Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Barça-Atlético : Les compositions probables    Tirage au sort lundi au Caire    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    "PAS DE MUSELIÈRE"    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien...
87e partie
Publié dans Liberté le 21 - 06 - 2020

Résumé : Narimène montre l'album à son frère. Celui-ci change de couleur en voyant les photos que sa femme avait modifiées. Elle avait utilisé une application pour apparaître dans les photos à la place de Nadia. Houari ne sait pas quoi dire pour expliquer les actes de Samira, même s'il comprend sa souffrance. Elle "réalise" un peu son rêve d'être avec elle en tant que mère. Narimène lui conseille de la faire suivre par un psy.
Le fait de travailler et d'être enceinte ne l'avait pas empêchée de penser à elle. Houari espère que maintenant que leur fille était née, elle allait se consacrer uniquement à elle. Elle lui donnera tout l'amour que Radia n'a pas pu avoir d'elle.
Mais il doit se faire une raison. Samira n'allait pas bien. Il place tous ses espoirs en leur petite fille. Il n'y a qu'elle qui pourra lui ouvrir les yeux sur l'essentiel.
C'est-à-dire eux. Il passe une nuit blanche. Samira n'était pas prête à abandonner. Il s'en rend compte quand elle lui envoie des photos d'elles accompagnées de petits messages qu'elle signe bébé Radia.
Il se demande comment il expliquera cela à sa sœur.
Elle avait raison de s'inquiéter. Maintenant qu'elle savait pour Radia, ses craintes seraient justifiées. Elle allait l'avoir à l'œil.
Le lendemain matin à la première heure, ils se rendent à la maternité. Samira dort encore, le bébé contre elle.
Ils entrent sans faire de bruit dans la chambre. Narimène dépose la tisane au miel qu'elle lui avait préparée. Houari prend doucement sa fille et l'embrasse sur le front avant de la remettre dans son berceau. Narimène s'approche pour la regarder et craque devant tant de beauté et d'innocence. Elle est émue jusqu'aux larmes.
-Frère, elle est adorable. Quand mère la verra, elle voudra la prendre à la maison et l'élever à votre place. Mais dis-moi, est-ce que vous lui avez trouvé un prénom ?
-Samira veut un prénom tendance. Esma, Lina, Hind. Tu en penses quoi ? C'est joli ? As-tu quelque chose à me proposer ?
-Julie. Tina. Aya. Meriem.
-J'aime bien Aya. Mais il faudra qu'on voit avec Samira. Je vais aller voir l'infirmière de garde avant qu'elle ne parte. Attends-moi ici.
Houari se rend au bureau où il la trouve prête à rentrer chez elle.
-Bonjour, ça va ? Comment s'est passée la nuit ?
A-t-elle souffert ?
-Bonjour docteur. Oui, j'ai dû lui administrer des calmants car elle ne supporte pas la douleur, et cela s'entend dans tout le service. La puéricultrice s'est bien occupée de votre fille. Elle a été changée et allaitée.
-Merci.
-Docteur si vous avez quelqu'un qui peut s'occuper du bébé, prenez votre fille avec vous. Votre femme est faible. Elle aura besoin d'aide ces jours-ci.
-Je vais y penser. Merci encore.
-De rien.
Houari entend des cris dans le couloir. Il sort et vois sa sœur, paniquée. Il la rejoint.
Pendant une seconde, il a cru qu'il était arrivé malheur à sa fille.
Narimène lui explique que Samira a eu un geste brusque dans son sommeil et que la douleur l'avait réveillée. Elle est dans tous ses états.
-J'ai cru qu'on m'avait volée ma fille. Donne-moi Radia. Je veux garder Radia près de moi.
Elle crie de douleur en tentant de se redresser.
-Calme toi. Tu n'es pas en état de t'en occuper. Tu ne seras pas à l'aise si on te laisse le bébé. Vous ne pouvez pas dormir ensemble.
-Donne-moi Radia.
Narimène regarde son frère prendre le bébé et le poser sur son bras.
-Juste quelques minutes, lui dit-il. Après, je l'emmène à la maison. Narimène s'occupera d'elle en attendant que tu t'en remettes.
Mais Samira refuse.

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.