Covid-19: Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent l'état de disponibilité du vaccin    Avalanche de réactions d'indignation    Mandat d'arrêt contre le général Belksir    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    Covid-19, le lourd tribut des soignants    Saidal, un géant en devenir    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    Liberté provisoire pour Fahd Helfaia    Approbation des propositions des ligues régionales    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Les écuries d'Augias    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Chlef : Une série d'incendies de forêt sur le littoral    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Pour remplir une prison il faut bien vider quelque chose de l'extérieur    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Bouira: Une voiture dérape sur l'autoroute : mort d'un bébé et ses parents blessés    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Polémique autour d'une agence naissante    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS face au défi du rassemblement
Après l'élection de la nouvelle instance présidentielle
Publié dans Liberté le 12 - 07 - 2020

Orphelin de son chef historique, le défunt Hocine Aït Ahmed, depuis décembre 2015, le FFS a connu, particulièrement ces deux dernières années, la pire crise de son existence.
Avec l'élection, vendredi, de l'instance présidentielle conduite par le premier secrétaire, Hakim Belahcel, le FFS sur lequel planait le spectre de la dislocation en raison des profondes divergences et des divisions qui le minaient, franchit sans aucun doute une étape importante sur le chemin de sa réhabilitation politique. Il réussit à clore une séquence qui a paralysé les structures du parti, entravé son fonctionnement et l'ayant empêché probablement de jouer un rôle auquel il pouvait légitimement aspirer dans l'encadrement de l'insurrection citoyenne de février 2019. Orphelin de son chef historique, le défunt Hocine Aït Ahmed, depuis décembre 2015, le FFS a connu, particulièrement ces deux dernières années, la pire crise de son existence. À une crise organique provoquée par des tiraillements pour le contrôle de l'appareil s'est ajoutée une crise politique à travers des positions erratiques sur les questions qui agitent la scène nationale.
Et la démarche adoptée par l'ancienne instance, notamment pour la promotion du consensus national ou encore les rapprochements opérés avec d'autres partis politiques et certaines décisions jugées fantaisistes ont fini par corser la crise.
À telle enseigne que des frictions sont apparues au grand jour au sein du parti, allant jusqu'à désorienter les militants. Pis encore, les accusations que s'échangeaient parfois les deux ailes autour de prétendues velléités de rapprochement avec le pouvoir a plombé l'action du parti, devenu par moments inaudible.
"Le FFS vient de franchir une étape importante de son histoire. La réussite du congrès national extraordinaire d'aujourd'hui est l'œuvre monumentale de l'ensemble des militantes et des militants du FFS. Nous saluons tous les congressistes et l'ensemble des candidats issus des deux listes engagées dans cette compétition transparente et démocratique. Demain, sera déjà le début de notre mission pour réhabiliter la place du FFS, redonner confiance à tous nos vaillants militants et préparer au bout, un congrès national rassembleur et historique", s'est réjoui, au terme du congrès, Hakim Belahcel. "Lassés par le climat délétère d'affrontement entre groupes et personnes, les congressistes ont privilégié la liste porteuse d'une véritable démarche politique collective qui renoue avec les fondamentaux du FFS." Pourtant, derrière cet optimisme, la mission ne s'annonce pas de tout repos pour la nouvelle direction dont l'objectif affiché est de réunir la famille du FFS et de "ramener à la maison" les anciens cadres éjectés pour une raison ou une autre.
Et c'est là le grand défi du parti pour les prochaines semaines, voire les prochains mois. Mais au regard des dégâts occasionnés par l'ancienne direction et les divisions provoquées au niveau de la base, au point que certains se demandent, même aujourd'hui, l'étendue de l'ancrage du parti dans le pays, le rassemblement s'annonce laborieux. Vendredi, Hakim Belahcel a promis de convaincre les anciens cadres, dont certains injustement écartés, de revenir au sein de la grande famille du parti. Mais réussira-t-il son pari ?
Karim Kebir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.