Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    COVID-19 : le wali d'Alger exclut la possibilité d'imposer un confinement partiel aux communes de la wilaya    Coronavirus : 470 nouveaux cas, 251 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    La PCH instruite de distribuer les moyens de protection au personnel médical le plus tôt possible    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    ALGERIENNE DES EAUX (ADE) : Réception de 06 projets en juillet à Mostaganem    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION A MOSTAGANEM : 08 morts et 590 blessés au 1er semestre    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres consacrée au Plan national de relance socioéconomique    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    "Nous devons la vérité aux Algériens"    Le RCD dénonce la "reconduction de schémas sortis des laboratoires de la police politique"    Khacef veut continuer à Bordeaux    Les athlètes «qualifiés et qualifiables» autorisés à reprendre les entraînements    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    Sapta sommée de livrer le pont métallique Haouch-Messaoudi avant septembre prochain    Les 4 samedis    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La BAD octroie une aide d'urgence pour la Libye    Forte convergence sur le dossier libyen entre Alger et Rome    34 personnes qui fêtaient un anniversaire, arrêtées    La reprise à nouveau renvoyée    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Le blues des colonies et l'implacable holocauste des origines    L'exemple français    Les journalistes seront expulsés des chambres de Sidi Fredj    La France risque de perdre le marché algérien    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Vers un mouvement de désobéissance civile au Mali    Le P-DG et 3 responsables de l'EPMC sous mandat de dépôt    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    "Nous avons 25 milliards en instance d'encaissement"    Boussouf prêté à Courtrai puis à Eindhoven    Khaled rêve d'un Maghreb uni    Numidia TV dans la tourmente    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Cité des 100 logements sociaux de Bouisseville: Les habitants attendent le gaz de ville depuis huit ans    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Care critique les choix du gouvernement
Déficit budgétaire, pression fiscale, entreprises en difficulté ...
Publié dans Liberté le 04 - 06 - 2020

Le think tank pointe un déficit budgétaire "incontrôlable", anticipé à -1 932 milliards de dinars dans le PLFC, en hausse de 26% par rapport à la prévision initiale de la LF 2020.
Dans leur fine analyse du projet de loi de finances 2020 (PLFC), les experts du Cercle d'action et de réflexion autour de l'entreprise (Care), ont situé le contexte dans lequel a été élaboré le texte de loi, disséqué le profil budgétaire et formulé des critiques plutôt sévères au sujet de certains impôts et taxes. Ils ont ainsi rappelé que le projet de loi de finances complémentaire a été établi dans un contexte économique "extrêmement préoccupant ", marqué par un choc encore "vivace" du prix du baril en 2014, par "l'effondrement" pétrolier en début 2020 et par la pandémie de Covid-19 dont l'effet a été de ‘bloquer sévèrement" l'activité économique.
Au chapitre budgétaire, le Care met en relief "l'extrême complexité" de l'équation, soulignant qu'au plan des recettes, la LFC 2020 "ajuste" le niveau attendu des recettes de la fiscalité pétrolière, prenant ainsi en ligne de compte les évolutions du marché pétrolier international. Du côté des dépenses, le think tank relève que malgré quelques déclarations "verbales fortes" sur la nécessité de réductions "substantielles", l'économie réalisée par rapport aux prévisions initiales de la LF 2020 est de "6,3%", ce qui est loin de compenser la baisse des recettes fiscales.
Il estime en outre que la baisse des dépenses de fonctionnement de l'Etat demeure, pour sa part, "tout à fait limitée", au niveau surtout "symbolique de -3,8%". De même, il souligne que la réduction d'un niveau de -10,6% des dépenses d'équipement est également "plus modeste" que ce qui était attendu. Et de nuancer : "Tout cela reflète néanmoins l'option plutôt raisonnée des autorités de préserver au mieux le processus de croissance dans une conjoncture mondiale fortement perturbée et en se prémunissant autant que possible contre les conséquences dommageables sur les revenus et sur les emplois des plus larges couches de la population".
