Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19 : confinement partiel dans dix communes de Tipasa à partir de vendredi    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    9 juillet 1962    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Rachad, les harragas et la décennie noire    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Hommage aux détenus d'opinion algériens à Montréal    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    10 décès et 469 nouveaux cas en 24 heures    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Cap sur un nouveau plan de relance    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le projet de loi de finances complémentaire 2020 en chiffres
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 05 - 2020

Le ministre des Finances, Abderahmane Raouya, a présenté avant-hier le projet de loi de finances complémentaire (PLFC) pour l'exercice 2020 devant l'Assemblée populaire nationale (APN).
Le ministre des Finances, Abderahmane Raouya, a présenté avant-hier le projet de loi de finances complémentaire (PLFC) pour l'exercice 2020 devant l'Assemblée populaire nationale (APN).
Lors d'une séance plénière présidée par le président de l'Assemblée, Slimane Chenine, en présence de membres du gouvernement, M. Raouya a souligné que ce projet de loi "a été élaboré dans un contexte qu'on pourrait qualifier d'exceptionnel et d'inédit, marqué par la conjonction de deux facteurs majeurs, à savoir : la stagnation économique mondiale et la crise sanitaire globale sans précédent".
Le projet de loi de finances complémentaire pour l'année 2020 (PLFC 2020) propose un nouveau cadrage macro-économique et budgétaire en tenant compte du contexte national et international caractérisé par une crise sanitaire sans précédent et une baisse drastique des prix du baril de pétrole. Voici les modifications apportées par le PLFC 2020 au plan des principaux agrégats et indicateurs macroéconomiques et financiers : -Le prix fiscal du baril de pétrole passerait de 50 à 30 dollars tandis que le prix du marché passerait de 60 à 35 dollars. Les recettes budgétaires diminueraient à 5.395,5 milliards de dinars (mds DA) contre 6.289,7 mds DA dans la Loi de finances initiale 2020. La fiscalité pétrolière budgétisée dans le PLFC 2020 s'élèverait à 1.394,7 mds DA alors que les ressources ordinaires se situeraient à 4.001,1 mds DA. -Les dépenses budgétaires se situeraient à 7372,7 mds DA,
contre 7823,1 mds DA votées dans la loi de finances initiale. Ces dépenses se ventilent en 4.752,4 mds DA en dépenses de fonctionnement et en 2.620,3 mds DA en dépenses d'équipement. -Les dépenses de fonctionnement (hors masse salariale et hors transferts sociaux) baisseraient de 141 mds DA (environ -3 %) soit -150 mds DA de baisse de dépenses courantes et + 9 mds DA pour couvrir l'impact de la revalorisation du SNMG. -Les dépenses d'équipement baisseraient de 309 mds DA (-10,5%) en passant de 2929,7 mds DA à 2.620,3 mds DA.
-Un déficit budgétaire de 1.976,9 mds DA, soit -10,4 % par rapport au PIB, contre -1533,4 mds DA prévu dans la loi de finances initiale pour 2020 (-7,2 % du PIB). -Les importations de marchandises FOB (hors services non facteurs) baisseraient, en valeur courante, de 4,7 milliards de dollars pour atteindre 33,5 milliards de dollars, alors les importations de services baisseraient, en valeur courante, de 2,3 milliards de dollars. -Les exportations d'hydrocarbures devraient atteindre 17,7 milliards de dollars à la fin de l'année 2020 contre 35,2 milliards prévues dans la LF 2020. -Le solde de la balance des paiements prévu pour l'année 2020 s'établirait à - 18,8 milliards de dollars contre -8,5 milliards prévu dans la loi de finances initiale pour 2020. -Le solde du Trésor devrait atteindre - 2954,9 mds DA, représentant -15,5 % du PIB dans le PLFC pour 2020, contre - 2.435,6 mds DA prévu dans la LF initiale pour 2020 (–11,4 % du PIB). -La croissance économique prévue dans le PLFC, serait négative, elle s'établirait à - 2,63 % contre 1,80 % prévue dans la loi de finances initiale.
