Covid-19: le ministère de l'Agriculture distingue les ingénieurs agronomes    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le hirak à l'épreuve des interpellations
PRÈS DE 70 MILITANTS ARRÊTES ET 17 EMPRISONNES DEPUIS DEBUT AVRIL
Publié dans Liberté le 12 - 05 - 2020

Depuis la mise en branle des dispositions de prévention contre le coronavirus, dont l'interdiction des rassemblements publics et l'instauration du couvre-feu, les interpellations et les convocations d'activistes et d'animateurs du hirak par les différents services de sécurité se multiplient.
Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), qui suit de près l'évolution de la situation des détenus et rend compte quotidiennement des interpellations et poursuites judiciaires engagées contre les hirakistes, a recensé 17 activistes condamnés à la prison depuis début avril et que près de 70 personnes ont été convoquées ou interpellées par les services de sécurité à travers plusieurs wilayas du pays.
Cette vague d'interpellations et de convocations, souvent pour des publications sur les réseaux sociaux, conjuguée au report des procès des détenus politiques et d'opinion a convaincu les hirakistes de tous bords de la volonté du pouvoir de casser le formidable mouvement de contestation né le 22 février 2019. Et si la majorité s'interdit toujours les manifestations pour ne pas contribuer à la propagation du coronavirus, des citoyens ulcérés ont brisé l'interdit et porté leur colère dans la rue.
Ainsi, à Tizi Gheniff et Tigzirt, deux communes de la wilaya de Tizi Ouzou, quelques centaines de personnes ont organisé des rassemblements pour apporter leur soutien à des hirakistes convoqués par la police et dénoncer ce qui est qualifié d'acharnement contre les activistes du hirak en reprenant quelques-uns des slogans chers au mouvement de contestation populaire.
À Feraoun, wilaya de Béjaïa, le collectif des citoyens de la commune appelle à une marche aujourd'hui pour exiger, notamment, la libération de tous les détenus d'opinion du mouvement du 22 février et l'arrêt de la répression et des arrestations arbitraires, selon un communiqué diffusé hier. Beaucoup d'avocats ont également dénoncé la convocation effrénée de hirakistes et les actions judiciaires engagées contre eux pour des publications sur facebook : "Si les citoyens pouvaient s'exprimer sur les médias, ils ne publieraient pas sur les réseaux sociaux", a expliqué Me Nabila Smaïn, avocate de Tizi Ouzou, dans un enregistrement vidéo, tandis que Me Ahmed Mebrek, du barreau d'Oran, rappelle que "la liberté d'expression est un droit garanti par la Constitution".
Coronavirus oblige, Internet et les réseaux demeurent, cependant, l'espace de lutte que les hirakistes ont investi pour poursuivre la lutte pour "un Etat de droit, fondé sur le respect des libertés et la justice sociale" et, naturellement, pour dénoncer la vague d'interpellations qui cible les acteurs du mouvement de contestation. Depuis l'intensification des convocations, les hirakistes-internautes ont densifié leurs efforts autour de la libération des détenus d'opinion et l'arrêt du harcèlement.
La semaine passée, notamment, de bruiteuses campagnes ont été organisées à travers Facebook et Twitter. Mardi 5 mai au soir, l'opération #Free_the_detainess (libérez les détenus) était inaugurée sur Twitter et récoltait quelques milliers de tweets, et le jeudi suivant, #Liberté d'expression est un droit garanti par la Constitution d'Algérie était lancée sur le même réseau de microblogage. "La tentation est grande de reprendre les marches, mais jusqu'ici, nous avons réussi à privilégier la sagesse. La pandémie du Covid-19 n'est pas une mince affaire et nous avons tous la responsabilité de ne pas contribuer à sa propagation", a expliqué un hirakiste de la première heure en annonçant, toutefois, un "tsunami humain dès que le corona sera vaincu".
Un tsunami humain, c'est, en effet, ce que promettent des hirakistes très frustrés par la suspension des manifestations, décidée à la mi-mars pour l'intérêt public, mais également "très remontés contre les tentatives de briser l'élan du 22 février à la faveur du coronavirus", termine notre interlocuteur.


S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.