Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul
affaire Tahkout
Publié dans Liberté le 11 - 07 - 2020

Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout, des membres de sa famille et d'anciens responsables de l'Etat s'est poursuivi ce jeudi, avec les plaidoiries de la défense.
L'avocate de l'ex-secrétaire général du ministère des Transports a soutenu que son mandant a reçu des instructions d'Amar Ghoul pour accorder la concession du port de Skikda au patron de Cima Motors, Mahieddine Tahkout. Le terrain de plus de 1000 mètres carrés devait servir de plateforme d'un terminal cimentier.
Tahkout, qui avait créé une Sarl pour bénéficier de cette concession, prévoyait, selon ses déclarations en audience, de le louer, au final, à une société étrangère. Appelé à s'expliquer sur ces accusations, l'ex-ministre des Transports, Amar Ghoul a nié catégoriquement avoir donné des instructions en faveur du groupe Tahkout. "Je ne suis jamais intervenu dans un dossier, ni donné des instructions spéciales. Je n'ai rendu aucun service à Tahkout, son projet était légal", a-t-il répondu.
Me Faden Mohamed, avocat de l'ancien ministre, a pris le relais pour rappeler qu'Amar Ghoul n'a pas comparu au début l'instruction menée par le juge conseiller auprès de la Cour suprême en tant qu'accusé.
"Amar Ghoul a subi des pressions durant l'instruction pour impliquer certaines personnes. De surcroît, les expertises judiciaires n'ont pas prouvé qu'il avait cumulé des fortunes illégales à l'extérieur ou à l'intérieur du pays", plaident ses avocats. La même stratégie de défense est adoptée par le collectif de défense du wali de Skikda, au moment des faits, soutenant que la direction du port de cette wilaya et Mahieddine Tahkout ont conclu une transaction légale, annulée plus tard, suite à une correspondance du ministère qui avait arrêté tous les projets non encore lancés. "C'est cela la véritable raison de l'annulation du projet d'investissement de Tahkout au niveau du port de Skikda et non parce qu'il a été obtenu illégalement", plaide sa défense. Dès l'entame de la plaidoirie, la défense de l'ancien ministre de l'Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, s'est opposée à la constitution du ministère de l'Industrie comme partie civile, plaidant non coupable pour les deux chefs d'accusation, à savoir abus de fonction et octroi d'indus avantages dans le cadre du dossier de l'assemblage automobile. Me Miloud Brahimi est revenu sur le parcours de plus de 40 ans de Youcef Yousfi en tant que haut cadre de l'Etat le qualifiant de "parcours exemplaire au service du pays. Mon client est victime d'un procès politique", estime-t-il.
L'avocat de l'accusé Hadjadj Omar, ex-directeur de l'industrie et des mines, a soutenu que ce dernier n'occupait pas un poste de responsabilité au moment des faits.
La défense de l'ex-wali d'Oran et ministre des Transports, Abdelghani Zaâlane, a demandé également son acquittement pour les chefs d'inculpation d'abus de fonction, d'octroi d'indus avantages et de passation de marchés en violation de la réglementation, notamment avec l'Etusa, et ce dans le cadre de la location des bus de l'entreprise de Tahkout, affirmant qu'il n'y a dans le dossier aucune trace de son interférence.
De même, l'avocat de l'ex-directeur général des œuvres universitaires, Bouklikha Farouk, a rejeté l'accusation de la conclusion de transactions douteuses, considérant que Mahieddine Tahkout a "remporté le marché parce qu'il a présenté l'offre la plus intéressante". Pour la défense de l'ancien directeur des œuvres universitaires de la wilaya de Tipasa, les accusations portées contre lui "tombent par manque de preuves et non par fondement juridique du fait que les marchés conclus l'ont été sur la base d'appels d'offres publics et ont été passés dans le respect des procédures réglementaires."
Nissa H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.