Produits pharmaceutiques: l'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Révision des perspectives économiques africaines en 2020 : Le PIB de l'Algérie devrait se contracter de 4,4%, selon la BAD    Bordj Menaïel : Les souscripteurs Aadl 2 s'impatientent    Libye : Le chef de l'ONU dénonce une «interférence étrangère» sans précédent    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Benbouzid annonce la dotation de l'hôpital Dr Saadane de Biskra d'une machine PCR pour le dépistage de la Covid-19    Incendies de forêt : Tizi Ouzou, Béjaïa et Sétif les plus touchées à ce jour    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    L'ONU qualifie la pandémie de pire crise humaine et économique : Des décennies de progrès remises en question    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Affaire Tahkout : poursuite du procès jeudi avec les plaidoyers de la défense    Le Trésor public réclame plus de 300 milliards de DA de dommages et intérêts: 16 ans de prison requis pour Tahkout, 15 ans contre Sellal et Ouyahia    Dr Lyes Merabet: « Les citoyens sous-estiment le danger du coronavirus »    Dépistage de la Covid-19: Plaidoyer pour les tests rapides    Alors que 43 nouveaux cas ont été enregistrés, en 24h: 90 patients guéris du Covid-19 quittent le CHUO    FAF - Reprise du championnat: Décision finale dans une semaine    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Les walis entrent en action    Le Dr Berkani s'exprime    Le Trésor public réclame 309 milliards de DA à Tahkout et ses associés    Le président Tebboune préside une réunion de travail    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    «Les revendications politiques occultées»    Laskri annonce son boycott du congrès    Le MSP pour un régime parlementaire    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Visite du ministre de l'Industrie    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien…
65e partie
Publié dans Liberté le 26 - 05 - 2020

Résumé : Samira le rassure car il ne peut pas lui arriver pire que la perte de sa fille. Houari craignait de trouver le temps long, mais il y a tant à faire. Dès la réception des meubles, sa famille aménage et décore l'appartement. Houari a chaud au cœur. Ses sœurs ont mis de la musique. Sa mère s'occupe du dîner. Elle attend qu'il ne soit plus dans les parages pour interroger son mari. Il parle en bien de Samira. Elle lui explique les raisons de ce mariage précipité. Il lui demande de ne rien dire aux autres…
- C'est à peine si on est restés ensemble une demi-heure et tu voudrais que j'aie un jugement définitif sur eux ? On aura toute la vie pour les connaître. Et puis, peu importe pourquoi on doit faire vite. Ce qui compte pour nous, c'est de lui faciliter les choses.
- Alors, oublie ! lui ordonne Mahmoud. Ne viens pas compliquer la situation.
Khadidja le rassure. Elle est du côté de son fils. Ce dernier est très occupé. Il ne voit plus le temps passer. Même s'ils n'allaient pas donner une grande fête, elle tenait à marquer les esprits. Elle l'envoie avec les filles acheter de beaux rideaux et des tapis.
- On doit leur montrer qu'on est mieux qu'eux.
- C'est quoi ce complexe de supériorité que tu as développé depuis ton arrivée ? l'interroge Mahmoud. Ce sont des gens comme nous. Si Houari t'entend, tu sais à quoi t'attendre ! Franchement, tu me déçois ! Parfois, je regrette que tu ne sois pas muette.
- Avant, tu ne me parlais pas ainsi, remarque-t-elle, alors qu'elle voit la porte d'entrée s'ouvrir. Ah mon fils…
Houari sourit et va les embrasser sur le front avant de prendre place en face d'eux.
- Mes oreilles avaient sifflé ! Sûrement qu'on cassait du sucre sur mon dos, dit-il. Qu'ai-je encore fait ?
- Non, non ! le rassure Mahmoud. On parlait du costume que tu as acheté. Tu ne l'as pas essayé. Elle voudrait te voir avec.
Houari fait la moue. Il ne croit pas son père, mais il décide de jouer le jeu.
- Il fallait le dire !
Il s'en va dans sa chambre et prend son temps pour mettre le costume bleu. Il noue la cravate rouge puis met ses chaussures noires. Lorsqu'il sort de la chambre, sa mère pousse des youyous assourdissants, vite imitée par ses sœurs.
On le félicite. On l'entoure et on le regarde sous toutes les coutures.
- Allah ! Allah ! Que tu es beau ! Elle en a de la chance, ta femme ! dit Khadidja. Tu es beau comme un cœur. Comment a-t-elle fait pour me prendre mon fils ?
- Dois-je te rappeler que j'ai quitté la maison depuis des années ? Samira est sensible, généreuse et prévenante. Si tu sais t'y prendre avec elle, tu auras une troisième fille.
- Allah ! Allah ! Ne vante pas ses mérites ! On la verra à l'acte !
- Oui, dit Houari. Tu vas faire sa connaissance et tu verras que je n'ai pas exagéré. D'ailleurs, merci mère ! Tu viens de me rappeler qu'elle m'a envoyé un message. Narimène, viens donc !
Sa jeune sœur accourt.
- Tu as besoin de moi ?
- Je n'arrive pas à lire ce message. Peux-tu le lire à voix haute ?
Narimène pousse un cri de joie en découvrant son contenu.
"N'oublie pas de prendre tes sœurs et de leur offrir des cadeaux. Emmène-les chez la coiffeuse. Gâte-les pour moi."
Si les sœurs sautent de joie, Khadidja est loin d'être satisfaite. Comme toujours, elle interprète mal ce message…
(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.