PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Détermination à toute épreuve
La mobilisation citoyenne se poursuit à Oran
Publié dans Liberté le 07 - 03 - 2020

Rien ne semble freiner leur ardeur. Ni la répression et encore moins les décisions de justice n'ont pu atténuer la ferveur des hirakistes.
Indépendance de la justice, légitimité du pouvoir, primauté du civil sur le militaire ou encore la libération des détenus d'opinion, le 55e vendredi de la contestation populaire a passé en revue les principales revendications de la rue à Oran. Avec une météo capricieuse, ils étaient quelques centaines à battre le pavé pour un deuxième vendredi sous la menace du nouveau coronavirus, pour dénoncer le système en place : "Gouloulhoum ijibou corona, izidou taâoune..." (Ni le corona ni la peste ne nous font peur), a repris la foule pour signifier sa volonté d'aller de l'avant dans son combat.
Une lutte qui passe pertinemment par l'indépendance de la justice comme le répètent si souvent les hirakistes : "Goulou l'Tebboune âadala mliha, goulou l'Tebboune baraa taâ riha" (Dites à Tebboune que la justice a du bon), allusion sarcastique au procès de son fils. "Winek winek ya âadala" (Où est la justice ?), "Âadala horra moustaqilla" (Justice libre et indépendante), a également scandé une foule qui continuait à se mobiliser.
"Samôou, samôou ya ness, dawla madania, machi âaskaria" (Oyez oyez citoyens, Etat civil et non militaire), ont encore scandé les manifestants, appelant au départ du pouvoir "Goulna îssaba trouh, ya hna ya ntouma… ntouma" (On a appelé au départ de la bande, ou c'est nous ou c'est eux, ce seront eux !), "Dawha ouled lahram, yasqot nidham" (Ils ont pillé le pays, les salauds, à bas le système). La justice, elle aussi, n'a pas été épargnée lors de cette marche.
Les slogans dénonçant son parti pris et sa dépendance à l'Exécutif ont souvent été scandés. Les manifestants ont également rappelé leur détermination et leur mobilisation jusqu'à l'indépendance. "Maranach habssine" (On ne va pas s'arrêter), "Hna wled Amirouche, marche arrière manwalouch" (Nous sommes les enfants d'Amirouche, le retrait nous ne connaissons pas). Les détenus d'opinion n'ont pas été oubliés, hier, puisque la rue a exigé leur élargissement.
"Libérez les otages", alors que des portraits de Tabbou et de Yasmine Si Hadj Mohand, la Franco-Algérienne arrêtée lors de la marche du 53e vendredi à Alger, ont été brandis. Par ailleurs, des étendards à l'effigie de certains chouhada (Ahmed Zabana, Ali La Pointe, Hamou Boutlélis…) ont flotté au gré du vent, aux côtés d'autres emblèmes de couleur jaune qui dénoncent le recours au gaz de schiste.

Saïd OUSSAD


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.