Coronavirus : 986 cas confirmés, 83 décès enregistrés en Algérie    Real Madrid: son avenir, Modric a tranché    Décès de Kheddad: un combattant infatigable pour les droits du peuple sahraoui    Kheddad a joué un rôle fondamental dans la bataille juridique du Polisario    Biologie médicale: nécessité de création d'un réseau national de laboratoires accrédités    Benbouzid réitère "la gratitude" de l'Algérie à la Chine pour son aide face au Covid-19    Oran: fin de confinement au complexe des "Adalouses"    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Coronavirus : facilitations exceptionnelles à l'importation des matières premières nécessaires    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Vers une plus forte chute de la demande    Abdelhafid Benchebla. Boxeur algérien (91 kg) : «Mon rêve : décrocher une médaille aux JO et passer en professionnel»    Condoléances    La suspension prolongée jusqu'au 19 avril    "La reprise du Calcio ? Il est trop tôt pour prédire quoi que ce soit"    CSC : Les blessés se remettent sur pied    JS Kabylie : Solidarité avec le personnel médical    Les stations d'essence prises d'assaut à Alger    Vers un nouvel ordre mondial    Appel à la libération des détenus d'opinion    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    Tébessa: Les panneaux publicitaires dans l'anarchie    Les f et les e 5, la theorie du 100e singe    LA FORCE DES LOBBYS    Tlemcen: «Il n'y aura pas de pénurie de fruits et légumes»    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    El Kala: Un mandataire de poissons se fait subtiliser 32 millions de cts    Le temps à l'émergence des start-up ?    Rafael Gómez, le dernier survivant de ces Espagnols qui ont libéré Paris    Vous ne détruirez pas notre maison pour construire la vôtre !    Prolongation de la suspension des vols jusqu'à nouvel ordre    L'ambassade de Chine en Algérie réagit    "Il y a quelques malades qui, symptomatiquement, sont bien"    Le Conseil de sécurité prévoit un briefing sur le Sahara occidental en avril    TRIBUNAL DE SIDI MHAMED : Abdelghani Hamel condamné à 15 ans de prison    UN DECRET A ETE SIGNE HIER : Le président Tebboune gracie 5037 détenus    MON PAYS TIENDRA LE COUP BON GRE, MAL GRE.    GM et Ford contraints de produire des respirateurs    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À tout jamais…
122e partie
Publié dans Liberté le 16 - 02 - 2020

Résumé : Fathma est rentrée après que Kamélia l'eut appelée pour la mettre au courant. Elle est heureuse et soulagée que Tewfik ne leur ait rien fait. Kamélia lui apprend aussi qu'Idir était venu. Cela surprend Fathma qui connaît bien les sentiments de la belle-famille. En fait, ces derniers tentent d'expliquer à Idir pourquoi ils n'ont pas renoué avec eux. Ils lui conseillent de se tenir loin de sa famille pour son bien. Contre toute attente, Idir les déçoit en leur disant que sa place est auprès de sa famille.
-Ma parole, tu as la mémoire courte, s'écrie Sadjia. Comment peux-tu envisager de partir vivre avec eux ? Si son ex est libéré, par malheur, il te le fera payer. Pour lui, elle est à lui. Il trouvera toujours le moyen de sortir de prison.
-Pas cette fois, affirme Idir. Il s'en est pris à plusieurs personnes. Il finira sa vie en prison, y mourra peut-être. Franchement, vous n'avez plus à vous en faire. Il n'est plus un danger. On va enfin connaître la paix.
-Ce serait trop beau. Moi, je ne me fais plus aucune illusion quant à votre mariage. Même s'il reste en prison, vous ne serez jamais heureux. Après tout ce que vous avez subi, plus rien ne sera comme avant. Tout vous ramènera à ces jours dramatiques. Je sais que toute vérité n'est pas bonne à entendre. Excuse-nous d'être si durs, mais tu ne nous laisses pas le choix. Idir pousse un soupir exaspéré. Ce ne seront ni les avertissements ni les prières de ces parents qui l'arrêteront. Si Kamélia accepte qu'il revienne parmi eux, il sera le plus heureux des hommes. Il patientera qu'elle se soit remise de ses frayeurs pour aborder le sujet. Une fois qu'il est seul dans sa chambre, il l'appelle mais elle ne décroche pas. Il lui envoie des messages auxquels elle ne répond pas. Il voudrait l'accompagner au commissariat. Il ne peut pas s'y rendre sans aide. Il n'ira pas loin avec son déambulateur. Il doit se faire une raison et attendre d'aller mieux pour être plus présent dans la vie de sa famille. Il ne supporte pas le fait de dépendre des autres. Il ne veut être un poids pour personne. Kamélia a besoin de quelqu'un sur qui compter. Le cœur serré, il doit se résoudre à patienter le temps de bien se remettre. Il appelle Nawel pour prendre de ses nouvelles.
-Ça va mieux ?
-J'irais mieux lorsque Kamélia se sera calmée, dit-elle. J'espère qu'un jour elle comprendra et qu'elle me pardonnera d'avoir été faible. Je reconnais qu'elle a raison. Il aurait pu me tuer, puis s'en prendre à eux.
-Ceci n'est pas arrivé. Arrêtez de penser à un scénario catastrophique alors qu'il est derrière les barreaux. Le cauchemar est fini. Kamélia ne peut pas t'en vouloir indéfiniment. Laissons-lui du temps. Si tu la vois demain, quand tu iras faire ta déposition, je t'en prie appelle-moi pour me donner des nouvelles.
-C'est promis.
Le lendemain matin, Nawel se rend au commissariat. Elle fait sa déposition et porte plainte. Elle ne rentre pas tout de suite. Elle attend dehors et espère voir Kamélia, mais celle-ci tarde à venir. Au bout de deux heures d'attente, elle finit par l'appeler, mais Kamélia refuse son appel. Elle doit se faire à l'idée qu'elle a tiré un trait sur leur amitié.
À quelques kilomètres de là, Kamélia finit de se préparer. Elle a passé une mauvaise nuit. Fathma garde Adem qui avait moins de fièvre depuis la veille. Elle a préparé un bon petit-déjeuner, mais Kamélia n'y touche pas. Elle n'a aucune envie. Le taxi arrive et elle les embrasse.
-J'essaie de faire vite, promet-elle avant de partir. Je t'appelle dès que j'ai fini de déposer et de m'assurer que ma plainte a bien été enregistrée.
-Tout se passera bien inchallah.
-Inchallah yemma.
Au commissariat, elle fait sa déposition et porte plainte. Alors qu'elle s'apprête à quitter les lieux, elle croise Dalia. Celle-ci lui sourit et s'arrête à sa hauteur.
-Bonjour, lui dit-elle. Je suis heureuse et soulagée que la police soit intervenue à temps. J'avais tremblé à l'idée qu'il puisse vous faire du mal. Il nous a tellement fait souffrir.
-Il s'en est aussi pris à vous ? Quand ? Pourquoi ?
-J'ai honte de le dire, mais c'est mon mari, lui confie Dalia. C'est un malade. Un obsédé. J'espère qu'il ne sortira plus de prison. Pour le bien de tout le monde.
-Je l'espère aussi, murmure Kamélia. J'imagine le cauchemar que vous deviez vivre chaque jour à ses côtés.

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.