PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le hirak à l'épreuve des interpellations
PRÈS DE 70 MILITANTS ARRÊTES ET 17 EMPRISONNES DEPUIS DEBUT AVRIL
Publié dans Liberté le 12 - 05 - 2020

Depuis la mise en branle des dispositions de prévention contre le coronavirus, dont l'interdiction des rassemblements publics et l'instauration du couvre-feu, les interpellations et les convocations d'activistes et d'animateurs du hirak par les différents services de sécurité se multiplient.
Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), qui suit de près l'évolution de la situation des détenus et rend compte quotidiennement des interpellations et poursuites judiciaires engagées contre les hirakistes, a recensé 17 activistes condamnés à la prison depuis début avril et que près de 70 personnes ont été convoquées ou interpellées par les services de sécurité à travers plusieurs wilayas du pays.
Cette vague d'interpellations et de convocations, souvent pour des publications sur les réseaux sociaux, conjuguée au report des procès des détenus politiques et d'opinion a convaincu les hirakistes de tous bords de la volonté du pouvoir de casser le formidable mouvement de contestation né le 22 février 2019. Et si la majorité s'interdit toujours les manifestations pour ne pas contribuer à la propagation du coronavirus, des citoyens ulcérés ont brisé l'interdit et porté leur colère dans la rue.
Ainsi, à Tizi Gheniff et Tigzirt, deux communes de la wilaya de Tizi Ouzou, quelques centaines de personnes ont organisé des rassemblements pour apporter leur soutien à des hirakistes convoqués par la police et dénoncer ce qui est qualifié d'acharnement contre les activistes du hirak en reprenant quelques-uns des slogans chers au mouvement de contestation populaire.
À Feraoun, wilaya de Béjaïa, le collectif des citoyens de la commune appelle à une marche aujourd'hui pour exiger, notamment, la libération de tous les détenus d'opinion du mouvement du 22 février et l'arrêt de la répression et des arrestations arbitraires, selon un communiqué diffusé hier. Beaucoup d'avocats ont également dénoncé la convocation effrénée de hirakistes et les actions judiciaires engagées contre eux pour des publications sur facebook : "Si les citoyens pouvaient s'exprimer sur les médias, ils ne publieraient pas sur les réseaux sociaux", a expliqué Me Nabila Smaïn, avocate de Tizi Ouzou, dans un enregistrement vidéo, tandis que Me Ahmed Mebrek, du barreau d'Oran, rappelle que "la liberté d'expression est un droit garanti par la Constitution".
Coronavirus oblige, Internet et les réseaux demeurent, cependant, l'espace de lutte que les hirakistes ont investi pour poursuivre la lutte pour "un Etat de droit, fondé sur le respect des libertés et la justice sociale" et, naturellement, pour dénoncer la vague d'interpellations qui cible les acteurs du mouvement de contestation. Depuis l'intensification des convocations, les hirakistes-internautes ont densifié leurs efforts autour de la libération des détenus d'opinion et l'arrêt du harcèlement.
La semaine passée, notamment, de bruiteuses campagnes ont été organisées à travers Facebook et Twitter. Mardi 5 mai au soir, l'opération #Free_the_detainess (libérez les détenus) était inaugurée sur Twitter et récoltait quelques milliers de tweets, et le jeudi suivant, #Liberté d'expression est un droit garanti par la Constitution d'Algérie était lancée sur le même réseau de microblogage. "La tentation est grande de reprendre les marches, mais jusqu'ici, nous avons réussi à privilégier la sagesse. La pandémie du Covid-19 n'est pas une mince affaire et nous avons tous la responsabilité de ne pas contribuer à sa propagation", a expliqué un hirakiste de la première heure en annonçant, toutefois, un "tsunami humain dès que le corona sera vaincu".
Un tsunami humain, c'est, en effet, ce que promettent des hirakistes très frustrés par la suspension des manifestations, décidée à la mi-mars pour l'intérêt public, mais également "très remontés contre les tentatives de briser l'élan du 22 février à la faveur du coronavirus", termine notre interlocuteur.


S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.