Le Premier ministre entame une visite de travail dans la wilaya d'Alger    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    FAF : Contenu de la mise au point    MOB : Bennai saisit la justice    Championnat d'Espagne : Zidane ne souhaite pas un éventuel départ de Messi du Barça    Refonte du système et de la politique nationale de santé en Algérie : Quelques questions à l'ordre du jour    Epidémie du coronavirus à El Tarf : El Kala redoute l'éclosion d'un foyer cet été    On vous le dit    L'Algérie rapatrie les crânes de 24 de ses résistants à la colonisation française    La récupération des ossements et crânes de chouhada confère au 58e anniversaire de l'indépendance et de la jeunesse un cachet spécial et singulier    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    Squat des terrasses d'immeubles au centre-ville: Démolition d'une construction illicite à la rue Larbi Ben M'hidi    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Dans l'attente de leurs procès: Plusieurs détenus du Hirak remis en liberté    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Ben Ali promu général d'Armée: Chanegriha confirmé dans le poste de Chef d'état-major de l'ANP    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    "25 à 30% des cas confirmés à la Covid-19 sont d'origine familiale"    ;413 contaminations, nouveau record quotidien    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





5 ans de prison ferme requis
Procès du Hirakiste Cherif Ghassoul de Bordj Bou-Arréridj
Publié dans Liberté le 23 - 05 - 2020

En prison depuis le 24 août 2019, et après plusieurs reports, le procès de l'activiste Cherif Ghassoul a eu lieu, jeudi dernier, au tribunal correctionnel de Bordj Bou-Arréridj. Une peine de 5 ans de prison ferme assortie d'une amende de 100 000 DA a été requise par le procureur de la République, pour "atteinte à l'unité nationale", "collecte de fonds étrangers pour exercice et promotion politique", "possession en vue d'exposition au public d'affiches à des fins de propagande" et "appel à la désobéissance civile". À l'issue de l'audience, qui s'est tenue en visioconférence, le président de la séance a renvoyé le verdict au jeudi 4 juin prochain.
Pour rappel, Cherif Ghassoul, père de 4 enfants, a été arrêté le 24 août 2019 suite à sa réalisation d'un tifo géant appelant à la désobéissance civile. Il est poursuivi dans plusieurs affaires criminelles que le juge d'instruction avait classées mais le parquet avait fait appel.
Le collectif de la défense composé de plusieurs avocats venus d'Alger, de Béjaïa, de Boumerdès, de Bouira, de Tizi Ouzou, de Sétif, de Batna… était présent et a plaidé pour la relaxe de l'activiste Cherif Ghassoul. "Nous dérangeons, mais nous sommes là", dira Me Nabila Ismaïl à sa sortie du tribunal, qui s'est demandée pourquoi cet acharnement contre les hirakistes. "Le policier, le juge, les activistes sont tous les fils du peuple. Pourquoi remonter le peuple contre le peuple ? Le pouvoir est en train de s'enfoncer. La justice est un pouvoir indépendant.
Je remercie les magistrats qui se sont révoltés contre ce genre de dossiers conçus dans des commissariats. Ils ne sont même pas ordonnés par le parquet. Ils veulent frapper le hirak mais malheureusement pour eux, cela va donner un effet contraire. Il faut rester pacifique et ne jamais sortir de cet esprit. Nous allons continuer le combat pour un Etat civil et une justice indépendante", a-t-elle lancé, tout en rappelant que Cherif Ghassoul a contracté plusieurs maladies durant son séjour en prison, dont le diabète et l'asthme.
De son côté, le député démissionnaire Khaled Tazaghar, qui était dehors avec un groupe de hirakistes venus de plusieurs régions du pays pour soutenir Cherif Ghassoul, a clairement dénoncé les arrestations, les intimidations et les condamnations des hirakistes. "Nous sommes ici, malgré le coronavirus, contre la terre brûlée que le pouvoir veut imposer. Nous sommes ici pour soutenir tous les hommes libres et leur dire qu'ils ne sont pas seuls. Nous sommes tous mobilisés jusqu'au départ de ce régime", a-t-il lancé.
Notons que des hirakistes et des sympathisants, venus de plusieurs wilayas du pays, se sont rassemblés, pendant des heures devant le tribunal, pour soutenir et demander la libération de Cherif Ghassoul, scandant les slogans habituels du hirak : "Libérez, libérez les détenus", "Libérez Cherif Ghassoul", "Libérez Karim Tabbou", "Algérie libre et démocratique", "Justice indépendante"…
Chabane BOUARISSA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.