Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le communiqué du Premier ministère    104 nouveaux cas et 9 décès    86% des Algériens sont inquiets    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Mellal veut éviter la surenchère    "Je suis optimiste pour la reprise des compétitions"    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Les élus fustigent l'exécutif    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    "ADN" de la Franco-Algérienne Maïwenn parmi les 56 films retenus    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    L'épreuve    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Vers un intérimaire à la tête du MPA    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tebboune précise sa démarche
Révision de la constitution
Publié dans Liberté le 17 - 02 - 2020

Tout en confirmant que la première mouture de la proposition des autorités sera remise incessamment à "tout le monde" pour débat, le président de la République a révélé que les autorités laisseront "un mois" de débat à la classe politique pour que "chacun puisse donner son avis".
À quelques jours de la célébration du premier anniversaire du hirak populaire, Abdelmadjid Tebboune rappelle, une nouvelle fois, que sa seule réponse à donner aux contestations populaires est la révision "sans limite" de l'actuelle Constitution. Lorsqu'il a ouvert, hier matin, au Palais des nations de Club-des-Pins à Alger, les travaux de la réunion gouvernement-walis, le chef de l'Etat a donné l'impression de faire de nouvelles concessions.
Evoquant une réunion avec Ahmed Laraba, le coordinateur du panel de juristes chargés d'élaborer la mouture de la révision constitutionnelle, Abdelmadjid Tebboune a indiqué "insister sur le fait qu'il n'existe aucune restriction (dans la révision de la Constitution, NDLR), hormis ce qui a trait à l'unité nationale et à l'identité nationale".
Tout en confirmant que la première mouture de la proposition des autorités sera remise incessamment à "tout le monde" pour débat, Abdelmadjid Tebboune a révélé que les autorités laisseront "un mois" de débats à la classe politique pour que "chacun puisse donner son avis". "Tout un chacun est en droit d'émettre un avis, négatif ou positif" sur la proposition des autorités, mais "nous allons prendre une décision rationnelle", a-t-il prédit, tout en insistant sur la nécessité de doter le pays d'une "Constitution consensuelle".
Pour confirmer qu'il est "attentif" à toutes les propositions, Abdelmadjid Tebboune a annoncé qu'une "Cour constitutionnelle" pourra voir le jour à l'issue de la révision de la Constitution. Cette institution, qui sera la plus haute juridiction du pays, "sera indépendante comme l'est l'Autorité des élections" et "permettra de rétablir chacun dans son droit" en réglant, notamment, "les litiges institutionnels".
Elle sera un atout supplémentaire "en plus du Conseil constitutionnel", a-t-il ajouté. Plus globalement, Abdelmadjid Tebboune estime que la prochaine révision de la Constitution "consacrera la séparation des pouvoirs pour définir les missions de chacun. Cela nous permettra de rompre avec les anciennes pratiques et les dérapages de l'autocratie". Le chef de l'Etat a affiché, dans la foulée, son souhait de "bâtir ensemble une démocratie réelle et solide, non conjoncturelle et pas sur mesure.
Nous empruntons progressivement cette voie". Outre la Constitution, Abdelmadjid Tebboune a rappelé que les autorités vont "réviser en profondeur" la loi électorale pour "séparer l'argent de la politique" et "construire une nouvelle classe politique". Avant de parvenir à ces projets, le chef de l'Etat a rappelé les vertus du combat "du hirak béni".
"Il y a de cela une année, les citoyens et citoyennes sont sortis dans un hirak béni pacifique, sous la protection de l'Armée nationale populaire (ANP), digne héritière de l'Armée de libération nationale (ALN), pour revendiquer le changement et rejeter, pacifiquement, l'aventure qui a failli conduire à l'effondrement de l'Etat national et de ses piliers pour retomber dans la tragédie vécue lors des années 90", a-t-il rappelé.
Mais comme à son habitude, le président de la République a évité de se prononcer sur la poursuite du mouvement populaire après son élection en décembre dernier. Pour lui, "cet élan populaire" a permis aux Algériens de "choisir" un président de la République "dans des élections propres et transparentes".

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.