Le Président de la République préside une cérémonie de remise de grades et de médailles aux officiers de l'ANP au Palais du peuple    Cherif Boubeghla et Cheikh Bouziane, deux icônes de la résistance populaire contre l'occupation française    Benbouzid: 25 à 30% des cas confirmés de la Covid-19 sont d'origine familiale    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Coronavirus: 385 nouveaux cas, 302 guérisons et 8 décès durant les dernières 24h    Benlarbi et Hamitouche remis en liberté provisoire    JM Oran-2022 : "Aucune restriction sur le budget du COJM"    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    Communiqué de l'AJSA    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Du sens du patriotisme en Algérie    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    L'épreuve    L'infrangible lien...    Répression contre l'opposition à Hong Kong    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamel condamné à 12 ans de prison ferme
DéTOURNEMENT DE FONCIER AU PROFIT DE LA SOCIéTE AMC-PHARM
Publié dans Liberté le 06 - 06 - 2020

Trois anciens walis de Tipasa ont été également condamnés à la prison ferme. Il s'agit de Moussa Ghalaï (12 ans), d'Abdelkader Kadi (4 ans) et de Mustapha Layadi (10 ans).
Après un procès houleux qui a duré trois jours, l'ancien directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelghani Hamel, a été condamné, jeudi dernier, à une peine de 12 ans de prison ferme par la chambre correctionnelle du tribunal de Boumerdès, dans l'affaire de l'octroi d'une assiette de terrain de 14 000 m2 à Megtaâ Kheira, dans la wilaya de Tipasa, au profit de la société AMC-Pharm, propriété de son fils, Chafik Hamel.
La même peine a également été prononcée à l'encontre de l'ancien wali de Tipasa, Moussa Ghelaï, pour détournement de foncier agricole et trafic d'influence. D'autres peines d'emprisonnement ont touché deux anciens walis de Tipasa, Kadi Abdelkader et Mustapha Layadi. Ces derniers ont écopé de 4 à 10 ans de prison ferme, alors que le fils de l'ancien DGSN, Chafik Hamel, a été condamné à 3 ans de prison ferme.
Cités dans ce dossier dès le premier jour du procès en qualité d'accusés, l'ancien ministre des Finances, Hadji Baba Ammi, et l'ancien chef de la sûreté de la wilaya de Tipasa, Salim Djaidjai, ont été condamnés respectivement à 4 ans de prison avec sursis et 3 ans de prison ferme.
La juge a également prononcé, dans la même affaire, une peine de 5 ans de prison ferme à l'encontre de l'ex-directeur des Domaines de la wilaya de Tipasa, Ali Bouamrane et 2 ans de prison ferme à l'encontre de l'ex-directeur de l'industrie et des mines de la même wilaya, Abderrezak Hadou, et Mohamed Bouamama, l'ancien conservateur foncier de Koléa et une année ferme contre l'investisseur privé Abdelhakim Zerad.
Seul à avoir bénéficié d'un acquittement, l'actuel directeur général des Domaines, Djamel Khaznadji, également cité en qualité de témoin dans cette affaire qui a éclaboussé de nombreux hauts cadres de l'Etat.
La veille, soit le deuxième jour du procès, le procureur de la République avait requis une peine de 15 ans de prison ferme, assortie d'une amende d'un million de dinars, contre Abdelghani Hamel, alors poursuivi pour plusieurs chefs d'accusation, dont détournement de foncier agricole, trafic d'influence et abus de fonction.
Le jour où le procureur prononçait son réquisitoire, la juge voulait tout savoir sur l'importance de la présence des deux anciens Premiers ministres, Noureddine Bedoui et Abdelmalek Sellal, notamment sur les contacts qu'ils auraient eus avec l'ancien DGSN. La défense insistait alors sur leur présence à ce procès pour faire éclater la vérité.
En vain. D'autant que la juge revenait, à chaque fois, à la charge pour inviter les prévenus à s'en tenir aux faits et seulement aux faits. La défense, elle, ne cessait de réitérer la nécessité de poser la question à Bedoui. "Nous insistons sur sa présence et sa comparution, lui et Sellal", réclamait la défense à la juge.
Quant à Hamel, il campait sur sa position en niant tous les faits qui lui sont reprochés, allant jusqu'à charger l'ancien patron de la Gendarmerie nationale, Ghali Beleksir, et accuser "des parties" pour s'être acharnées contre lui et sa famille, notamment Saïd Bouteflika, le frère cadet du président déchu, avec qui, révèle M. Hamel, les rapports s'étaient détériorés après son limogeage, en 2018, de son poste de DGSN.
"J'ai été victime d'une grande campagne de dénigrement. Pourquoi la famille Hamel ? À chacun son interprétation", affirmait le prévenu à la juge. Il faut rappeler que trois principaux témoins cités dans l'affaire, en l'occurrence les deux ex-Premier ministres, Noureddine Bedoui et Abdelmalek Sellal, ainsi que Saïd Bouteflika étaient absents au procès.

FARID BELGACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.