Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien...
81e partie
Publié dans Liberté le 14 - 06 - 2020

Résumé : Samira parle enfin à Radia qui est heureuse. Cela s'entend et la rassure. Quand elle parle avec sa mère adoptive, Nadia, celle-ci lui confie que Radia leur a souvent parlé d'elle et qu'elle porte sa chaîne. Elle ne voit aucun problème à ce qu'elles restent en contact. Elle lui envoie dans un message leur identifiant sur les réseaux sociaux. Houari est heureux pour elle. Le premier contact s'est bien passé. Samira n'a qu'une hâte, la revoir, même si c'est derrière un écran !
La première chose que fait Samira, une fois rentrée chez elle, est de se connecter et d'envoyer des invitations à Nadia. Elle a l'impression que son cœur s'est arrêté en jetant un coup d'œil sur ses publications et ses partages de photos. Elle pleure de joie et embrasse l'écran de son smartphone. À défaut de pouvoir embrasser Radia, elle le fait sur les photos. La fillette est toujours souriante, et son regard brillant ne lui laisse aucun doute. Elle est heureuse auprès de sa nouvelle famille.
Un coup à la porte de la chambre la ramène sur terre.
- Tu peux entrer.
Narimène ouvre et remarque qu'elle est fébrile.
- Qu'est-ce qui t'arrive ? demande-t-elle. Tu me sembles bouleversée.
- Ce n'est rien, je suis juste émue. Je viens de voir les photos de la petite. Elle est partie vivre en Amérique, cela m'a fait chaud au cœur de la voir si heureuse. Elle avait perdu sa mère et ce sont des proches de sa famille qui ont repris sa tutelle après avoir été confiée à l'Etat.
- Dieu soit loué ! Je suis contente pour elle, même si je ne la connais pas. C'est terrible de perdre sa mère.
- Oui... Regarde ! N'est-elle pas adorable ?
Samira lui montre les photos de Radia.
- Wow ! s'écrie sa belle-sœur. Elle te ressemble beaucoup. Soubhan Allah ! On dirait ta petite sœur ou ta fille. Tu es sûre de ne pas avoir un lien de famille avec elle ?
- C'est ce qu'on me disait, répond Samira. Non, non mais je voudrais bien avoir une fille comme elle. Narimène, je m'excuse. Je n'aurais pas dû te laisser seule. Est-ce que tu as besoin de quelque chose ?
- Non. Je n'ai pas l'habitude de rester seule, répond la jeune fille.
- Tu es ici chez toi. Mets-toi à l'aise. Fais ce que tu veux.
- On ira se renseigner quand ?
- Tu t'impatientes déjà ? l'interroge Samira en riant. Dès demain, on se rendra aux centres. J'espère que les formations t'intéresseront.
- Inch'Allah ! Merci ma chère. Grâce à toi je vais prendre ma destinée en main. Au village, ce n'était pas possible. Père est quelqu'un d'ouvert et de tolérant. S'il y avait eu des écoles privées dans la région, il nous aurait payé les formations.
- Peut-être qu'à ses yeux ce n'était pas urgent vu que vous vivez dans l'aisance grâce à sa retraite. En plus, vous êtes belles et vous avez des prétendants. As-tu un ami ?
La jeune fille rougit tout en secouant la tête.
- Non, non...
Samira n'insiste pas. Elle a vu que sa question l'a embarrassée. Elle passe à autre chose. Narimène se confiera à elle dès qu'elle se sentira en confiance.
Houari, qui était sorti faire des achats, revient les bras chargés. Narimène s'empresse d'aller ranger les aliments dans le frigo.
- C'est étrange, dit-elle. Dès le premier jour, j'espérais préparer à manger dans cette belle cuisine. Mon rêve s'est concrétisé.
- Je sens que tu vas nous gâter, plaisante Houari, tout en prenant place dans le salon. D'ici, je pourrai voir ce que tu fais. Je garderai toujours un œil sur ce que tu fais. Je serai ton ombre.
- Si tu n'as rien de plus important à faire ? réplique Narimène. Mais merci. Cela me rassure. Vous reprenez quand le travail ?
- Après-demain. Samira, demain, on passera voir la gynécologue.
- Est-ce que je pourrai vous accompagner ?
- Bien sûr, dit Samira, avant de tendre son portable à son mari. Ça y est, j'ai envoyé les invitations. Regarde son profil. On peut voir les photos de Radia.
Houari les regarde et sourit.
- Elle est heureuse. À notre tour de l'être...
(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.