Le Care juge par ailleurs "incontrôlable", le déficit budgétaire, notant que, pour l'année 2020, celui-ci est projeté à un niveau de 1 932 milliards de dinars, en hausse de 26% par rapport à la prévision du début d'année. "Ce déficit de plus en plus lourd représente tout même quelque 35,8% des recettes fiscales totales attendues et 9,7% du PIB, ce qui est à tous points de vue considérable. Voilà plusieurs années que le budget de l'Etat algérien est voté régulièrement avec un niveau très élevé de déficits, y compris pendant la période d'abondance de ressources", lit-on dans une étude du Care consacrée à l'analyse du PLFC 2020.
Secteur stratégique, une notion mal définie
Toutefois, comme c'était le cas au début des années 2000, ce déficit, souligne le Care, n'était qu'une forme d'artifice comptable, "une grande part de la fiscalité pétrolière, au-delà du prix de référence fixé à 37 dollars/baril, étant en réalité transférée au FRR (Fonds de régulation des recettes) puis restituée plus tard au Trésor public pour couvrir les déficits effectifs du budget".
En ce qui se rapporte à la révision de la législation sur les IDE, le think tank a rappelé que le changement en la matière était déjà intervenu avec l'article 109 de la loi de finances pour l'année 2020 qui avait limité l'exigence d'un actionnariat national majoritaire aux seules "activités de production de biens et de services revêtant un caractère stratégique pour l'économie nationale".
Il a toutefois souligné que le secteur stratégique reste une "notion mal définie", faisant constater qu'en dehors du secteur des hydrocarbures qui a toujours été encadré par des lois spécifiques et dont on peut comprendre que le caractère stratégique est lié à son poids majeur dans l'économie nationale et dans les relations économiques et commerciales avec le reste du monde, la question reste posée pour l'ensemble des autres secteurs retenus.
Le Care a par ailleurs pointé du doigt la taxe appliquée à l'importation des services, une disposition découlant d'une modification de l'article 150 du code des impôts directs et taxes assimilées, dont l'objet est de faire passer de "24% à 30% le taux de la retenue à la source applicable au bénéfice des sociétés et en particulier sur les sommes perçues par les entreprises étrangères n'ayant pas en Algérie d'installation professionnelle permanente dans le cadre de marchés de prestations de service…"
Pression fiscale sur les services
"Dans le contexte de détresse budgétaire qui affecte actuellement les finances publiques du pays, cette mesure qui vise clairement à accroître le niveau des recettes fiscales paraît à première vue tout à fait justifiée et compréhensible", estime le think tank qui estime, néanmoins, que cette taxation, excessive et tout à fait antiéconomique, pénalise donc clairement le développement économique interne et s'analyse à ce titre comme un "avantage indirect" conféré à l'importation.
L'organisation explique que pour compléter l'image de cette pression fiscale "exorbitante" exercée sur des investisseurs et des producteurs nationaux, il faut ajouter la taxe de domiciliation bancaire des importations de services que la loi de finances pour 2020 (article 67) avait portée à 4% du montant de la facture à domicilier.
Au total, fait-elle observer, on aboutit à une taxation totale à hauteur de 47% pour des importations de services qui s'analysent, d'un point de vue économique, comme un des leviers majeurs de tout processus de développement économique et qui devraient être logiquement exonérées de toute forme de prélèvement préalable.
Le think tank relève dans un autre chapitre que la situation de crise sanitaire a fait exploser les déficits des budgets publics partout dans le monde ; tous les pays, ou quasiment, ayant été contraints de prendre des mesures budgétaires "fortes pour amortir" le choc de l'arrêt imposé à leur activité économique et, pour ce faire, de laisser filer les déficits de leurs comptes publics.
Cependant, ajoute-t-il, dans le cas de l'Algérie, les éléments d'information communiqués par le gouvernement ne laissent pas apparaître un quelconque chapitre de dépenses orienté vers la prise en charge des conséquences économiques et financières de la Covid-19, en dehors sans doute de celles liées à la revalorisation du soutien au secteur de la santé.

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.