Mutisme !    En solidarité avec le bâtonnier Sellini: Des avocats protestent à Alger    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Combats meurtriers au Karabakh: L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les avis des partis et des personnalités    Sit-in des avocats à Alger    Les propositions des uns et des autres    Les contaminations continuent de baisser    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Guardiola encense de nouveau Mahrez    Report du procès en appel    Tottenham : Mauvaise nouvelle pour Son Heung-min    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Covid-19: 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    ANSEJ : Large mouvement au niveau des directions d'annexes    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Ces nids à problèmes    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La défense compte saisir le chef de l'Etat
Rejet de la demande de liberté provisoire de Khalida Toumi
Publié dans Liberté le 06 - 08 - 2020

La chambre d'accusation de la Cour suprême a statué, hier après-midi, pour le maintien en détention provisoire de l'ex-ministre de la Culture, Khalida Toumi. Elle a appuyé, de ce fait, la décision du conseiller instructeur en titre de la même juridiction, qui a décidé, il y a quelques jours, de prolonger sa détention provisoire de quatre mois supplémentaires, pour les besoins de l'enquête.
Selon l'avocat de l'ex-ministre de la Culture, Me Boudjemâa Ghechir, "la chambre d'accusation n'a pas le droit de valider la décision de prolongation de sa détention préventive au-delà d'une période de 8 mois, car elle est poursuivie dans le cadre d'un délit. Et dans ce cas de figure, la détention provisoire ne doit pas excéder cette période. Khalida Toumi est depuis un mois en prison, de manière illégale.
C'est une violation de l'article 125 du code de procédure pénale". Et d'ajouter : "Nous allons saisir le président de la République en tant que premier magistrat du pays sur cette violation de la loi et l'interpeller sur le fonctionnement de la justice qui perd chaque jour davantage sa crédibilité."
L'ancienne ministre a été placée sous mandat de dépôt le 4 novembre 2019 à la prison d'El-Harrach, à l'issue d'une longue audition par le magistrat instructeur de la Cour suprême. Elle est poursuivie pour "dilapidation de deniers publics, abus de fonction et octroi d'indus privilèges".
L'enquête préliminaire s'est intéressée à l'ensemble des actes de gestion de la ministre entre 2002 et 2014, et particulièrement aux frais d'organisation de deux événements culturels sous la présidence d'Abdelaziz Bouteflika. À savoir, le Festival panafricain en 2009 et "Tlemcen, capitale de la culture islamique", en 2011.
"Les enquêteurs ont estimé que les coûts de ces événements sont élevés. Mais ce qu'il faut savoir c'est qu'ils revêtaient un caractère très particulier. Ce sont des initiatives politiques pour redorer le blason du pays qui ont été entreprises sur instruction du président de la République et avec le quitus du Conseil des ministres. Il fallait notamment payer les billets d'avion et les frais d'hébergement des participants des pays africains pauvres", explique Boudjemâa Ghechir.
La défense de l'ex-ministre de la Culture se plaint, en outre, de la lenteur des investigations judiciaires. "En neuf mois, Khalida Toumi n'a été entendue qu'une seule fois. L'instruction est au point mort. Ce qui rend encore plus intolérable son maintien en prison", estime son avocat.

Nissa H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.