Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les 12 commandements de la phase transitoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"La bureaucratie créent des problèmes de disponibilité des médicaments"
lotfi Benbahmed, ministre délégué à l'industrie pharmaceutique
Publié dans Liberté le 24 - 06 - 2020

Un quota de 180 000 boîtes d'hydroxychloroquine va être remis à la pharmacie centrale des hôpitaux (CPH) par le laboratoire CPCM Pharma, a déclaré Lotfi Djamel Benbahmed, ministre délégué à l'Industrie pharmaceutique, hier lors d'une une visite à l'unité de fabrication situées à Lakhdaria (Bouira).
Cela s'ajoute à une autre quantité de près de 130 000 boîtes du même médicament qui a été remise à la PCH par le même laboratoire, ajoute le ministre tout en affirmant qu'avec "chaque boîte d'hydroxychloroquine un malade de Covid-19 peut être traité".
Le premier responsable du CPCM Pharma affirme de son côté que le quota "sera dsponible dans quinze jours". En outre, Saïdal est appelée à produire une petite quantité d'hydroxychloroquine à partir de la semaine prochaine et qui sera livrée à la PCH, a annoncé M. Benbahmed.
Ce dernier a, par ailleurs, tenu à rassurer qu'une fois un vaccin breveté et certifié par l'OMS, il sera disponible en Algérie. Interrogé sur les contraintes et les obstacles que rencontrent les professionnels du médicament, M. Benbahmed n'a pas nié leur existence.
"Il y a des contraintes bureaucratiques qui sont inadmissibles et qui non seulement peuvent créer des problèmes de disponibilité des médicaments pour les malades mais aussi favoriser indirectement l'importation", a-t-il soutenu.
Le ministre a affirmé que son département s'engage à lever ces obstacles. "Cela passe par des réformes structurelles avec les décrets exécutifs que nous sommes en train de mettre en place. Cela passe aussi par les efforts de certaines administrations qui doivent changer de comportements et se mettre au service de leur pays", indique-t-il.
Concernant la pénurie de plusieurs médicaments qui pénalise les malades depuis des mois, le ministre a affirmé que cette situation est "due principalement à des problèmes structurels". Il espère que les décrets exécutifs qui sont en préparation "permettront d'aller vers une nouvelle organisation". Il a évoqué un nouveau plan d'action qui permettra au citoyen de trouver le médicament en quantité suffisante et à un prix raisonnable.
"À travers les réformes structurelles que nous allons mettre en place, nous allons pouvoir encore continuer à développer cette industrie pour protéger la santé publique et pour en faire aussi un secteur créateur de richesses pour le pays", soutient-il.
De son côté, Abdelouahed Kerrar, président de l'Union nationale des opérateurs de la pharmacie (Unop), a tenu à rassurer que l'ensemble des médicaments utilisés pour traiter le coronavirus sont produits en Algérie en quantité suffisante.
"L'industrie pharmaceutique en Algérie a fait un saut important ces dernières années, et ce grâce aux efforts de l'Etat qui a encouragé l'interdiction de l'importation du médicament produit localement et les grands investissements réalisés par les opérateurs dans ce domaine.
Nous avons plus de cent usines qui fabriquent les médicaments", a-t-il déclaré. Le président de l'Unop dit également avoir constaté qu'il y a encore des obstacles et la bureaucratie qui empêchent les opérateurs de travailler dans un climat favorable.

Ali CHERARAK


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.