Covid-19: le ministère de l'Agriculture distingue les ingénieurs agronomes    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un hirakiste oranais condamné à un an de prison ferme
Jugé le 19 avril passé en l'absence d'avocats
Publié dans Liberté le 02 - 05 - 2020

Ilyès Bahlat, hirakiste d'Oran âgé de 35 ans, a été condamné le 19 avril dernier à une année de prison ferme avec mandat de dépôt, à l'issue d'un procès en comparution immédiate qui s'est tenu au tribunal correctionnel de Aïn Turk, à l'insu de ses proches et de son avocate, Me Fadhila Mghaïzro.
L'homme était poursuivi pour le chef d'accusation d'exposition au regard du public de documents de nature à nuire à l'intérêt national (art. 96 du code pénal), en l'occurrence pour avoir partagé sur sa page facebook "Oran avant tout", un enregistrement vidéo portant sur les passagers d'un navire en provenance de Marseille mis en confinement au complexe des Andalouses en mars dernier.
Selon l'auteure du post résidant à Aïn Turk, Imène M., certains voyageurs avaient réussi à déjouer la surveillance des services de sécurité pour éviter la mise en quarantaine et rentrer chez eux. La jeune femme, qui s'est rétractée dans une seconde vidéo, n'en a pas moins été interpellée le 2 avril et présentée devant la justice pour répondre de l'accusation prévue par l'article 96, mais aussi pour outrage et violences à fonctionnaires de l'Etat (art. 144).
Imène, qui a été laissée en liberté, devait être jugée en citation directe le 14 avril, mais en raison des mesures de prévention prises par le ministère de la Justice depuis l'apparition du coronavirus, son procès a été reporté. Ilyès
Bahlat, quant à lui, a été convoqué par la gendarmerie d'Oran à deux reprises, une semaine avant d'être traduit devant la justice, selon ses proches. "Il a été jugé et condamné sans la présence de la défense… Quand je lui ai rendu visite à la prison, il m'a dit qu'il avait été pris dans un tourbillon, qu'il ne savait pas comment réagir…
C'est un homme simple, plombier de son état, qui n'est pas au fait des procédures judiciaires…", a déclaré Me Fadhila Mghaïzro, avocate d'Ilyès, en s'insurgeant contre les "circonstances anormales" qui ont conduit son client à être condamné sans que ses proches n'aient été mis au courant.
"Après l'appel inquiet de sa sœur (Ilyès n'avait plus donné signe de vie après une troisième convocation de la gendarmerie le 19 avril, ndlr), je me suis rendue au tribunal de Cité Djamel, ensuite à celui de Aïn Turk. C'est là que j'ai appris qu'il avait été jugé sans avocat et condamné à une année de prison avec mise sous écrou", a relaté l'avocate qui a interjeté appel de cette condamnation le 21 avril.
La sœur d'Ilyès a confirmé que son frère avait été entendu par la gendarmerie à deux reprises avant ce jour fatidique du 19 avril. "Il n'était pas inquiet lorsqu'il a répondu à la troisième convocation. Il m'a dit que ce n'était rien de grave, et puis, il n'a plus donné signe de vie.
C'est à ce moment-là que j'ai alerté Me Mghaïzro", a-t-elle indiqué, jeudi, encore sous le choc. La nouvelle de la condamnation d'Ilyès Bahlat dans ces circonstances opaques a suscité une vague d'indignation à la fois chez les hirakistes et chez des avocats du collectif de la défense du Hirak, qui ont dénoncé "un procès en catimini" en s'engageant à représenter Ilyès en appel.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.