Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après le choc, la colère !
Des milliers de libanais dans la rue contre le gouvernement
Publié dans Liberté le 08 - 08 - 2020

Des manifestants et des groupes de la société civile ont appelé hier à relancer la révolution d'octobre 2019 dans tout le pays et à maintenir la pression sur le pouvoir en place jusqu'au départ de toutes ses figures.
Des milliers de Libanais sont sortis hier dans les rues du pays pour exprimer leur colère, quatre jours après les explosions spectaculaires au cœur de la capitale ayant causé la mort d'au moins 151 personnes et fait plus de 5 000 blessés, selon un dernier bilan. Alors que les recherches d'autres victimes sous les décombres des immeubles effondrés aux abords du port de Beyrouth se poursuivent, des milliers de personnes ont battu le pavé en scandant des slogans hostiles aux dirigeants du pays tenus pour responsables de toutes les calamités qui endeuillent un pays déjà au bord de l'asphyxie économique.
Des affrontements ont cependant eu lieu entre les manifestants et les forces de l'ordre, causant plusieurs blessés dans les deux camps, selon des médias sur place. La police a fait usage de gaz lacrymogènes contre des groupes de jeunes manifestants qui ont lancé des pierres et des bâtons à la périphérie du rassemblement pacifique. L'armée qui a appelé dans la matinée à la retenue en disant comprendre la colère du peuple libanais, a fini par sortir pour investir les rues de quelques quartiers de la capitale.
Pour beaucoup de Libanais, la catastrophe de mardi soir n'est que la goutte qui a fait déborder le vase. Sans surprise, l'élite dirigeante a été hier la cible principale des manifestants qui ont brandi des pancartes dénonçant la "gabegie", "l'incompétence" et la "corruption" pratiquées à tous les niveaux des institutions par une "caste" qui tient les rênes du pouvoir depuis plus de trois décennies.
Associations de la société civile, personnalités nationales, écrivains, figures de l'opposition et citoyens lambda, parmi lesquels des vieux, des jeunes et des femmes, se sont donné rendez-vous en début d'après-midi dans les quartiers de la capitale pour exiger "une bonne fois pour toutes" le départ de toutes le figures d'un système qui a mis le pays à genoux, selon de nombreux manifestants cités par le très sérieux journal libanais L'Orient le jour. Des pages Facebook ont relayé en direct les manifestations afin de permettre au monde entier, selon un internaute, d'écouter la voix d'un pays meurtri par un cycle interminable de souffrances et de douleurs. "Nous sommes venus manifester pour renverser ce système, ses ministres et ses députés corrompus qui ont détruit le Liban.
Tous, veut dire tous (référence au slogan de la révolution de l'automne dernier : Kellon yani kellon, ndlr)", a pesté un manifestant. "S'ils ont encore une once de dignité, ils doivent tous démissionner", ont dit d'autres, cités encore par L'Orient le jour qui a consacré un direct des manifestations. Selon de nombreuses personnes, le cataclysme qui a frappé la capitale du pays mardi soir ne fera qu'exacerber la colère des Libanais contre les dirigeants déjà au cœur de la contestation dans tout le pays depuis 2019.
La tragédie de Beyrouth sera-t-elle un nouveau catalyseur de la révolution ? Vraisemblablement. Plusieurs groupes de la société civile ont appelé en effet à relancer la mobilisation et à maintenir la pression sur le pouvoir en place jusqu'au départ de toutes ses figures.
Pour de nombreux militants et activistes, aussi tristes que sont ces événements, ils doivent être l'occasion pour que le Liban amorce véritablement son changement espéré. "Si le changement n'a pas lieu aujourd'hui, il n'aura jamais lieu", résume une pancarte brandie par un jeune Libanaise.


Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.