Fédération française : Thiriez n'est pas d'accord pour Benzema    Un avant-projet en question    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    Les jeunes sont les plus touchés: Forte hausse du taux de chômage en Algérie    Un détachement de navires de guerre russes accoste au port d'Alger    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    La future loi, le sexe et l'âge    Handball - Mondial 2021 : Algérie-France, aujourd'hui à 18h00: Les Verts pour un sursaut d'orgueil    Bir El Djir: Des aménagement en prévision des JM 2022    JSM Béjaïa: La feuille de route en application    Une voiture dérape, un mort et deux blessés    Vaccination contre la Covid-19: Les objections du président de la Forem    Oran: Un carambolage impliquant 19 véhicules sur le 4eme périphérique    2,382 millions de km2 attendent l'amour et le travail du citoyen    Tiaret: Un film en hommage au comédien Hamza Feghouli    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Prise en charge de toutes les revendications des fonctionnaires du secteur    249 nouveaux cas, 186 guérisons et 3 décès    Grandes manoeuvres et sourde bataille    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    Instruction aux walis    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Qui bloque la réouverture de l'activité ?    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    Brahim Laâlami reste en prison    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





N'ASSUME SES MISSIONS Aïcha Zinaï claque la porte du cndh
ELLE CONSIDÈRE QUE L'INSTITUTION
Publié dans Liberté le 30 - 03 - 2020

Aïcha Zinaï, membre du Conseil national des droits de l'homme (CNDH) et membre de la commission de la femme, de l'enfant et des personnes vulnérables, a annoncé son retrait définitif du CNDH, en expliquant son action par sa conviction que "cette institution, dans son état actuel, n'est pas en mesure de s'acquitter de ses prérogatives et ses missions constitutionnelles".
"J'annonce aujourd'hui, avec regret et tristesse, mais avec une grande détermination, ma décision de me retirer définitivement de l'institution nationale des droits de l'homme, qui porte officiellement le nom de Conseil national des droits de l'homme, après avoir été promu en un organe constitutionnel basé sur les articles 198 et 199 de la Constitution", a-t-elle indiqué dans un post publié sur le réseau social facebook. Cette démission
a certainement un lien avec la dernière prise de position publique du CNDH, celle relative au procès de Karim Tabbou.
Elle a rappelé que "ces institutions existent dans la plupart des pays du monde et sont considérées comme les principaux piliers de la protection et de la promotion des droits de l'homme sur la base de la coordination entre l'Etat et le système international des droits de l'homme et conformément aux conventions internationales et régionales auxquelles il adhère". Cependant, a-t-elle précisé, "mon retrait vient de ma conviction totale, après une résistance vigoureuse, que cette institution, dans sa configuration actuelle, ne sera pas en mesure d'exercer ses pouvoirs et fonctions qui lui sont assignés par la Constitution et la loi qui la régit". Et d'ajouter que "cette institution est, depuis des années, et reste sous le contrôle de l'administration, dont les principales fonctions ne doivent pas dépasser le contrôle de sa gestion administrative et financière".
"Cela a lieu aussi au moment où le mouvement populaire du pays s'est élevé contre les pratiques contraires à l'Etat de droit", a-t-elle fait remarquer, avant de lancer un appel au président de la République à revoir la conception et la structure de cette institution en fonction de ses "efforts" visant à établir un Etat de droit.


A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.