Des journalistes reviennent en... autostop !    ils ont réussi à marcher    La marche de la communauté universitaire empêchée    Pris au dépourvu, les citoyens pénalisés    L'espoir d'une reprise    Une coalition d'ONG plaide pour une "nouvelle approche"    L'Algérie œuvre à l'élimination totale des ADM    Démenti    FAF : L'AGE pour la désignation du nouveau président aura lieu ce jeudi    Fort taux de suivi de la grève, selon le Cnapeste    Les ménages à rude épreuve    Secousse tellurique de 3,2 degrés dans la wilaya de Béjaïa    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    "Their Algeria" décroche le prix spécial du jury    Rassemblement sur le parvis Matoub-Lounès à Paris    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Energies renouvelables : une journée dédiée à l'hydrogène vert le 19 avril en cours    Mouloudia d'Alger : Les joueurs mettent la pression    Tebboune nomme Ahmed Rachedi Conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Liverpool-Real Madrid : Les compositions probables    6 habitudes alimentaires pour lutter contre la fatigue chronique    Primauté du sucre et de l'huile contrariée    Le CRA ouvre un restaurant «Rahma» à la Médiathèque: 400 repas quotidiennement pour les démunis    Tlemcen - Ansej : des transporteurs réclament l'effacement de leurs dettes    Ligue 2 - Groupe Centre: Six postulants au coude-à-coude    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    Un ultimatum pour Cavani    L'Iran met en garde Washington contre le «sabotage» et les «sanctions»    Une grave provocation    Saidal fabriquera du Levothyrox    Exclusivement destinée à l'export    «L'immunité collective n'est pas atteinte»    Azra scintille à tigzirth    Le président Tebboune appelle à la vigilance    Flambée vertigineuse des prix des produits alimentaires    Le complexe de l'automobile    La dispute royale en Jordanie embarrasse l'Arabie saoudite    Un constat sans complaisance    Zorc optimiste pour Haaland    David Luiz sur le départ    Alors, c'est In Salah ou Aïn Salah?    La librairie «Cheikh» renoue avec les ventes-dédicaces    L'amour à l'italienne    Baâdji poursuit sa purge    Saïd Bouteflika refuse de se «livrer»    Les indépendants en «conquérants»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien…
41e partie
Publié dans Liberté le 20 - 04 - 2020

Résumé : Houari affronte sa mère. Dès qu'il lui parle de mariage, elle se met à lui proposer cousines et amies. Elle veut trouver la perle rare qui fera leur bonheur. Houari n'abandonne pas. Il la prie de convaincre son père et d'organiser la fête rapidement. Khadidja ne comprend pas son empressement. Il insiste tellement qu'elle finit par se faire des idées. Elle pique une belle colère…
- Vous êtes irresponsables. Vous avez précipité les choses et maintenant je dois trouver des solutions pour tout arranger ? Bravo ! Je vous félicite !
Khadidja ne se contrôle plus. Ses cris résonnent dans la maison. Ses filles Narimène et Lila accourent. Houari échange un regard désespéré avec elles.
- Mère, qu'est-ce qui se passe ? Calme-toi. Ce n'est pas bien que tu t'emportes ainsi avec ton problème de tension, lui rappelle sa fille aînée. S'il te plaît, calme-toi.
- Avec un fils pareil, je vais avoir une crise cardiaque, rétorque-t-elle. Il s'est fait embobiner.
- Quoi ?!
- Monsieur doit se marier rapidement !
- Pourquoi ?
- Il a une amie et ils doivent se marier rapidement. Moi qui rêvais de le marier avec une fille de la famille ou de la région, d'avoir la joie de préparer la fête, en prenant tout mon temps, me voilà coincée avec leurs problèmes, leur raconte Khadidja. Cette fille…
- Mère, n'en fais pas une montagne, simplifie-moi la vie, la prie Houari. Si je ne me présente pas à eux et qu'on n'officialise pas, ils risquent de s'en prendre à elle puis à moi.
- Ils auraient dû la surveiller.
- Ecoute, c'est moi qui l'ai harcelée jusqu'à ce qu'elle accepte mes invitations.
Un gars de son village nous a vus et m'a averti que si je ne me présente pas avec vous, il irait parler à sa famille. Ils ne sont pas commodes du tout. Si je repars sans du concret, je risque de prendre une belle raclée. Ou même d'y laisser la vie.
- Elle la mérite plus que toi. Qu'est-ce qui lui a pris de céder ?, l'interroge Khadidja, rejetant la faute sur la jeune femme. Elle n'aurait pas dû…
Narimène intervient, prend le bras de son frère et s'appuie à son épaule.
- Qui pourrait résister à son charme ? Il ne lui a pas mis le couteau sous la gorge, que l'on sache ! S'ils s'aiment, on ne peut que les aider. On se coupera en trente-six, s'il le faut, pour tout organiser selon les traditions. Tu sais quoi, Allah fait bien les choses. Il était temps qu'il fonde un foyer.
Houari apprécie le soutien de ses sœurs. Il comptait sur elles depuis le début. Il n'y avait qu'elles qui pouvaient calmer leur mère et la raisonner.
- Mère, sérieusement, mon frère prend le risque d'être agressé. Ils sont vieux jeu et règlent les problèmes avec des couteaux... ! Je ne veux pas qu'il soit victime d'un crime d'honneur. Mère…
Khadidja pâlit d'un coup.
- Tu crois vraiment qu'ils s'en prendront à toi ?
Houari hausse les épaules.
- Je ne sais pas jusqu'où ils peuvent aller, s'ils me passeront juste à tabac ou plus. Mais bon…Chacun sa destinée.
- Non, non, ne parle pas de malheur, le prie sa mère. Je vais parler à ton père et on prendra contact avec eux. Tu as leurs noms et adresses, n'est-ce pas ?
- Oui, oui, j'ai tout ce dont on a besoin pour aller chez eux… Je vais en ville pour appeler Samira. À mon retour, on en parle en famille, décide-t-il. Merci à vous trois. J'avais besoin de votre bénédiction.
Khadidja se pince les lèvres. S'il n'était pas question de vie ou de mort elle n'aurait jamais accepté aussi rapidement sans avoir enquêté au préalable sur le passé de la jeune femme et sur sa famille. Elle ne connaît rien de cette famille. C'est pourquoi elle ne veut pas mettre la vie de son fils en danger.
- Ne tarde pas, lui dit-elle, avant qu'il ne prenne les clés de sa voiture pour partir. Qu'Allah te protège !

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.