Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Une nouvelle secousse tellurique de magnitude 4,5 enregistrée à Mila    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Vaste mouvement dans le corps des présidents et procureurs généraux près les cours de justice    621 ressortissants algériens rapatriés à bord de 2 avions en provenance de Paris en 48h    Wilaya d'Alger/Covid-19: Fermeture de près de 5400 commerces pour non-respect des mesures préventives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Vaste mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Les grands axes du protocole du MESRS    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    L'apocalypse à Beyrouth    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    La fille des Aurès    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le schiste américain dans le rouge
Hydrocarbures non conventionnels
Publié dans Liberté le 02 - 07 - 2020

Depuis quatre mois, les nouvelles en provenance du "monde schisteux" aux Etats-Unis ne sont pas bonnes : les faillites se multiplient. Dimanche 28 juin, c'est la compagnie Chesapeake, deuxième producteur de gaz des Etats-Unis, qui a déposé le bilan. Avec cette grosse faillite, l'industrie américaine est prise dans une bourrasque, sombrant dans le rouge.
C'est du jamais vu au cours de la longue histoire de l'industrie du schiste américain. Fondée en 1989, l'entreprise est la pionnière de la fracturation hydraulique, une technique qui consiste à utiliser des volumes d'eau considérables dans l'extraction du gaz ou du pétrole. La pression fait circuler le pétrole de force dans la roche, le faisant remonter jusqu'aux structures de surface. L'entreprise a ainsi fait faillite car elle n'a pas pu rembourser une créance de 12 milliards d'euros.
Elle sollicite de la justice de l'Etat du Texas un accord de restructuration pour tenter d'effacer 6,2 milliards d'euros de dettes. Chesapeake employait environ 2 000 salariés. Aux dires de beaucoup d'experts, la fracturation hydraulique n'a jamais vraiment été rentable. Quand le marché pétrolier était calme, avec des prix caracolant à 80 ou à 100 dollars, des compagnies américaines investissaient massivement dans ce secteur.
Elles se sont rendu compte à quel point il était rentable pour elles de commercialiser le pétrole et le gaz de schiste qu'elles avaient déjà découverts. Aujourd'hui, le marché est beaucoup plus complexe et les prix dépriment, rendant peu attractif l'investissement dans cette industrie. Le schiste américain n'est rentable que si les prix du pétrole se maintiennent au-dessus de 45 dollars le baril.
Or, les cours de l'or noir sont descendus au-dessous de ce seuil, pendant plusieurs mois. Fin avril dernier, ils avaient même plongé dans le négatif, à cause de l'arrêt des économies du monde, du fait de la Covid-19. Il faut dire que les compagnies américaines n'ont pas réussi à offrir un environnement plus sûr à une industrie fragile et à risque élevé liés aux aléas du marché.
Et du coup, elles ne peuvent tenir sur la durée et miser sur la continuité. Selon les experts, cette grande fragilité du secteur tient aussi à la forte hausse des coûts de production aux Etats-Unis, malgré le fait que les moyens technologiques aient beaucoup évolué. Cette hausse des coûts s'explique également par une pénurie de pipelines qui oblige de plus en plus les pétroliers à acheminer leur production via des camions et des trains, une logistique plus onéreuse.
Cela entraîne un manque à gagner de 18 dollars par baril pour les producteurs, analyse Benjamin Louvet, cité par des médias. Par ailleurs, la chute de la production fait partie des grandes difficultés que connaissent les pétroliers américains. Pendant les années fastes, elle a décuplé.
Elle est toutefois très disparate et suit actuellement une tendance baissière. Outre le bassin permien, les gisements du Bakken, de Niobrara ou d'Anadarko stagnent. À cela s'ajoute un déficit chronique de productivité des puits de pétrole de schiste. Les experts brossent ainsi un tableau qui donne à réfléchir sur les répercussions réelles d'une industrie fragile. Cela refroidit les ardeurs des pays intéressés par l'exploitation du schiste.

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.