- La croissance économique hors hydrocarbures se situerait à -0,91 % contre 1,78 % dans la loi de finances initiale. -Les principales mesures législatives proposées -Augmentation de la taxe sur les produits
pétroliers (TPP) ou assimilés de 3 dinars/litre pour les trois catégories d'essence et de 5 dinars/litre pour le gasoil. - Augmentation de la valeur de la taxe (timbre) appliquée aux transactions de véhicules neufs.- Remplacement de l'impôt sur le patrimoine par l'impôt sur la fortune, avec élargissement du champ des personnes auxquels il sera imposé et l'augmentation de sa valeur selon un barème progressif. Le taux actuel fixé à 0,1 % sur tout patrimoine dont la valeur dépassait 100 millions sera remplacé par un barème progressif avec un taux de 0,15 % pour le patrimoine dont la valeur variée entre 100 et 150 millions DA, de 0,25 % pour le patrimoine dont la valeur variée entre 150 et 250 millions DA, de 0,35 % pour le patrimoine dont la valeur variée entre 250 et 350 millions DA et de 0,5 % si la valeur du patrimoine variée entre 350 et 450 millions DA. -Reconduction, jusqu'à 2025, de l'abattement de 50 % en matière d'IRG et d'IBS, au profit des revenus réalisés dans les régions du Sud, et ce à compter du 1er juin prochain. - Réorganisation et reformulation du régime de l'Impôt forfaitaire unique (IFU), en annulant le régime de la déclaration contrôlée pour les métiers non commerciaux, à l'instar des avocats.
- Exonération totale de l'IRG pour les revenus n'excédant pas 30.000 DA par mois applicable à compter du 1er juin prochain. - Révision du seuil du SNMG passant de 18.000 DA à 20.000 DA au bénéfice desbas revenus. Cette mesure prend effet à compter du 01 juin prochain. - Suppression de la règle de répartition du capital social 49/51 %, à l'exclusion des activités d'achat et revente de produits et celles revêtant un caractère stratégique. - Annulation du droit de préemption de l'Etat, sur toutes les cessions d'actions ou de parts sociales réalisées par ou au profit d'étrangers, prévu dans le LFC 2010 et la loi 16-09 relatifs à la promotion de l'investissement. - Annulation des dispositions obligeant le financement des investissements étrangers par recours aux financements locaux. - Instauration d'un nouveau régime préférentiel visant à relancer les industries écanique, électronique et électrique, à travers des exonérations fiscales et l'exemption des droits de douane, mais en écartant les collections destinées à l'industrie de l'assemblage et montage automobiles (CKD).
- Exonérations des droits de douane et de la taxe sur la valeur ajoutée, pour une période de deux (2) ans renouvelable, pour les composants et matières premières importésou acquis localement par les sous-traitants. - Autorisation des concessionnaires automobileà importer des véhicules neufs mais avec un nouveau barème des droits de douanes et augmentation des taxes sur les véhicules neufs. - Introduction de nouvelles incitations au profit des startups. - Transfert de la propriété des locaux réalisés, à titre gracieux, dans le cadre de l'Agence national de soutien à l'emploi des jeunes (Ansej) vers le patrimoine privé des communes en vue de leur exploitation et la garantie de leur attractivité économique. - Introduction des mesures d'aide exceptionnelles destinées aux secteurs économiques face à la pandémie de Covid-19 et prolongation des délais des déclarations fiscales et douanières pour les entreprises. - Révision à la baisse du montant minimum en devises soumis à la déclaration douanière de 5.000 euros à 1.000 euros
Lors d'une séance plénière présidée par le président de l'Assemblée, Slimane Chenine, en présence de membres du gouvernement, M. Raouya a souligné que ce projet de loi "a été élaboré dans un contexte qu'on pourrait qualifier d'exceptionnel et d'inédit, marqué par la conjonction de deux facteurs majeurs, à savoir : la stagnation économique mondiale et la crise sanitaire globale sans précédent".
Le projet de loi de finances complémentaire pour l'année 2020 (PLFC 2020) propose un nouveau cadrage macro-économique et budgétaire en tenant compte du contexte national et international caractérisé par une crise sanitaire sans précédent et une baisse drastique des prix du baril de pétrole. Voici les modifications apportées par le PLFC 2020 au plan des principaux agrégats et indicateurs macroéconomiques et financiers : -Le prix fiscal du baril de pétrole passerait de 50 à 30 dollars tandis que le prix du marché passerait de 60 à 35 dollars. Les recettes budgétaires diminueraient à 5.395,5 milliards de dinars (mds DA) contre 6.289,7 mds DA dans la Loi de finances initiale 2020. La fiscalité pétrolière budgétisée dans le PLFC 2020 s'élèverait à 1.394,7 mds DA alors que les ressources ordinaires se situeraient à 4.001,1 mds DA. -Les dépenses budgétaires se situeraient à 7372,7 mds DA,
contre 7823,1 mds DA votées dans la loi de finances initiale. Ces dépenses se ventilent en 4.752,4 mds DA en dépenses de fonctionnement et en 2.620,3 mds DA en dépenses d'équipement. -Les dépenses de fonctionnement (hors masse salariale et hors transferts sociaux) baisseraient de 141 mds DA (environ -3 %) soit -150 mds DA de baisse de dépenses courantes et + 9 mds DA pour couvrir l'impact de la revalorisation du SNMG. -Les dépenses d'équipement baisseraient de 309 mds DA (-10,5%) en passant de 2929,7 mds DA à 2.620,3 mds DA.
