Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'infrangible lien…
67e partie
Publié dans Liberté le 28 - 05 - 2020

Résumé : Khadidja ne rate aucune occasion pour énerver son mari et son fils qui n'hésite pas à parler de jalousie. Il lui rappelle que Samira n'est pas sa rivale, avant de sortir et d'attendre ses sœurs dehors. Il les emmène faire les boutiques puis les sollicite dans le choix d'une parure pour sa future femme. Ayant des affaires à récupérer, ils se rendent dans son ancien appartement. Narimène lui parle de s'installer ici, pour que leur mère les laisse en paix…
Le jour J finit par arriver. Houari s'est paré du beau costume. En fait, toute la famille s'est préparée et croit qu'elle va assister à la khotba et au mariage religieux.
Khadidja a entendu Houari parler au téléphone à l'imam du quartier.
- Nous allons passer vous prendre dans quelques minutes.
- Je voulais partir avec toi, dit-elle, avec un air de regret et de reproche dans la voix. Qu'ils nous voient arriver ensemble ! Que va penser ta belle-famille ? Qu'on ne compte pas pour toi ?
- Mère, ne t'inquiète pas pour ça. Samira sait combien je vous adore. Je m'excuse de te décevoir, mais toi et mes sœurs ne viendrez pas avec nous. Je prends uniquement mon père et l'imam. Vous irez directement au restaurant.
- Quoi ? Mais pourquoi ? Qu'est-ce que tu me caches encore ? l'interroge-t-elle. Comment ça, vous allez faire la demande officielle et la Fateha sans notre présence ?
- C'est petit chez elle… chez eux… Vous serez plus à l'aise au restaurant et ici ce soir. Je t'en prie, mère, ne t'énerve pas. Donne-moi ta bénédiction.
Elle le fait mais sans joie. Houari et son père se rendent chez Samira, accompagnés de l'imam. Hadj Ameur est aussi présent.
L'imam demande la présence de Samira. Houari a le souffle coupé en la voyant.
Elle est resplendissante dans son tailleur blanc. Elle a du henné sur les mains. Elle rougit en croisant son regard. Il voit bien qu'elle est triste.
L'imam prononce un discours sur l'importance de l'engagement et le sens du mariage. Il évoque les droits et les devoirs dans le couple et dans la famille.
Houari s'impatiente un peu. Mahmoud s'adresse à l'oncle de Samira et demande officiellement la main de la jeune femme. Hadj Larbi ne répond pas tout de suite. L'imam le presse de répondre.
- Oui, je te l'accorde, murmure-t-il.
L'imam craint que ce soit un mariage forcé ; il interroge Houari et Samira.
- Oui, répondent-ils à quelques secondes d'intervalle.
L'imam, rassuré, finit par lire la Fateha et bénit leur union. Les femmes dans la pièce d'à côté lancent des youyous. Samira pleure d'émotion.
Norredine sert du jus mais Houari s'est déjà levé.
- On est attendu à la mairie, leur rappelle-t-il.
- Allons-y ! dit Mahmoud. Norredine, voici l'adresse du restaurant. Emmènes-y toute la famille ! On vous rejoint dès qu'on a fini !
En fait, la mairie est dans le quartier. Ils s'y rendent rapidement. Une fois sur place, l'officier d'état civil s'occupe d'eux. Il procède à l'enregistrement des signatures des mariés puis des témoins avant de les féliciter chaleureusement.
Ils partent ensuite au restaurant où une belle ambiance les accueille. Houari et Samira entrent main dans la main. Les youyous fusent dans la salle. Khadidja sourit, reconnaissant que son fils a bon goût. Samira est vraiment belle. Quand elles se font la bise, Khadidja la surprend en la pinçant au bras.
(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.