Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Le choc !    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    La forêt brûle à Cherchell, Damous et Gouraya    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Un passeur arrêté    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Enseignement supérieur : examen de la coopération bilatérale avec les Emirats arabes unis    Ligue 1 : Tayeb Mahyaoui nouveau président du MC Oran    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Chlef: Le nouveau procureur général installé    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Tébessa: Autre temps, autres gens...    La composition des deux groupes connue    Opération de nettoiement et de désinfection    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





26 décès et 1 500 personnes infectées
les victimes du coronavirus dans le corps médical
Publié dans Liberté le 05 - 07 - 2020

Force est de reconnaître que ces guerriers en blouse blanche commencent ces derniers jours à ressentir l'épuisement et la surcharge de travail après quatre mois sur le front.
La bataille que mènent le personnels soignant depuis quatre mois contre le coronavirus relève du sacrifice suprême. Il sont en train de payer de leur vie leur engagement dans les hôpitaux. Ils étaient jusqu'à hier 26 professionnels de la santé à mourir après s'être exposés au risque fatal de contamination pour sauver les autres personnes atteintes de Covid-19. C'est le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, qui a confirmé ce nouveau bilan de martyrs en blouse blanche auxquels il n'a pas manqué de rendre un vibrant hommage et de s'incliner à leur mémoire.
Le ministre a indiqué à ce propos que figurent, parmi ces victimes du secteur de la santé, des infirmiers, des médecins, des paramédicaux, des chauffeurs-ambulanciers. Et la liste est longue. Outre ces victimes, le secteur de la santé compte plus de 1 500 cas impactés et touchés par l'épidémie de coronavirus.
Néanmoins, le ministre a tenu à préciser que certains soignants sont déjà rétablis et d'autres toujours en soins. Un tel chiffre de professionels atteints par le coronavirus démontre, une nouvelle fois, tout le dévouement des différents corps de la santé encore en première ligne pour sauver des vies humaines.
Force est de reconnaître que ces guerriers en blouse blanche commencent ces derniers jours à ressentir l'épuisement et la surcharge du travail après quatre mois sur le front. Ils subissent au quotidien une grosse pression, en raison de la saturation des hôpitaux et de l'insuffisance de tests pour PCR. Ils vivent des moments de stress intense.
Pour les médecins contactés hier, ce chiffre officiel de professionnels décédés et contaminés par le coronavirus renseigne bien sur la situation et les conditions de travail qui sont loin d'être adéquates dans les structures hospitalières.
"Il y a des services qui enregistrent jusqu'à 5 contaminés par jour parmi le personnel soignant." Ils ont sans cesse la hantise d'attraper le virus, notamment après le rebond de l'épidémie conjugué au relâchement des citoyens qui ne respectent pas les mesures barrières. "Ce chiffre va encore augmenter. Il est difficile de s'acquitter de sa tâche. Les conditions de travail sont extrêmement difficiles en ces temps de crise sanitaire.
Les examens et les soins ne sont pas hiérarchisés. Et, par conséquent, le personnel soignant se retrouve pratiquement seul face à cette crise qui a mis à nu tout le système national de santé", avertira le Dr Boutaleb, médecin résident, en insistant sur l'absence d'une véritable prise en charge du personnel soignant.
"On doit assurer la protection du personnel soignant pour espérer poursuivre cette bataille contre cette maladie. Il est temps de revoir la stratégie de prise en charge des médecins et autres professionnels de santé.
Les pouvoirs publics doivent sérieusement résoudre ce problème. Si on continue à perdre encore nos collègues, qui va mener cette guerre et soigner les malades de la Covid-19 ? Il y a des médecins qui partagent un appartement à trois ou à 4, et ce, pour protéger leurs proches d'éventuelles contaminations. Il y a d'autres médecins qui ne peuvent même pas louer une chambre.
Ces derniers rentrent chez eux avec un gros risque de transmettre le virus aux membres de leur famille", alertera encore le Dr Boutaleb. Très inquiet par la recrudescence des contaminations, le personnel soignant demande enfin aux pouvoirs publics de s'impliquer pleinement dans sa protection, puisqu'il est aussi menacés par la Covid-19.

Hanafi H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.