Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Extension du confinement partiel à toutes les wilaya et rallongement des horaires pour neuf autres wilayas à compter de dimanche    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    ORAN : Deux secteurs seulement pourvoyeurs d'emplois    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    MOSTAGANEM : L'Association Salsabil intensifie ses actions envers les établissements de santé    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    80 nouveaux cas confirmés et 25 nouveaux décès en Algérie    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    JM d'Oran: vers l'organisation d'un maximum de manifestations sportives pour tester les infrastructures    Covid-19: des aides financières au profit des artistes dont les activités sont suspendues    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    L'Unep mobilise les entreprises publiques    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Premier prototype de respirateur artificiel 100% algérien    Douanes : entrée en vigueur des mesures exceptionnelles    Boudouaou : Distribution défaillante du lait en sachet    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Wilaya de Tizi Ouzou : Les actions citoyennes solidaires se multiplient    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FFS : menace sur la cohésion du parti
Le ministère de l'Intérieur ne reconnaît aucune partie
Publié dans Liberté le 16 - 02 - 2020

Alors que des militants du FFS ont cru que la crise que traversait leur parti était résolue, un communiqué du comité ad hoc, chargé de réconcilier les parties en conflit, a tout remis à plat. Malgré les apparences, le travail de conciliation entamé depuis plusieurs mois par le comité ad hoc, ne serait-ce que pour pouvoir tenir une réunion du Conseil national, semble être une œuvre incertaine.
De réunions en contacts, le groupe composé de toutes les parties en conflit ne parvient pas à recoller les morceaux. Selon une source de la direction du parti, si les 4 membres de l'instance présidentielle, Ali Laskri, Mohand-Amokrane Chérifi, Sofiane Chouikh et Brahim Meziani, parviennent à renouer les fils du dialogue, les autres responsables n'arrivent pas à s'entendre sur le minimum.
Les proches d'Ali Laskri accusent ouvertement le premier secrétaire désigné par l'autre groupe mené par Hayet Tayeti (officiellement radiée par l'équipe de Laskri), à savoir Belkacem Benameur, de "prendre en otage" le siège du parti. "Belkacem Benameur ne veut rien entendre. Il a mis ‘des baltaguis' pour surveiller le siège. Il nous est donc impossible d'aller vers l'affrontement", indique un haut responsable du parti, contacté hier. Nos tentatives de joindre Belkacem Benameur n'ont pas abouti. Ce dernier n'a pas répondu à nos appels.
Si Belkacem Benameur détient les clés du siège du parti, l'équipe d'Ali Laskri, elle, a le cachet et les bureaux de la fédération d'Alger. "Les parties campent sur leurs positions. Elles ont pris le parti en otage", accuse un cadre de la fédération de Béjaïa.
Ce dernier renvoie dos à dos les deux clans. Il va plus loin en accusant une "bonne partie de l'encadrement du parti de refuser une solution" car ces cadres "ne sont intéressés que par leur carrière". La preuve ? "Tout le monde est déjà dans les élections législatives anticipées", accuse-t-il. Résultat des courses : le FFS ne parvient même pas à réunir son conseil national. Ce qui rend impossible de prévoir, dans l'immédiat, la tenue d'un congrès qui devra au moins régler la question du leadership.
Cette situation de blocage se répercute même sur la situation juridique du parti. Selon des cadres, le ministère de l'Intérieur refuse désormais de traiter avec l'une des deux parties en conflit. "Le parti n'a pas d'existence légale", se désole un député. Ce dernier craint même que cette situation pousse les autorités à exercer un chantage lui permettant de rallier le FFS à sa cause. Certains craignent, d'ailleurs, que ce climat délétère ne pousse une partie de la direction du parti à accepter l'offre de dialogue de l'actuel pouvoir.
Autre signe qui en dit long sur l'émiettement de la décision au sein du FFS : Belkacem Benameur a désigné, l'été dernier, Ahcen Mansouri chef du groupe parlementaire du parti. Mais pour l'heure, "aucune réunion" ne s'est tenue entre les députés du parti. Autant dire qu'au FFS, aucune institution n'est épargnée par les dissensions.



Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.