Le procès de Karim Tabou reporté au 16 novembre prochain, la demande de levée du contrôle judiciaire refusée    Report du procès de l'ancien ministre décédé Moussa Benhamadi    Barça : La démission du conseil d'administration attendue à 19h    Une troisième voie au FFS    Le hub de Tam fait jaser    Des citoyens ferment la voie de la Grande poste    L'ONU lance le Forum du dialogue politique libyen    Macron, Erdogan, Djaballah et la rue arabe    Des rappelés de la décennie noire manifestent à Lakhdaria    Davies out pour huit semaines    Comment quatre jeunes ont ressuscité un village    Les Directions de l'environnement de wilaya organisent des opérations de reboisement    Actucult    Quand Magda Romi bégaie    En Syrie, un château des croisés tente de retrouver son lustre d'antan    Au moins 16 morts en Côte d'Ivoire...    Les souscripteurs protestent    Les pertes estimées à environ 3 millions de dollars par jour    Zetchi salue le choix des joueurs expatriés et le rôle des parents    Les dates de l'AGO et de l'AGE fixées    Zelfani a lancé dans le bain ses jeunes recrues    Le revers de la médaille    La presse nationale relève la forte mobilisation des animateurs de la campagne référendaire    "Les jours à venir seront plus difficiles à gérer"    Nouvelle alerte    Insuffisance de moyens dans les établissements scolaires    Salah Lebdioui nommé ambassadeur d'Algérie en Suisse    Entrée en vigueur du traité interdisant les armes nucléaires    trois manifestants tués en Guinée    Le gouvernement technocrate est-il la bonne solution ?    Le Sila aura bien lieu !    "Un écrivain doit s'inscrire dans des combats"    Oran : Coup d'envoi du Salon Batiwest    Mohamed Messaoudene. Porteur de projet d'agriculture bio : «Mon objectif est de promouvoir les produits agricoles locaux»    Commerces de la friperie à Constantine : Un rush qui traduit une triste réalité    6 grands bienfaits de consommer des fruits et des légumes tous les jours    Sidi Chahmi et Hassi Ben Okba: Plus de 3 milliards pour des projets dans les zones d'ombre    Qu'est-ce qu'un « Hirak » qui n'a pour objectif que le « Hirak» ?    Traité virtuel    Ligue 1 - Mercato: Entre les espérances et la réalité du terrain    MC El Eulma: CSA - SSPA, un conflit dévastateur !    Mascara: Des promesses pour les porteurs de projets    La vente de produits pyrotechniques revient    Abdelmadjid Chikhi: Alger et Paris peuvent «avancer» sur les questions mémorielles    Tiaret: Exhumation des restes des corps de six martyrs    Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 19e jours de la campagne référendaire    Le conseil de la Choura de l'UMA: l'accord du cessez-le-feu en Libye, un indicateur encourageant    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un 53e vendredi grandiose à Alger
Malgré les barrages filtrants et les interpellations policières
Publié dans Liberté le 21 - 02 - 2020

A la veille de la date du 22 février, marquant l'an «I» du hirak, de très nombreux citoyens ont afflué de différentes régions du pays, pour participer au 53e vendredi de marche contre le système, bravant ainsi les barrages filtrants et les contraintes d'accès à la capitale.
Par dizaines de milliers, les algériens ont ainsi investi les différents boulevards, places et ruelles du centre d'Alger, pour crier haut et fort combien leur détermination est grande pour un changement politique profond et radical.
En effet, dès 10h30, les manifestants étaient déjà des milliers à investir la rue Didouche Mourad et à scander "on n'est pas sorti pour faire la fête, mais plutôt pour faire tomber le système", comme pour répliquer à la décision du Président Tebboune de décréter le 22 février "journée nationale de fraternité et de la cohésion peuple-armée pour la démocratie".
Pendant ce temps, la police avait déjà procédé à quelques arrestations, essentiellement des militants politiques et des droits de l'homme en provenance d'autres wilayas, à l'exemple de Tizi Ouzou.
Peu avant midi, le comité national pour la libération des détenus (CNLD) avait recensé au moins onze manifestants, dont quatre arrêtés du côté du Square Port Saïd, emmenés au commissariat d'Oued Koriche, mais aussitôt relâchés.
Ce qui n'est pas le cas des quatre jeunes manifestants en provenance de Draâ Ben-khedda, dans la wilaya de Tizi Ouzou, arrêtés à Bachdjerrah, dans la banlieue sud-est d'Alger, ou alors des trois autres manifestants interpellés à Bab El-Oued, selon toujours le CNLD.

Mais au milieu d'après-midi, le dispositif policier déployé au centre d'Alger, a été écrasé par les vagues humaines en provenance notamment de Belouizdad et 1er Mai, la Casbah et Bab El Oued. Le centre d'Alger vibrait sous les slogans «Etat civil et non militaire», «Algérie libre et démocratique», «on a dit que la bande mafieuse doit partir»… alors que des figures du hirak, à l'exemple de Nour El Houda Oggadi, venue de Tlemcen, et Samira Messouci, venue de Bouira, réclamaient la libération du reste des détenus d'opinion. Le portrait de Karim Tabbou, en détention préventive depuis septembre 2019, était largement brandi par les manifestants.
A 17h passées, le centre d'Alger était encore noir de monde, et les manifestants se donnaient rendez-vous pour demain samedi, promettant d'être encore plus nombreux.
Rédaction Web


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.