Tribunal de Sidi M'hamed: 18 ans de prison pour Ali Haddad, 12 ans pour Ouyahia et Sellal    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Casnos: Une campagne d'information sur la nouvelle plate-forme électronique    Coronavirus: Les deux prochaines semaines seront cruciales pour Sétif    La tablette et les diplômés chômeurs    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    La FAF s'est fixé une date butoir    Le verdict du procès des trois activistes de Béjaïa renvoyé au 8 juillet    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Le marché informel des télés offshore    Les explications de Météo Algérie    Le pétrole progresse,    Les hôpitaux sont à nouveau sous pression    Pourquoi la population ne respecte pas les mesures barrières ?    L'université pilier de l'économie du savoir ?    L'épreuve    L'infrangible lien...    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    Répression contre l'opposition à Hong Kong    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    58e anniversaire de l'Indépendance: le Président Tebboune décrète une grâce présidentielle au profit de détenus    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont source de tension dans la région    Le président de la République décide de réserver un quota de logements supplémentaire de 450 unités à Tindouf    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    SONATRACH ET ENI : Signature de trois accords gaziers    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    DECLARATION DU 1ER NOVEMBRE : Goudjil appelle à une interprétation plus approfondie    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Kia se maintient en tête    L'extravagance toujours au menu    Le ciné-club virtuel qui crève les écrans    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    AGEX du GS pétrolier : Reportée au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Schengen ouvre ses frontières pour les Algériens    FAF: Qui succédera à Kheireddine Zetchi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'éditeur dénonce une "censure politique"
Maghreb émergent et Radio M bloqués
Publié dans Liberté le 11 - 04 - 2020

"Confrontés à plusieurs aléas durant les années Bouteflika, entravant leur développement, les deux sites le resteront dans l'Algérie nouvelle", ironise El-Kadi Ihsane, directeur pôle éditorial à Interfaces médias, société éditrice des deux sites.
Temps durs pour la presse. Quelques jours seulement après l'incarcération d'une figure émergente du journalisme algérien, en l'occurrence, Khaled Drareni, et la condamnation ou le placement sous contrôle judiciaire d'autres journalistes, voilà que deux sites d'information en ligne, Maghrebemergent.info et Radiom.info se voient bloqués par les autorités. Depuis jeudi, en fin d'après-midi, ces deux sites, en effet, dont le premier, leader de l'information économique en Algérie, lancé en 2010, et le second lié à la première web-radio lancée en 2013, sont accessibles uniquement par VPN.
Si aucune source officielle ne s'est encore exprimée sur la question, l'éditeur, en revanche, dénonce une "censure politique". "Les vérifications d'usage avec l'hébergeur et les tests locaux sont convergents. Il s'agit d'une censure politique comme celle qu'ont subies nos confrères de TSA en 2017, en 2019 et 2020", dénonce l'éditeur dans un communiqué rendu public. "Leur blocage, aujourd'hui, correspond à la pire séquence de répression de la liberté de la presse qu'aura connue l'Algérie depuis les assassinats de journalistes dans les années 90", s'insurge-t-il.
"Confrontés à plusieurs aléas durant les années Bouteflika, entravant leur développement (non reconnaissance de statut, interdiction de carte de presse et de publicité, répression), les deux sites le resteront dans "l'Algérie nouvelle", ironise El-Kadi Ihsane, directeur pôle éditorial à Interfaces médias, société éditrice des deux sites, dans une allusion à la nouvelle gouvernance post-élections de décembre dernier. Mais, malgré cette "censure", il promet qu'ils ne vont pas abdiquer.
"La tentative de les réduire au silence est vaine. Nous continuerons à pratiquer notre métier : informer en toute indépendance. Nous continuerons à le faire en particulier dans ce contexte de lutte contre la pandémie de Covid-19 où nous avons déployé des efforts supplémentaires pour rendre plus lisible et plus intelligible l'évolution de la crise sanitaire. Radio M est déjà au cœur d'un réseau de solidarité citoyenne et participe à sa coordination par l'ouverture de son antenne aux auditeurs et acteurs civiques de notre pays. La censure n'aura pas raison de notre engagement professionnel et citoyen par ce temps de doute", assure l'éditeur.
Il appelle, dans ce cadre, les autorités à "revoir leur copie". "Une autre voie que celle, anachronique, de combattre les médias électroniques doit s'ouvrir rapidement. Nous exhortons le gouvernement algérien à l'examiner. Le ministre de la Communication s'est publiquement félicité, il y a quelques semaines du sens de la raison d'un éditorialiste reconnu de Radiom.info appelant à la suspension du hirak pour cause d'urgence sanitaire.
Ce sens de la raison est exactement le même qui appelle aujourd'hui à suspendre l'offensive répressive contre le journalisme indépendant, la presse et les médias électroniques en particulier", estime le texte. L'éditeur se dit enfin disposé à participer à l'élaboration des solutions pour le développement d'une presse de qualité.
"Ce sont (les deux sites, ndlr) des partenaires sérieux à des gouvernances sérieuses. La décision aventureuse de les bloquer ne peut rien enfanter de bon pour personne. Nous serons là demain et après-demain pour en témoigner", conclut le texte.
Ce blocage, après d'autres sites dans un passé assez récent, intervient quelques semaines seulement après l'appel du Premier ministre Abdelaziz Djerad au ministre de la communication, Amar Belhimer, l'exhortant à engager les procédures et modalités pratiques et réglementaires en vue de concrétiser "dans les meilleurs délais" la décision du président de la République relative à la régularisation de la situation juridique des journaux électroniques domiciliés en Algérie.
Etant parmi les rares à couvrir le hirak, les deux sites où exerce également Khaled Drareni, se sont distingués dans le paysage médiatique national par leur ouverture aux voix de l'opposition et à nombre de figures émergentes du mouvement populaire. La radio web a même traité des sujets tabous, comme la question des disparus, et ouvert son antenne à des voix très critiques envers le régime.

Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.