Mutisme !    En solidarité avec le bâtonnier Sellini: Des avocats protestent à Alger    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Combats meurtriers au Karabakh: L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les avis des partis et des personnalités    Sit-in des avocats à Alger    Les propositions des uns et des autres    Les contaminations continuent de baisser    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Guardiola encense de nouveau Mahrez    Report du procès en appel    Tottenham : Mauvaise nouvelle pour Son Heung-min    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Covid-19: 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    ANSEJ : Large mouvement au niveau des directions d'annexes    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Ces nids à problèmes    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier
Assassinat du président Mohamed Boudiaf
Publié dans Liberté le 06 - 08 - 2020

Vingt-huit ans après, le dossier de l'assassinat du président Mohamed Boudiaf refait surface. Alors que la justice avait condamné le lieutenant-colonel M'barek Boumaârafi comme étant l'assassin du chef de l'Etat et conclu à "l'acte isolé", son fils Nacer Boudiaf ne semble pas convaincu de cette thèse. Dans une lettre adressée au président Abdelmadjid Tebboune, le fils de l'ancien président du Haut-Comité d'Etat demande la réouverture du dossier.
Dans sa missive, dont nous détenons une copie, Nacer Boudiaf se plaint d'abord de l'absence de réponse du ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati. Après avoir déposé une lettre au ministère de la Justice au mois d'octobre dernier, "demandant la réouverture du dossier", sa démarche "n'a pas eu de réponse de la part du ministre Zeghmati, ne serait-ce que par politesse", écrit-il au chef de l'Etat, avant d'arriver à l'essentiel : sa requête est justifiée par "l'apparition d'éléments nouveaux" dans le dossier de l'assassinat de Mohamed Boudiaf.
Il s'agit d'abord du témoignage de la directrice du journal El Fadjr, Mme Hadda Hazem "qui nous apprend que des responsables de médias étaient au courant de l'assassinat du Président quelques heures avant le drame !". Hadda Hazem, qui était à l'époque au journal El Massa, rapporte que son ancien rédacteur en chef, Mokkadem El-Hocine, est entré à la rédaction du journal vers 9 h en déclarant aux collègues : "Aujourd'hui, ils vont buter Boudiaf à Annaba."
Le deuxième témoignage est "celui de l'ex-chef de bureau du journal Le Soir d' Algérie, Omar Touati, qui vient de publier un livre qui s'intitule ‘J'accuse' où il remet en cause la version officielle", assurant que "ce n'est pas Boumaârafi qui a tué Boudiaf", note Nacer Boudiaf. Il rappelle également la citation de l'ancien ambassadeur de France à Alger, Bernard Bajolet, qui avait affirmé que "nous regrettons de ne pas avoir donné sa chance à Boudiaf".
Pour le fils de l'ancien Président, ces révélations "ne laissent plus de doute, je vous demande la réouverture de ce dossier, vu ces fracassantes nouvelles". Plus que cela, il lance un défi au chef de l'Etat. Un refus de rouvrir le dossier de l'assassinat de Mohamed Boudiaf "sera considéré comme une injustice envers notre famille et envers les Algériens", note Nacer Boudiaf qui gère depuis quelques années la fondation qui porte le nom de son défunt père.
"Seule la réouverture du procès sur son assassinat exprimera les réelles intentions du pouvoir en matière de justice, et prouvera au monde extérieur que nous n'avons pas besoin d'une justice venue d'ailleurs pour mettre fin à l'impunité du lâche assassinat de Mohamed Boudiaf", conclut Nacer Boudiaf.
Mohamed Boudiaf, désigné président du Haut-Comité d'Etat (HCE), une instance collégiale qui avait remplacé la fonction de président de la République après l'arrêt du processus électoral en janvier 1992, a été assassiné le 29 juin de la même année au Théâtre régional d'Annaba alors qu'il animait un meeting.
L'enquête diligentée pour faire la lumière sur l'affaire a conclu que le lieutenant-colonel M'barek Boumaârafi était l'assassin du Président et qu'il avait agi "seul". Il a été condamné à mort par la Cour criminelle d'Alger en mai 1995. Il est toujours en prison.


A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.