-Un déficit budgétaire de 1.976,9 mds DA, soit -10,4 % par rapport au PIB, contre -1533,4 mds DA prévu dans la loi de finances initiale pour 2020 (-7,2 % du PIB). -Les importations de marchandises FOB (hors services non facteurs) baisseraient, en valeur courante, de 4,7 milliards de dollars pour atteindre 33,5 milliards de dollars, alors les importations de services baisseraient, en valeur courante, de 2,3 milliards de dollars. -Les exportations d'hydrocarbures devraient atteindre 17,7 milliards de dollars à la fin de l'année 2020 contre 35,2 milliards prévues dans la LF 2020. -Le solde de la balance des paiements prévu pour l'année 2020 s'établirait à - 18,8 milliards de dollars contre -8,5 milliards prévu dans la loi de finances initiale pour 2020. -Le solde du Trésor devrait atteindre - 2954,9 mds DA, représentant -15,5 % du PIB dans le PLFC pour 2020, contre - 2.435,6 mds DA prévu dans la LF initiale pour 2020 (–11,4 % du PIB). -La croissance économique prévue dans le PLFC, serait négative, elle s'établirait à - 2,63 % contre 1,80 % prévue dans la loi de finances initiale.
- La croissance économique hors hydrocarbures se situerait à -0,91 % contre 1,78 % dans la loi de finances initiale. -Les principales mesures législatives proposées -Augmentation de la taxe sur les produits
pétroliers (TPP) ou assimilés de 3 dinars/litre pour les trois catégories d'essence et de 5 dinars/litre pour le gasoil. - Augmentation de la valeur de la taxe (timbre) appliquée aux transactions de véhicules neufs.- Remplacement de l'impôt sur le patrimoine par l'impôt sur la fortune, avec élargissement du champ des personnes auxquels il sera imposé et l'augmentation de sa valeur selon un barème progressif. Le taux actuel fixé à 0,1 % sur tout patrimoine dont la valeur dépassait 100 millions sera remplacé par un barème progressif avec un taux de 0,15 % pour le patrimoine dont la valeur variée entre 100 et 150 millions DA, de 0,25 % pour le patrimoine dont la valeur variée entre 150 et 250 millions DA, de 0,35 % pour le patrimoine dont la valeur variée entre 250 et 350 millions DA et de 0,5 % si la valeur du patrimoine variée entre 350 et 450 millions DA. -Reconduction, jusqu'à 2025, de l'abattement de 50 % en matière d'IRG et d'IBS, au profit des revenus réalisés dans les régions du Sud, et ce à compter du 1er juin prochain. - Réorganisation et reformulation du régime de l'Impôt forfaitaire unique (IFU), en annulant le régime de la déclaration contrôlée pour les métiers non commerciaux, à l'instar des avocats.
- Exonération totale de l'IRG pour les revenus n'excédant pas 30.000 DA par mois applicable à compter du 1er juin prochain. - Révision du seuil du SNMG passant de 18.000 DA à 20.000 DA au bénéfice desbas revenus. Cette mesure prend effet à compter du 01 juin prochain. - Suppression de la règle de répartition du capital social 49/51 %, à l'exclusion des activités d'achat et revente de produits et celles revêtant un caractère stratégique. - Annulation du droit de préemption de l'Etat, sur toutes les cessions d'actions ou de parts sociales réalisées par ou au profit d'étrangers, prévu dans le LFC 2010 et la loi 16-09 relatifs à la promotion de l'investissement. - Annulation des dispositions obligeant le financement des investissements étrangers par recours aux financements locaux. - Instauration d'un nouveau régime préférentiel visant à relancer les industries écanique, électronique et électrique, à travers des exonérations fiscales et l'exemption des droits de douane, mais en écartant les collections destinées à l'industrie de l'assemblage et montage automobiles (CKD).
- Exonérations des droits de douane et de la taxe sur la valeur ajoutée, pour une période de deux (2) ans renouvelable, pour les composants et matières premières importésou acquis localement par les sous-traitants. - Autorisation des concessionnaires automobileà importer des véhicules neufs mais avec un nouveau barème des droits de douanes et augmentation des taxes sur les véhicules neufs. - Introduction de nouvelles incitations au profit des startups. - Transfert de la propriété des locaux réalisés, à titre gracieux, dans le cadre de l'Agence national de soutien à l'emploi des jeunes (Ansej) vers le patrimoine privé des communes en vue de leur exploitation et la garantie de leur attractivité économique. - Introduction des mesures d'aide exceptionnelles destinées aux secteurs économiques face à la pandémie de Covid-19 et prolongation des délais des déclarations fiscales et douanières pour les entreprises. - Révision à la baisse du montant minimum en devises soumis à la déclaration douanière de 5.000 euros à 1.000 euros


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.