Man City : Sterling aurait également pris sa décision    Gouvernement-walis: un cadre de concertation pour améliorer la gestion des collectivités locales    Appel à consacrer davantage d'études historiques au parcours du cheikh Larbi Tébessi    Un fichier du produit national fin prêt dans six mois    Les anciens walis de Skikda, Mohamed Bouderbali et Faouzi Benhassine, placés en détention provisoire    Gouvernement-Walis: concrétiser la nouvelle feuille de route pour la relance de l'investissement et le développement local    Slimani dans l'équipe type de France Football    Appel à l'ouverture d'un dialogue entre syndicats et ministère de l'Education nationale    L'Algérie s'emploie "activement" à trouver une solution à la crise libyenne    LOGEMENT : Vers l'unification du Fichier national    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers la création prochaine de 7 pôles d'excellence    AIR ALGERIE : Grève sans préavis du personnel naviguant    CORONAVIRUS : Les Algériens rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    BECHAR : Saisie de plus de 2708 comprimés de psychotropes    BATNA : Deux éléments de soutien aux terroristes appréhendés    Karim Younes: un Médiateur de la République pour veiller au respect des droits des citoyens    Enquête : après Anis, son épouse    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 18ème journée    Nouveaux tirs de roquettes près de l'ambassade américaine à Bagdad    Les discussions entre Doha et Riyadh «suspendues»    Le club des magistrats algériens rend hommage au peuple    D'importantes décisions attendues    Marche et rassemblement hier à Tizi Ouzou    Les Canaris décidés à reprendre la seconde place !    Le Targui    À tout jamais…    Mahour Bacha précise    Le derby de toutes les souffrances !    Foncier économique : nécessité d'un cadre juridique global pour l'octroi des assiettes    L'Algérie après Bouteflika vue par Benjamin Stora    Grandes déceptions après l'annonce du nouveau gouvernement    Le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Les éleveurs qui ratent cette vaccination se mettront face au risque    Les 2 300 recalés obtiennent gain de cause    Alors que les affaires de contrebande connaissent une légère baisse, les crimes et délits en hausse    Les résidents dénoncent un promoteur immobilier    L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    31 civils tués par la coalition saoudienne au Yémen    ACTUCULT    Vent divin de Merzak Allouache : un discours sur la vie, l'amour, la mort et le djihad armé    "Tighremt", premier quotidien national en langue amazighe    La crème des humoristes africains sur la scène de Cotonou    Maâzouz Bouadjadj et Abderrahmane El-Koubi honorés au TNA    Vive les vieux ! Tahya la gérontocratie !    Brèves    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FFS : la réconciliation compromise ?
Un membre de l'instance présidentielle appelle au Congrès
Publié dans Liberté le 18 - 01 - 2020

La solution à la crise que vit le FFS depuis plusieurs mois s'éloigne. Alors qu'un comité de médiation, appelé comité ad hoc, a convié à la tenue prochaine d'une session d'un conseil national unificateur, des membres de l'instance présidentielle sortent de leur silence et contestent cette option. Dans une lettre rendue publique jeudi, Sofiane Chouikh, membre de l'instance présidentielle du FFS, appelle à la tenue rapide d'un congrès du parti pour mettre fin à la crise de leadership que connaît son parti.
"(…) Tenir un conseil national au siège national, en l'état actuel, n'est que risque supplémentaire d'affrontements fratricides aux conséquences graves", a tranché le responsable, un opposant à Ali Laskri. S'il estime que cette rencontre est "impossible" dans les conditions actuelles, Sofiane Chouikh appelle à la tenue d'un congrès ordinaire dans les plus brefs délais pour l'élection d'une nouvelle instance.
Avant cela, il demande à ses camarades de l'instance présidentielle de démissionner pour provoquer le déclic et refaire donc le congrès de 2013. "(…) J'appelle les camarades, membres de l'instance présidentielle, à une démission collective, dont je ferai partie, pour tenir ce congrès et permettre ainsi aux militants d'élire une nouvelle instance, car il y va de l'intérêt de notre parti et de celui du pays", écrit Sofiane Chouikh.
Depuis l'été dernier, le FFS est, en effet, géré par deux parties. La première, drivée par Ali Laskri et Brahim Meziani et surtout Mohand-Amokrane Chérifi, membres de l'instance présidentielle, a installé Hakim Belacel comme premier secrétaire national.
Mais ce groupe est interdit d'entrer au siège national du parti. L'autre groupe est mené par Hayet Teyati et Sofiane Chouikh, deux autres membres de l'instance présidentielle. Ils ont nommé, avec l'aide d'une bonne partie des membres du conseil national, Belkacem Benameur, premier secrétaire national.
Ce dernier reproche notamment à l'autre groupe de faire partie du Pacte de l'alternative démocratique. "(…) La décision d'arrimer le FFS sous la chapelle du ‘Pacte de l'alternative démocratique', loin d'être dans la droite ligne des traditions du parti, qui refuse que les jeux d'appareils soient idéologiques ou ethniques de nature à rajouter de la confusion et à mettre le FFS en marge de ses positions originelles", écrit Sofiane Chouikh. Devant cette situation, un groupe de militants a entrepris une mission de médiation.
Un groupe ad hoc a été constitué pour organiser une session du conseil national. Le comité, composé de membres issus des deux belligérants, a même proposé la date du 15 février pour la tenue de cette rencontre du conseil national, censée fixer la date du prochain congrès. Si le travail de médiation se poursuit officiellement, des cadres du FFS travaillent en coulisses sur un autre chapitre.
Ainsi, on apprend que Hayet Teyati, membre de l'instance présidentielle, veut ester en justice Ali Laskri dans le but de récupérer le cachet du parti, que l'ancien député de Boumerdès garde chez lui. Un geste qui aggravera encore davantage la crise qui secoue ce parti qui n'arrive pas à tenir son congrès depuis 2018. Certains soupçonnent la responsable de vouloir utiliser le cachet lors des prochaines échéances électorales.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.