Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    Installation des nouveaux présidents et procureurs généraux aux Cours de justice de Tiaret et Relizane    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La colère de Tebboune    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Verdict le 15 juillet
Affaire Tahkout et d'anciens hauts cadres de l'état
Publié dans Liberté le 14 - 07 - 2020

Le procès Tahkout s'est achevé tard avant-hier, avec le dernier mot accordé au principal accusé poursuivi avec ses trois frères et son fils pour corruption et perception d'indus avantages accordés par d'ex-fonctionnaires de l'Etat dans le cadre de l'assemblage automobile, des œuvres universitaires, du transport urbain et suburbain. Mahieddine Tahkout a soutenu "que la famille Tahkout est une famille de martyrs et qu'il n'avait pas trahi le pays ni transféré de l'argent à l'étranger, bien au contraire, il fait des investissements qui ont créé beaucoup d'emplois".
Durant les trois premiers jours d'audition des 66 accusés, le magistrat a tenté de comprendre comment l'ancien commerçant dans les années 1990 a pu cumuler une fortune aussi colossale. Une concession automobile, des usines de pièces de rechange et de fabrication de sièges auto, une usine d'assemblage de véhicules à Tiaret, des parts dans une chaîne de télévision privée, quatre appartements à l'étranger dont trois à Nice et un à Nîmes, ainsi qu'une flotte de plus de 3 500 bus qu'il louait à l'Etat pour 16 000 DA la journée, apprend-on à l'audience. Et la liste est loin d'être exhaustive, jusqu'à causer, selon l'acte d'accusation, un préjudice de 309 milliards de dinars et 1,2 de milliard de dollars de transfert à l'étranger.
La rumeur le disait associé avec l'ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia. Ce qui a été démenti pendant le procès. Ahmed Ouyahia n'a d'ailleurs pas comparu devant le juge pour un tel reproche, mais pour des soupçons d'indus avantages accordés à Tahkout dans le cadre du dossier de montage automobile et pour blanchiment d'argent. Ouyahia n'a pas souhaité "pour des raisons d'Etat", affirme-t-il, s'étaler sur les multiples mouvements, entre 5 et 70 millions de dinars, effectués sur son compte bancaire entre 2014 et 2018, expliquant que c'est à cause de son cancer qu'il a oublié de mentionner ce compte dans sa déclaration de patrimoine. Mahieddine Tahkout a même accusé l'ancien Premier ministre et l'ex-ministre de l'Industrie Youcef Yousfi d'avoir bloqué son projet Suzuki, réclamant un dédommagement de 500 millions de dinars.
Il a aussi nié avoir contracté des crédits bancaires de l'ordre de 27 000 milliards de centimes, soutenant que tous ses investissements l'ont été sur fonds propres. Il a même défié le magistrat de lui montrer des documents qui prouvent le contraire, précisant que le marché décroché auprès de l'Etusa a permis à cette dernière d'économiser 200 milliards de centimes et au Trésor public 20 milliards de centimes. Et d'ajouter que l'entreprise publique lui doit 157 milliards de centimes à ce jour. Sa défense a, en outre, présenté, lundi dernier en fin de journée, une douzaine de documents prouvant que la transaction de location de ses bus a été conclue dans le respect de la réglementation. Les avocats des différents accusés ont demandé la relaxe, estimant que le réquisitoire du parquet est en contradiction avec "l'absence de preuves dans le dossier judiciaire et les révélations durant l'audience".
Le représentant du ministère public avait, en effet, requis, au troisième jour du procès, une peine de 16 ans de prison pour le patron de Cima Motors, Mahieddine Tahkout, et 8 millions de dinars d'amende, 10 ans contre son fils Bilal, 12 ans et 8 millions de dinars d'amende contre son frère Rachid, 8 ans de prison et 5 millions de dinars d'amende contre Hamid Tahkout, 3 ans de prison contre le troisième frère, Nacer. Ces peines sont assorties de la saisie des biens de la famille acquis dans le cadre des transactions incriminées. Le procureur de la République a, en outre, demandé 32 millions de dinars d'amende pour les personnes morales.
Le parquet a réclamé 15 ans de prison ferme et 8 millions de dinars d'amende, ainsi que la confiscation des biens des anciens Premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, 10 ans de prison ferme et 2 millions de dinars d'amende contre les ex-ministres Amar Ghoul (Travaux publics), Youcef Yousfi (Energie et Industrie) et Abdelghani Zaâlane (Travaux publics et Transports) et 20 ans de prison ferme contre l'ex-ministre de l'Industrie Abdeslam Bouchouareb avec la saisie de ses propriétés et le lancement d'un mandat d'arrêt international à son encontre.
Nissa H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.