LA CULTURE DU BON SENS    Les postiers poursuivent leur grève    Ministère de l'Enseignement supérieur: Alerte au piratage de données personnelles sur Facebook    La paix au Mali sabordée ?    Création d'un comité du LREM à Dakhla: Le gouvernement français «regrette», mais soutient le plan marocain    FAF - L'AG élective aujourd'hui: Charaf-Eddine Amara, oui, mais...    Ligue 1- Mise à jour: Un quatuor à la relance    FAF - Coupe de la Ligue: Un duel des extrêmes pour commencer    El-Bayadh: Flambée des prix    Education nationale: Débrayage annoncé des corps communs    Secteur urbain El Emir: Une tentative de squat d'un trottoir avortée    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Guelma: Hommage au chahid Souidani Boudjemâa    Abu Rudeineh appelle la communauté internationale à agir    Est-ce une nouvelle crise ?    Les premiers signaux d'un emballement social    Ça persiste à béjaïa    Les suggestions des opérateurs    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    176 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le Ramadhan entamé dans des conditions difficiles    Nomination des chefs de sûreté    Des partis à la recherche de candidats    Des soirées ramadhanesques presque normales!    Le nombre des demandeurs a doublé    Un dispositif sécuritaire spécial Ramadhan    6 éléments arrêtés et 15 casemates détruites    L'IPA annonce plusieurs nouveaux cas    Quand Goudjil séparait le bon grain de l'ivraie    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Ahmed Rachedi, conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    La leçon d'une vie    Une 93e édition avec des stars en chair et en os!    Soltana Khaya: ma lutte est celle de tous les Sahraouis    Algérie Poste : Poursuite de la grève (3e jour)    Mali/assassinat du président de la CMA: vives condamnations, une enquête sera ouverte    Les travaux auront lieu jeudi soir au Sheraton    «Nous n'allons pas applaudir tout ce que fera le système»    Their Algeria décroche le prix spécial du jury    La marche de la communauté universitaire empêchée    Les étudiants continuent de marcher    Des journalistes reviennent en... autostop !    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa renoue avec la mobilisation
Le Procès de trois hirakistes renvoyé au 1er juillet prochain
Publié dans Liberté le 18 - 06 - 2020

Le procès des trois activistes du hirak, Yanis Adjlia, Merzoug Touati et Amar Berri, qui devait se tenir hier, au tribunal de Béjaïa, a été renvoyé au 1er juillet prochain, suite au refus des trois prévenus d'être jugés par visioconférence. Le collectif de défense, constitué d'une centaine d'avocats, a vu sa demande de liberté provisoire rejetée par le juge en charge du dossier.
Ce qui contraint les trois mis en cause à rester encore en prison, en attendant leur jugement. "Il est tout à fait normal que les trois prévenus refusent leur comparution en visioconférence. D'où le renvoi de leur affaire au 1er juillet prochain.
Nous aussi, nous avons demandé à ce que toutes les conditions légales soient réunies afin de garantir un procès équitable et public", nous a déclaré Me Djamel Benyoub, l'un des avocats de la défense, à sa sortie du tribunal de Béjaïa.
Plaidant pour la relaxe des trois militants incarcérés au centre pénitentiaire d'Oued Ghir (Béjaïa), Me Benyoub soutiendra que le collectif de défense restera "mobilisé et solidaire avec l'ensemble des détenus d'opinion, et ne lésinera sur aucun effort pour défendre leur cause".
Très tôt le matin, plusieurs centaines de citoyens se sont mobilisés pour exprimer leur soutien aux trois militants arrêtés vendredi passé, à Béjaïa, réclamant leur libértion.
Après avoir observé un rassemblement à la place de la Liberté d'expression, Saïd-Mekbel, les manifestants qui brandissaient les portraits des trois activistes en détention provisoire, ont organisé une marche pacifique vers le tribunal de Béjaïa, sis à la cité Tobbal. Vers 10h30, la route longeant le palais de justice et la direction de wilaya de la Sonelgaz grouillait de monde.
Un autre rassemblement citoyen sera tenu au niveau du point de chute de la marche, bloquant ainsi la circulation automobile sur cet axe routier. La foule qui réclame haut et fort la "libération immédiate et inconditionnelle" de leurs camarades incarcérés, reprend en chœur les slogans phares du mouvement populaire né le 22 février 2019.
"Tilelli i-maghnassen, el havs i-makaren" (Liberté pour les militants, la prison pour les voleurs), "Libérez Amar, libérez Yanis, libérez Merzoug", "Libérez les détenus", "Djazaïr houra démocratia" (Pour une Algérie libre et démocratique)..., scandaient les manifestants à gorge déployée et sous un soleil de plomb face à un dispositif policier mis en place devant le portail principal de l'immeuble abritant le siège de la Cour de Béjaïa.
Pour rappel, Amar Beri est poursuivi pour "atteinte à la personne du président de la République", "outrage à corps constitué", "incitation à attroupement non armé", "publication pouvant porter atteinte à l'intérêt national" et "mise en danger de la vie d'autrui durant la période du confinement". Les deux autres détenus sont accusés d'"incitation à attroupement non armé", "publication pouvant porter atteinte à l'intérêt national" et "mise en danger de la vie d'autrui durant la période du confinement."

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.