Algérie-Tunisie-Portugal: le développement de la coopération commerciale examiné à Alger    CHU d'Oran: quatre employés suspendus suite à une erreur sur l'identité de deux personnes décédées    Zitounie: l'Etat déterminé à parachever l'opération de récupération des restes mortuaires des chouhada    Sport-Covid19: les pouvoirs publics rassurent les athlètes bloqués à l'étranger    Barrage de la Renaissance : l'Ethiopie procédera au remplissage du réservoir "même sans accord"    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ouverture du procès de Mahieddine Tahkout    Le général à la retraite Hocine Benhadid honoré    463 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Tizi-Ouzou: la cerisaie menacée par les maladies cryptogamiques    CONSTANTINE : Arrestation de l'auteur d'une vidéo attentatoire à l'EHU    Maroc: le journaliste et militant des droits de l'Homme Omar Radi arrêté    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Nâama: des projets pour désenclaver les zones d'ombre de Moghrar    Football / Transferts : la FAF veut "assainir" le métier d'agent de joueurs    Le Président Tebboune présidera une séance de travail sur l'élaboration du plan de relance socioéconomique    Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle    «Tous les pourparlers sont reportés à la fin de saison»    Onze personnes tuées dans une embuscade dans le Nord-Est    Feu de forêt à Kef-Essebihi    Près de 700 logements tous types confondus attribués à leurs bénéficiaires    Le RCD plaide pour un «débat adulte et loyal»    Un Pissarro définitivement restitué à une famille spoliée durant l'occupation nazie    Deux ministres évoquent un possible "changement de gouvernement"    LE MAMMOUTH À DEGRAISSER    La campagne de vendanges bat son plein à Aïn Témouchent    L'ADE de Médéa croule sous le poids des créances    "J'espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui"    Israël accélère sa politique de colonisation en Palestine    Tirs de roquettes en direction de la Zone verte de Bagdad    5 000 ouvrages à livrer aux bibliothèques communales d'Oran    Vulgariser le jargon médical auprès du grand public    La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate    Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Un moment historique    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    Les gens de mon douar    Un jour sur la plage    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien…
67e partie
Publié dans Liberté le 28 - 05 - 2020

Résumé : Khadidja ne rate aucune occasion pour énerver son mari et son fils qui n'hésite pas à parler de jalousie. Il lui rappelle que Samira n'est pas sa rivale, avant de sortir et d'attendre ses sœurs dehors. Il les emmène faire les boutiques puis les sollicite dans le choix d'une parure pour sa future femme. Ayant des affaires à récupérer, ils se rendent dans son ancien appartement. Narimène lui parle de s'installer ici, pour que leur mère les laisse en paix…
Le jour J finit par arriver. Houari s'est paré du beau costume. En fait, toute la famille s'est préparée et croit qu'elle va assister à la khotba et au mariage religieux.
Khadidja a entendu Houari parler au téléphone à l'imam du quartier.
- Nous allons passer vous prendre dans quelques minutes.
- Je voulais partir avec toi, dit-elle, avec un air de regret et de reproche dans la voix. Qu'ils nous voient arriver ensemble ! Que va penser ta belle-famille ? Qu'on ne compte pas pour toi ?
- Mère, ne t'inquiète pas pour ça. Samira sait combien je vous adore. Je m'excuse de te décevoir, mais toi et mes sœurs ne viendrez pas avec nous. Je prends uniquement mon père et l'imam. Vous irez directement au restaurant.
- Quoi ? Mais pourquoi ? Qu'est-ce que tu me caches encore ? l'interroge-t-elle. Comment ça, vous allez faire la demande officielle et la Fateha sans notre présence ?
- C'est petit chez elle… chez eux… Vous serez plus à l'aise au restaurant et ici ce soir. Je t'en prie, mère, ne t'énerve pas. Donne-moi ta bénédiction.
Elle le fait mais sans joie. Houari et son père se rendent chez Samira, accompagnés de l'imam. Hadj Ameur est aussi présent.
L'imam demande la présence de Samira. Houari a le souffle coupé en la voyant.
Elle est resplendissante dans son tailleur blanc. Elle a du henné sur les mains. Elle rougit en croisant son regard. Il voit bien qu'elle est triste.
L'imam prononce un discours sur l'importance de l'engagement et le sens du mariage. Il évoque les droits et les devoirs dans le couple et dans la famille.
Houari s'impatiente un peu. Mahmoud s'adresse à l'oncle de Samira et demande officiellement la main de la jeune femme. Hadj Larbi ne répond pas tout de suite. L'imam le presse de répondre.
- Oui, je te l'accorde, murmure-t-il.
L'imam craint que ce soit un mariage forcé ; il interroge Houari et Samira.
- Oui, répondent-ils à quelques secondes d'intervalle.
L'imam, rassuré, finit par lire la Fateha et bénit leur union. Les femmes dans la pièce d'à côté lancent des youyous. Samira pleure d'émotion.
Norredine sert du jus mais Houari s'est déjà levé.
- On est attendu à la mairie, leur rappelle-t-il.
- Allons-y ! dit Mahmoud. Norredine, voici l'adresse du restaurant. Emmènes-y toute la famille ! On vous rejoint dès qu'on a fini !
En fait, la mairie est dans le quartier. Ils s'y rendent rapidement. Une fois sur place, l'officier d'état civil s'occupe d'eux. Il procède à l'enregistrement des signatures des mariés puis des témoins avant de les féliciter chaleureusement.
Ils partent ensuite au restaurant où une belle ambiance les accueille. Houari et Samira entrent main dans la main. Les youyous fusent dans la salle. Khadidja sourit, reconnaissant que son fils a bon goût. Samira est vraiment belle. Quand elles se font la bise, Khadidja la surprend en la pinçant au bras.
(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.