Report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad    Début de la révision des listes électorales    Un élément abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    Colère des transporteurs privés    Communiqué du Conseil des ministres (Texte intégral)    Boukadoum s'entretient à Bamako avec une délégation du CNSP    Révision de la Constitution: lancement de l'inscription en ligne sur les listes électorales    Foire agricole du 23 au 27 septembre à Alger: une occasion pour écouler les méventes    Fédération algérienne de handball : l'assemblée générale ordinaire fixée au 25 septembre    Coronavirus: 203 nouveaux cas, 124 guérisons et 7 décès    Mascara: vers une stratégie pour l'organisation du travail du mouvement associatif en Algérie    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Cour d'Alger: report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad au 27 septembre    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    Liberté de dire. Toujours !    Tebboune installe une commission pour l'amender    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    La justice à la recherche des complices de Haddad    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Où est l'Algérie ?    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet
l'institut national de santé publique évalue l'évolution de l'épidémie
Publié dans Liberté le 09 - 08 - 2020

La situation pandémique due au Covid-19 est loin de connaître un ralentissement en Algérie. L'évolution des chiffres de contamination analysés du 1er mars au 3 août par les experts de l'Institut national de santé publique montre bien que l'épidémie n'a pas connu de répit. Les données inventoriées dans le dernier bulletin n°89 de l'Institut national de santé publique (INSP) montrent que le virus poursuit sa propagation à travers plusieurs régions du pays. Les tendances du nombre de malades obtenues par PCR ont atteint les 31 972 cas positifs jusqu'au 3 août dernier.
En revanche, le nombre de malades Covid-19 recensés après examen radiologique TDM (tomodensitométrie) représente le double de celui des personnes testées positives après une confirmation biologique. Autrement dit, l'Algérie compte 63 944 patients diagnostiqués jusqu'à lundi dernier par scanner seulement. Si l'on additionne les cas confirmés, selon la norme prescrite par l'OMS, l'Algérie dépassera les 95 000 patients touchés (probables et confirmés) par l'épidémie qui sévit dans le pays depuis six mois.
C'est dire que le pays se rapproche du cap des 100 000 cas. Ce décompte épidémiologique scruté par les scientifiques de l'INSP sur la base des données mises en ligne par le ministère de la Santé indique que le nombre de réservoirs épidémiques ne cesse de se multiplier à travers le territoire national. En un mot, six mois après son apparition, l'activité du coronavirus reste intacte. Malgré les six mois de lutte avec sa lourde facture, le risque de dangerosité du virus n'est pas complètement écarté. Les analystes de l'INSP font d'ailleurs remarquer que la Covid-19, qui avait fait officiellement son entrée dans la wilaya de Blida le 2 mars, avec quatre personnes infectées, membres d'une même famille, a poursuivi "promptement" sa progression au point de se propager à travers les 48 wilayas du pays. L'étude de l'INSP a dressé une sorte de bilan d'activité du coronavirus avec, à la clé, des dates et des chiffres de référence de l'épidémie jusqu'au 31 juillet dernier. Les auteurs du bulletin au n°89 rappellent le premier cas confirmé de Covid-19, survenu le 25 février à Ouargla. Il s'agissait d'un ressortissant italien. Ils ont mentionné aussi la date du premier décès dû au Covid-19, soit le 12 mars, dans la wilaya de Blida. Ces dates repères ont permis aux analystes de détailler la répartition des taux d'incidence par wilaya durant toute la période d'activité du virus. L'étude reprend, d'une manière circonstanciée, l'évolution des taux d'incidence des cas PCR+ et scanner+, mois par mois, de l'épidémie.
Il faut retenir qu'aucune wilaya n'a enregistré une incidence en dessous de 8 cas pour 100 000 habitants. Les cas notifiés émanent de toutes les régions et la part du centre du pays ne représente plus que 37,2% du total des cas. Le taux d'incidence a été multiplié par un facteur de 42,47 durant la période allant du 31 mars au 31 juillet derniers. L'analyse en question reprend également l'évolution des taux d'accroissement, mois par mois, des cas PCR+ et des cas diagnostiqués par le scanner. Au total, le taux d'incidence des cas PCR+ est passé de 1,68 cas pour 100 000 habitants le 31 mars, à 71,35 le 31 juillet, soit un différentiel de 69,7 points en quatre mois. Alors que l'incidence des cas TDM+ a été multipliée par 13 entre la fin avril et la fin juillet, en passant de 11,11 à 148,52 cas pour 100 000 habitants.
À partir du 31 mai, l'activité du virus est devenue nationale. Toutes les wilayas ont enregistré au moins un cas de Covid-19. L'analyse de l'INSP a traité aussi l'évolution quotidienne du nombre des nouveaux décès. Au 31 juillet, les wilayas qui ont déploré les taux de mortalité les plus élevés sont Blida (10,31 décès pour 100 000 habitats), Sétif (6,07), Tipasa (6), Alger (5,27) et Ouargla (4,29). Quatre de ces wilayas sont situées dans le top 5 des régions avec les plus fortes incidences. S'agissant du taux d'hospitalisation, le mois de juillet reste le mois qui a enregistré une élévation importante du nombre de patients hospitalisés. Leur nombre, durant la période allant du 1er au 24 juillet, est passé de 9 005 à 12 784, avec des taux d'hospitalisation respectifs de 21,0 et de 30 pour 100 000 habitants, d'où la saturation des hôpitaux dans plusieurs wilayas.
Les experts de l'INSP ont, cependant, relevé une baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet. Le nombre a diminué jusqu'à 8 231 le 31 juillet avec un taux d'hospitalisation de 19,36 pour 100 000 habitants. Ce recul s'explique, selon toute vraisemblance, par les mesures prises après la réunion du 9 juillet présidée par le président de la République au cours de laquelle des décisions ont été prises pour renforcer le dispositif national d'hospitalisation, au point d'atteindre 20 000 lits dédiés au Covid-19.
Il y a lieu, enfin, de relever que l'apogée de l'épidémie a été observé durant le mois de juillet où le nombre de nouveaux cas PCR+ notifiés a été multiplié par un facteur de 3,6. En fait, le mois de juillet est marqué par une hausse importante des déclarations avec, en moyenne, 531,8 cas par jour. Le pic épidémique national a été pulvérisé le 24 juillet dernier avec 675 cas. 16 487 ont été enregistrés, soit 3,65 fois plus qu'au mois de juin. Ce parcours pandémique effectué par l'INSP mérite, néanmoins, d'être suivi de propositions pratiques. Des propositions ciblées et orientées pour contribuer au renforcement du dispositif de prévention et de protection mis en place par les autorités sanitaires.
Hanafi H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.