Détournement de foncier agricole: 15 ans de prison requis contre Hamel    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    SOMMET DES PARLEMENTS : L'importance d'une coopération mutuellement bénéfique    ALGERIE TELECOM : Reconduction des dispositifs jusqu'à "la fin du confinement"    Les forces d'occupation marocaines tirent sur des Sahraouis de l'autre côté du mur de la honte    Position du Lesotho sur le Sahara occidental, nouveau revers diplomatique pour Rabat    Coronavirus: 107 nouveaux cas, 151 guérisons et 6 décès durant les dernières 24h    Covid-19 : la feuille de route de sortie du confinement sera élaborée selon les recommandations de l'autorité sanitaire    Le président Tebboune s'entretient au téléphone avec Macron    NON-RESPECT DE LA DISTANCIATION PHYSIQUE : 1093 infractions enregistrées en mai    La réouverture de certains commerces relève des prérogatives du Premier ministre    Accidents de la Route : 9 morts et 137 blessés durant les dernières 24 heures    Viandes blanches: près de 29.000 qx commercialisés durant le ramadhan    Electricité et gaz: recours à l'estimation automatique dans la facturation de la consommation    Décès de la Moudjahid Akila Abdelmoumène: l'ONM exprime sa peine et son regret    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    Foot-Covid19: Damerdji relève la "complexité" d'un retour à la compétition    Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) : De nouvelles consignes pour les voyages en avion    La CPI appelée à enquêter sur les démolitions des maisons palestiniennes par Israël    Reprise des compétitions : Khaldi la conditionne par la levée totale du confinement    Brèves    Coupes africaines Interclubs : Les finales en août ou septembre    Oran: coup d'envoi du colloque international virtuel sur "La Société et la Pandémie"    Concours de composition épistolaire 2020 : Dix élèves lauréats distingués    Le sentiment africain de Mounia Lazali    Selon Soufiane Djilali: Tebboune s'est engagé à libérer Tabou et Benlarbi    Tlemcen: «Les pluies du printemps ont sauvé nos champs»    AS Khroub: Victime d'instabilité !    RETOUR AUX SOURCES    De la mentalité «clando» !    Une sœur de Hamid Ferhi s'en remet à Tebboune    25 000 participants au forum virtuel    Moins d'immigrants algériens au Canada en 2020    Les habitants d'Aït Yahia Moussa dans l'inquiétude    4 décès et 106 nouveaux cas positifs en trois jours    Vu à Idlib (Syrie)    L'épreuve    L'infrangible lien…    "Je ne veux pas être un adjoint"    Pas aussi évident pour le grand RDV de Palexpo    Le pari fou du géant allemand Volkswagen    "L'électro est le langage de la résistance"    "Ma misère affective était à l'origine de mon combat contre les injustices"    Ce que risquent les contrevenants    Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah    Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Une prise en charge psychologique post-confinement est impérative"
Khedidja Mokeddem, chercheure permanente au CRASC
Publié dans Liberté le 28 - 03 - 2020

Liberté : Des mesures de confinement ont été décidées pour lutter contre le Covid-19. Quelles pourraient être les conséquences d'une mise en quarantaine prolongée sur l'état psychologique des personnes ?
Dr Khedidja Mokeddem : Les mesures de confinement imposées aux Algériens peuvent avoir des effets indésirables sur leur santé mentale. Déjà, au début de cette mesure, je commençais à recevoir des appels téléphoniques d'amis se plaignant de l'ennui, particulièrement les enfants. Une adolescente m'a déclaré en ces termes : "Rani hassa saddite fe dar" (J'ai l'impression de rouiller, ndlr).
D'autres ont noté que depuis cette mise en quarantaine leur rythme de sommeil a changé et qu'ils n'arrivent plus à dormir avant 3h du matin (insomnie). Certains sont anxieux parce qu'ils ne savent pas quand tout cela va se terminer. Nous avons observé une irritabilité depuis cette mesure d'enfermement et constaté que le sentiment de peur de la contamination renforce les comportements obsessionnels. Une détresse psychologique due à la réduction des liens sociaux.
Un groupe de chercheurs britanniques qui a analysé des confinements à l'occasion de précédentes épidémies (Sras, grippe H1N1, Ebola depuis 2014) a observé des symptômes de stress post-traumatique (stress, irritabilité, dépression)...
Je ne pense pas qu'en mettant en œuvre cette mesure de confinement nos dirigeants ont pris en considération les risques psychologiques sur la santé mentale du citoyen. Cela dit, il s'agit d'une mesure qui a été prise dans l'urgence, car la pandémie est survenue subitement et progresse d'une façon brutale, et le confinement constitue le seul moyen d'y faire face.
Comment peut-on lutter contre les effets d'un trop long confinement sur la santé mentale ?
Comment réduire les effets psychologiques du confinement ? Il faut souligner que nous menons une lutte à laquelle nous ne sommes pas préparés. Nous sommes face à une situation aussi inédite que soudaine qui contraint à des décisions urgentes, dont l'enfermement chez soi. L'Etat doit faire face aux besoins des hôpitaux et des structures de santé afin de réduire les dégâts de la pandémie. Alors, je ne pense pas qu'il se souciera de lutter contre les risques psychologiques d'une telle mesure et, dans ce cas, chacun doit compter sur soi-même pour imaginer les moyens de limiter les inconvénients psychologiques induits par le confinement. Les médias doivent également soutenir la population, et il ne faut pas oublier nos ressources culturelles qui peuvent être d'un grand apport dans de telles conditions (religion, liens de solidarité…).
Peut-on imaginer des mécanismes pour accompagner les personnes en état de confinement, notamment celle qui souffrent déjà de fragilité psychologique ?
Les mécanismes que l'on peut imaginer se situent à un niveau informel et ne relèvent pas d'une action institutionnelle collective en raison de la quarantaine imposée par la gravité de la pandémie, c'est-à-dire que de telles personnes (fragiles, ndlr) ne peuvent être soutenues que par les proches. C'est là qu'intervient le rôle des médias dans la sensibilisation pour maintenir les liens sociaux.
Doit-on préparer dès à présent une prise en charge psychologique post-confinement ?
Je crois qu'il est, en effet, impératif de penser à une prise en charge psychologique post-confinement si on veut préserver la vie émotionnelle de la société et si on ne veut pas produire une autre épidémie sous-jacente touchant la psyché des Algériens, car des citoyens en bonne santé mentale sont le moteur de tout développement social et humain.



Propos recueillis par : samir Ould ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.