Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Mustapha Akmoune n'est plus    Horoya AC désapprouve le choix du Maroc    Les ligues commencent-elles à bouger ?    Boulevard de l'ALN : Insécurité dans les escaliers    Cité Souachet : Rareté du transport    Sidi Bel Abbès : L'APC en quête de nouvelles sources de financement    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    «Trari M'hamed était unique en son genre»    Saïd Chanegriha préside une cérémonie pour commémorer l'anniversaire de la fête de l'indépendance    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Décès du Général-major Hassen Alaimia, commandant de la 4e RM    Le dérisoire des murs    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    L'alimentation en eau renforcée    CHU d'Oran: Une victime du Covid-19 enterrée à la place d'une autre    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    Un moment historique    La fin justifie les moyens ?    Les gens de mon douar    Les contaminations toujours en hausse    Reprise des cours le 23 août    Les grandes annonces de Abdelmadjid Tebboune    Funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    L'infrangible lien...    Un jour sur la plage    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet
Russie
Publié dans Liberté le 02 - 06 - 2020

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé hier la tenue le 1er juillet d'un référendum d'adoption de la réforme constitutionnelle qui lui donnera notamment le droit d'effectuer deux mandats supplémentaires à partir de 2024. "Nous organiserons le vote national russe sur l'adoption des révisions de la Constitution le 1er juillet 2020", a-t-il dit au sujet de ce scrutin prévu à l'origine en avril mais reporté à cause de l'épidémie du coronavirus.
Il a annoncé cette date à l'issue d'une réunion en visioconférence, retransmise à la télévision, avec des responsables politiques, électoraux et sanitaires, le président ayant expliqué vouloir s'assurer que rien ne s'opposait à la tenue du vote, qu'il s'agisse de la situation épidémiologique, de questions logistiques et juridiques mais aussi de la tenue de baccalauréat russe.
Vladimir Poutine a lancé en janvier une réforme constitutionnelle qui, grâce à un amendement ajouté à la surprise générale à la dernière minute en mars, lui donnera notamment le droit d'effectuer deux mandats supplémentaires après la fin de l'actuel en 2024.
En théorie, Vladimir Poutine, 67 ans, au pouvoir depuis 2000, pourrait rester au Kremlin jusqu'en 2036. Malgré une baisse de sa popularité ces dernières années, le chef de l'Etat russe reste très populaire.
La réforme ayant déjà été validée par les deux chambres du Parlement, aucun vote des Russes n'est en soi nécessaire, mais le président a décidé de faire valider la révision aussi dans les urnes, promettant de ne pas la mettre en œuvre s'ils votaient non. Un scénario improbable.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.