakhstan) l'année dernière, la Turquie, soutien des rebelles syriens, et l'Iran et la Russie, alliés du régime, s'étaient mis d'accord sur la création de zones de «désescalade» censées contribuer à réduire les violences. Six postes d'observation turcs ont déjà été établis à Idleb en application de l'accord.
En 2012, après le retrait des forces gouvernementales de la zone, Afrine est devenue la première région kurde en Syrie à échapper au contrôle du régime de Bachar Al Assad et les autorités y ont installé une administration autonome. Mais des négociations sont en cours pour un retour potentiel des forces progouvernementales dans l'enclave.
«Des discussions ont lieu sur le plan militaire», a affirmé dimanche le coprésident du Conseil exécutif d'Afrine, Heve Moustafa. La semaine dernière, le commandant des YPG, Sipan Hamo, a déclaré que ses forces n'ont «aucun problème» avec une intervention militaire du régime syrien «pour défendre Afrine et sa frontière face à l'occupation turque». Les autorités kurdes restent vagues sur le type de déploiement qu'elles accepteraient à Afrine. Le mois dernier, Othmane Al Cheikh, l'autre coprésident du Conseil exécutif d'Afrine, a exhorté le régime de Damas à empêcher l'aviation turque de survoler le canton.
Divergences
La Turquie a déclenché le 20 janvier l'offensive pour déloger les Kurdes d'Afrine. Baptisée «Rameau d'olivier», cette opération a créé des brouilles dans les relasions entre Ankara et Washington, alliés au sein de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN). Jeudi dernier, le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, s'est entretenu à Ankara avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan, pour tenter d'apaiser la tension. Sachant que la situation pourrait s'aggraver si la Turquie avance comme promis vers Minbej, à une centaine de kilomètres à l'est d'Afrine, également contrôlée par les YPG, mais avec des militaires américains à leurs côtés.
Les Etats-Unis entendent discuter des «mesures qui peuvent être prises» face aux «inquiétudes sécuritaires légitimes» de la Turquie. Mais Ankara exige que Washington rompe avec les YPG et reprenne les armes fournies à cette milice. «Nous n'avons jamais donné d'armes lourdes aux YPG, donc il n'y en a aucune à reprendre», a rétorqué jeudi le chef de la diplomatie américaine à Beyrouth, juste avant d'arriver à Ankara. Il a auparavant prévenu que les Etats-Unis allaient «continuer à former des forces de sécurité locales», tout en veillant à ce qu'elles «ne représentent pas une menace pour les voisins».
Outre Washington et Ankara, le conflit syrien continue à susciter des tensions entre différents acteurs impliqués dans la région. Le 10 février, Israël a mené une série d'attaques aériennes en Syrie, frappant des cibles militaires syriennes mais aussi «iraniennes» et perdant un de ses avions, un F-16. Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a dit ne pas chercher l'escalade, mais a prévenu qu'il ne permettra aucun «ancrage» militaire de l'Iran à ses portes, en Syrie. L'offensive israélienne a été provoquée, selon Tel- Aviv, par l'intrusion dans son espace aérien d'un drone iranien lancé de Syrie.
L'Iran a démenti dans un communiqué toute violation de l'espace aérien israélien et qualifié les affirmations israéliennes de «ridicules». En janvier dernier, à Moscou, Netanyahu a évoqué devant le président Vladimir Poutine le danger de voir l'Iran prendre pied militairement en Syrie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.