Nouvelle fonction pour le Général-major Kaidi    1.000 kits de dépistage rapide "prochainement" confectionnés    La Banque d'Algérie annonce une série de "mesures exceptionnelles"    L'Algérie cherche à acheter 500.000 lunettes de protection et 995.000 blouses médicales    20 nouveaux décès et 45 autres ca s confirmés    La Ligue 1 française trouve une formule pour la baisse des salaires    Liverpool : Klopp avait baissé les bras pour Coutinho    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    PSG : La condition de la femme d'Icardi    Le président du CNDH fait don d'un mois de son salaire    Le général Kaidi nommé à la tête du DEP    COMMUNICATION : Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    LA SPECULATION ET LA FRAUDE : Rezig annonce la radiation des commerçants coupables    MESURES PREVENTIVES CONTRE LECOVID-19 : Les visites dans les maisons de retraite interdites    45 nouveaux cas confirmés et 20 nouveaux décès en Algérie    Report des examens d'attestation de niveau    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Les écoles privées aux abonnés absents    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    Le président du RAJ condamné à un an de prison    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La femme, une icône du pacifisme de la révolution
ELLE A DONNE DE L'ELAN au soulèvement du 22 février
Publié dans Liberté le 20 - 02 - 2020

La révolution du sourire du 22 février 2019 a offert un terrain où la femme a joué son plein rôle. Dès le départ, jeunes et vieilles femmes, issues de divers milieux, ont rejoint le hirak pour exiger le départ du système. Aussi symbolique que cela puisse paraître, la marche du jeudi 8 mars 2019, qui coïncidait avec le 3e vendredi du hirak, que la femme devait consacrer au combat pour ses droits, a été dédié aux revendications que portait le peuple algérien. Ce sacrifice s'était inscrit en droite ligne de ce que le peuple attendait de ce mouvement que le pouvoir n'a jamais vu venir.
Et si les revendications sectorielles et catégorielles étaient mises de côté pour ne pas dévier le Hirak de ses idéaux, la femme a, elle aussi, gagné sa place dans les marches à travers le pays. Seules, en famille ou en groupe, les femmes ont fait face aux cordons de sécurité brisant le mur de la peur. Le dérapage que certains amateurs et politicards prévoyaient entre les forces de l'ordre et les manifestants s'était vite dissipé dans le sens où la femme aura joué un rôle prépondérant en bravant l'interdit, mais en évitant toute violence. Impressionnés par la présence en force et en continu de la femme, les services de sécurité ont eu droit à une démonstration contraire à ce que certains milieux attendaient.
Pour cause, malgré les tentatives d'intimidation, les arrestations, les mises en détention préventive, la femme s'est imposée comme un acteur à part entière dans le Hirak. Mieux, elle a, à sa manière, bousculé les codes et cassé les tabous. Et si le Hirak a impressionné le monde entier par son caractère pacifique, il est clair que l'image qu'a donnée la femme algérienne durant ce mouvement populaire a changé la donne au double plan national international. Anciennes combattantes, activistes, militantes politiques, artistes, journalistes, femmes au foyer, avocates ou encore étudiantes, les femmes se sont véritablement investies dans un processus contre la résignation, le défaitisme, le mépris et le déni vécu par le peuple sous le règne de ce système autoritaire.
En scandant les mêmes slogans, en subissant les mêmes chefs d'inculpation devant la justice que l'homme, la femme a marqué de son empreinte la révolution du sourire. N'en déplaise à ceux qui réduisent son combat à la seule abrogation du code de la famille, la femme a démontré encore une fois son adhésion totale aux aspirations du peuple en mouvement. Car, au demeurant, la femme algérienne n'a pas attendu ce moment crucial et décisif pour l'avenir de la République pour sortir dans la rue et crier sa colère. Elle a de tout temps donné l'élan à toutes les révolutions. Louisette Ighilahriz, Zohra Bitat-Drif et l'icône Djamila Bouhired sont passées par là.



FARID BELGACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.