OL : Rudi Garcia calme le jeu pour Benzema    Programmes AADL en difficulté à l'Est : Les VRD traînent et les raccordements en attente à Guelma    Alejandro Gomez n'est plus un joueur de Bergame    Milan AC : Ibrahimovic a présenté ses excuses    Cafouillage paralysant    L'automobile tente une "reprise" sur une pente raide    Intouchable Bouteflika jusqu'à quand?    L'ambassadrice de Turquie rend visite au Soir d'Algérie    L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    L'engagement de Rolls-Royce    Les ambitions ailées de General Motors    Rappel et excuses de Mercedes    La justice turque émet 90 mandats d'arrêt    Confrontations entre agriculteurs et policiers    Le RND émet quelques réserves    Le ministre des Moudjahidine hospitalisé en Espagne    La directrice des médias limogée    La coupe de la Ligue remplace la coupe d'Algérie    Première défaite du MCA et du MCO    Belmadi inspecte le stade Mustapha-Tchaker de Blida    Le mystère des actionnaires    Le juge menace de "quitter son corps"    24 heures antigonflette : chaque boisson a ses qualités    Les croissants    Racines grasses et tiges sèches, deux fois plus d'entretien !    À TRAVERS    Axxam nnegh diffusée sur la chaîne YouTube du TNA    Hafila Tassir doublement primée    Le projet présenté demain à Agouni Gueghrane    Décès du moudjahid Mohamed Guentari    Lecteur d'Apulée de Madaure    Autoroutes à étages et relance du système de régulation du trafic : Des projets réalisables ou simple effet d'annonce    Mouloudia d'Alger : El Mouaden libéré, Ibara en stand-by    Budget des communes à Bouira : La moitié des PCD pour les zones d'ombre    Sidi Naâmane : Une maison historique menace ruine    Mort d'un Algérien en Belgique: Les curieux dérapages de la presse belge    Djerad somme les Douanes à faire plus contre la corruption    LE BOUT DU FIL    Selon une étude menée par Sonelgaz- Covid-19 : le tabagisme, un important facteur de risque    La clé de tous les soucis    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    "Les Douanes doivent contribuer à la lutte contre la corruption"    "On voit le bateau couler et on ne fait rien"    L'Etat attaché à la moralisation de l'action politique    "Une dérobade historiquement indigne"    Charfi répond aux «petits» partis    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FFS : la réconciliation compromise ?
Un membre de l'instance présidentielle appelle au Congrès
Publié dans Liberté le 18 - 01 - 2020

La solution à la crise que vit le FFS depuis plusieurs mois s'éloigne. Alors qu'un comité de médiation, appelé comité ad hoc, a convié à la tenue prochaine d'une session d'un conseil national unificateur, des membres de l'instance présidentielle sortent de leur silence et contestent cette option. Dans une lettre rendue publique jeudi, Sofiane Chouikh, membre de l'instance présidentielle du FFS, appelle à la tenue rapide d'un congrès du parti pour mettre fin à la crise de leadership que connaît son parti.
"(…) Tenir un conseil national au siège national, en l'état actuel, n'est que risque supplémentaire d'affrontements fratricides aux conséquences graves", a tranché le responsable, un opposant à Ali Laskri. S'il estime que cette rencontre est "impossible" dans les conditions actuelles, Sofiane Chouikh appelle à la tenue d'un congrès ordinaire dans les plus brefs délais pour l'élection d'une nouvelle instance.
Avant cela, il demande à ses camarades de l'instance présidentielle de démissionner pour provoquer le déclic et refaire donc le congrès de 2013. "(…) J'appelle les camarades, membres de l'instance présidentielle, à une démission collective, dont je ferai partie, pour tenir ce congrès et permettre ainsi aux militants d'élire une nouvelle instance, car il y va de l'intérêt de notre parti et de celui du pays", écrit Sofiane Chouikh.
Depuis l'été dernier, le FFS est, en effet, géré par deux parties. La première, drivée par Ali Laskri et Brahim Meziani et surtout Mohand-Amokrane Chérifi, membres de l'instance présidentielle, a installé Hakim Belacel comme premier secrétaire national.
Mais ce groupe est interdit d'entrer au siège national du parti. L'autre groupe est mené par Hayet Teyati et Sofiane Chouikh, deux autres membres de l'instance présidentielle. Ils ont nommé, avec l'aide d'une bonne partie des membres du conseil national, Belkacem Benameur, premier secrétaire national.
Ce dernier reproche notamment à l'autre groupe de faire partie du Pacte de l'alternative démocratique. "(…) La décision d'arrimer le FFS sous la chapelle du ‘Pacte de l'alternative démocratique', loin d'être dans la droite ligne des traditions du parti, qui refuse que les jeux d'appareils soient idéologiques ou ethniques de nature à rajouter de la confusion et à mettre le FFS en marge de ses positions originelles", écrit Sofiane Chouikh. Devant cette situation, un groupe de militants a entrepris une mission de médiation.
Un groupe ad hoc a été constitué pour organiser une session du conseil national. Le comité, composé de membres issus des deux belligérants, a même proposé la date du 15 février pour la tenue de cette rencontre du conseil national, censée fixer la date du prochain congrès. Si le travail de médiation se poursuit officiellement, des cadres du FFS travaillent en coulisses sur un autre chapitre.
Ainsi, on apprend que Hayet Teyati, membre de l'instance présidentielle, veut ester en justice Ali Laskri dans le but de récupérer le cachet du parti, que l'ancien député de Boumerdès garde chez lui. Un geste qui aggravera encore davantage la crise qui secoue ce parti qui n'arrive pas à tenir son congrès depuis 2018. Certains soupçonnent la responsable de vouloir utiliser le cachet lors des prochaines échéances électorales.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.