PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Appel à l'unité pour défendre le pluralisme politique"
Le PAD solidaire avec le RCD
Publié dans Liberté le 01 - 07 - 2020

Le PAD déplore le fait que toutes ses activités et actions publiques soient "frappées du sceau de l'interdiction depuis sa constitution le 26 juin 2019".
Les forces composant le Pacte pour l'alternative démocratique (PAD) sont plus que jamais solidaires avec leur partenaire, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), qui a fait l'objet, il y a une semaine, d'une menace de dissolution pure et simple du ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales. "Les forces du PAD assurent au RCD leur totale solidarité face à la dérive qui le cible, le menaçant de dissolution pour ses activités et positions politiques.
Elles appellent à l'unité la plus large en défense du pluralisme politique et des libertés démocratiques sans lesquels aucune possibilité de changement démocratique du système n'est possible", a indiqué dans un communiqué sanctionnant sa réunion tenue hier à Alger, sans toutefois en préciser le lieu exact.
Et d'ajouter : "Pour les forces du PAD engagées pour la consécration de la souveraineté populaire, cela passe par le respect des pluralismes et de la démocratie politique. Elles considèrent intolérables toute atteinte au pluralisme politique."
L'union sacrée des forces démocratiques est d'autant plus nécessaire que les libertés démocratiques (droit à l'organisation, droits de manifestation pacifique, de réunion, de liberté de presse, d'opinion...) sont, aux yeux des animateurs du PAD, "remises en cause" par les "pratiques" d'un système qui, s'offusquent-ils, "vient de franchir le Rubicon en s'attaquant une nouvelle fois au pluralisme politique chèrement acquis par des décennies de lutte contre le système du parti unique".
Preuve que le pluralisme politique est menacé ? Le PAD déplore le fait que toutes ses activités et actions publiques sont "frappées du sceau de l'interdiction depuis sa constitution le 26 juin 2019" et "les diverses pressions intolérables" auxquelles il est soumis.
Ne s'arrêtant pas là, les partis composant ce conglomérat se sont insurgés contre "les arrestations/emprisonnements de militants politiques et d'activistes de la révolution du 22 Février" qui, se sont-ils encore alarmés, "se comptent par centaines dans tout le pays, atteignant, ces derniers mois, une ampleur sans précédent".
"Le pouvoir continue de criminaliser l'action politique et citoyenne qui rejette la normalisation violente en vigueur", a asséné le PAD. De l'avis de celui-ci, le pouvoir en place est "contre la volonté de changement radical exprimée par la majorité du peuple algérien depuis 18 mois", confirmant ainsi "sa volonté de maintenir le système par l'usage de tous les moyens antidémocratiques".
Tout en réclamant "la libération de tous les détenus politiques et d'opinion et la levée de toutes les restrictions aux droits qui touchent nombre d'ex-détenus", ainsi que leur réhabilitation politique et juridique, les forces du PAD ont exigé "l'arrêt de la répression et des atteintes aux libertés fondamentales", ainsi que "le strict respect de l'exercice des libertés démocratiques, du pluralisme politique, de l'ouverture du champ politique et médiatique (...)".
Loin d'être découragés par l'adversité à laquelle ils font face, les partis composant le PAD ont assuré qu'"ils continueront à agir pour une transition démocratique autonome de toute tutelle du régime initiée par une conférence nationale indépendante en vue d'un processus constituant souverain débouchant sur le départ du système".
En outre, les forces du PAD ont exprimé à nouveau "leur solidarité avec les personnels soignants qui bravent les dangers et exposent leur vie et celle de leur famille en faisant face à la fulgurante propagation de la pandémie de Covid-19 dans des conditions de travail et de prise en charge des malades qui ne cessent de se dégrader".

Arab C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.