Covid-19: Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent l'état de disponibilité du vaccin    Avalanche de réactions d'indignation    Mandat d'arrêt contre le général Belksir    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    Covid-19, le lourd tribut des soignants    Saidal, un géant en devenir    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    Liberté provisoire pour Fahd Helfaia    Approbation des propositions des ligues régionales    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Les écuries d'Augias    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Chlef : Une série d'incendies de forêt sur le littoral    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Pour remplir une prison il faut bien vider quelque chose de l'extérieur    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Bouira: Une voiture dérape sur l'autoroute : mort d'un bébé et ses parents blessés    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Polémique autour d'une agence naissante    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien
Procès de l'assassinat du journaliste Khashoggi à Istanbul
Publié dans Liberté le 05 - 07 - 2020

Le procès par contumace sur l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul s'est ouvert vendredi en Turquie, avec le témoignage accablant d'un des employés turcs de cette représentation diplomatique, a rapporté l'agence de presse Reuters. Zaki Damir, un technicien local, a affirmé que les auteurs de cet ignoble crime, le 3 octobre 2018, lui ont demandé d'allumer le four dans la résidence du consul, décrivant une atmosphère glauque au siège du consulat, quelques minutes seulement après l'arrivée de l'ancien chroniqueur du Washington Post pour récupérer des papiers qu'il avait demandés pour le renouvellement de son passeport. "Il y avait cinq ou six personnes... Ils m'ont demandé d'allumer le four", a-t-il expliqué, précisant qu'"il y avait une atmosphère de panique", a rapporté Reuters.
"Si ce processus réussit... ce que ce procès renforcera... c'est la possibilité d'une compétence universelle", a déclaré Agnès Callamard, le rapporteur de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires à la veille du procès auquel elle assiste. "La justice dans ces affaires complexes ne se fait pas du jour au lendemain... mais un bon processus ici peut rassembler (des preuves), ce qui peut arriver dans cinq ou dix ans... lorsque les conditions seront réunies", a ajouté Callamard. Khadija Junakir, la fiancée de Khashoggi, qui l'attendait devant le bâtiment du consulat pendant qu'il était tué, a déclaré qu'elle continuerait de rechercher la justice, "non seulement en Turquie mais partout où cela est possible", lit-on encore sur le site de Reuters.
La justice turque a intenté ce procès contre 20 Saoudiens, accusés d'avoir commandité et exécuté ce meurtre, sur ordre du prince héritier Mohamed Ben Salmane, ce que nie totalement ce dernier, endossant toute la responsabilité à ses proches conseillers et responsables des services de renseignements du Royaume. Selon MBS et le palais royal, les auteurs du crime ont agi en solo, mais les rapports d'enquête des services de renseignements turcs et de la CIA (Etats-Unis) ont tous les deux conclu à la responsabilité directe de MBS. Agnès Callamard a demandé aux autorités saoudiennes de collaborer à son enquête en la laissant interroger les mis en cause, mais elle a butté sur un refus catégorique du Royaume, qui a jugé à huis clos les agents impliqués dans cette affaire.

L. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.