Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





3 ans de prison ferme requis
Procès de trois activistes de Béjaïa
Publié dans Liberté le 02 - 07 - 2020

Le procès des trois activistes du Hirak, Amar Berri, Merzoug Touati et Yanis Adjlia, arrêtés lors de la manifestation du vendredi 12 juin, s'est déroulé, hier, sous haute surveillance policière. Un important dispositif policier a été déployé autour du siège du palais de justice de Béjaïa. Tous les accès menant au tribunal ont été bouclés par des renforts de CNS pour empêcher le rassemblement des citoyens venus soutenir les trois prévenus.
Les quelques dizaines de manifestants qui se sont rassemblés, vers 10h, devant le stade scolaire situé à un jet de pierre du tribunal, ont été finalement dispersés par la police qui a opéré à des interpellations parmi les manifestants dont l'ancien parlementaire de Béjaïa Khaled Tazaghart et l'ancien policier Zahir Moulaoui.
À l'intérieur du tribunal, les avocats étaient en nombre pour défendre le dossier des trois activistes du hirak. Outre les membres du collectif de défense affiliés au barreau de Béjaïa, des dizaines d'avocats sont venus de plusieurs wilayas, notamment de Sétif, de Bouira, d'Alger, de Tizi Ouzou, de Boumerdèset de Chlef. À l'heure où nous mettons sous presse, le procureur de la République a requis une peine de trois années de prison ferme contre les trois accusés assortie d'une amende de 200 000 DA.
Il faut rappeler qu'ils sont poursuivis pour de lourds chefs d'inculpation. "Atteinte à la personne du président de la République" et "outrage à corps constitué" pour Amar Berri et "incitation à attroupement non armé", "publication pouvant porter atteinte à l'intérêt national" et "mise en danger de la vie d'autrui durant la période du confinement" pour les deux autres accusés.
À noter que la forte présence policière a aussi rendu impossible la tenue d'un rassemblement qui devait avoir lieu à la place de la Liberté d'expression Saïd-Mekbel et auquel le Pacte de l'alternative démocratique (branche locale) a appelé. Cela dit, des militants politiques et autres acteurs de la société civile de la région n'ont pas cessé d'appeler leurs concitoyens à faire preuve de vigilance en cette période de crise sanitaire.

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.