Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'incidence du coronavirus fait un bond de 19%
SELON L'INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 07 - 2020

Pas de recul en matière de contaminations au Covid-19. Bien au contraire, chaque jour, c'est un nouveau record qui est atteint. Les wilayas d'Alger, d'Oran, de Blida et de Sétif se disputent le haut du tableau avec de nouvelles contaminations toujours en hausse. Plus de dix jours après le confinement partiel de certaines communes et l'interdiction des déplacements entre de nombreuses wilayas, la courbe fait de la résistance. Le dernier bulletin de l'Institut national de santé publique fait état d'un accroissement de l'ordre de 19% de l'incidence du coronavirus à l'échelle nationale.
Nawal Imés - Alger (Le Soir) - Ni les décisions prises à l'échelle locale ni celles annoncées par la chefferie du gouvernement ne semblent impacter le nombre de contaminations au Covid-19. Chaque jour, le bilan enregistre de nouveaux records alors que sur le terrain, la saturation des structures de santé se confirme de plus en plus. Dans son dernier bulletin, l'Institut national de santé publique (INSP) indique que le taux d'incidence à l'échelle nationale est de 50,13 cas pour 100 000 habitants, soit un accroissement de 19,9% au cours des sept derniers jours. Six wilayas enregistrent une incidence supérieure à 80 cas pour 100 000 habitants. Il s'agit de Blida, Sétif, Ouargla, Tipasa, Khenchela et Oran.
En termes de répartition géographique, c'est la région Centre qui arrive en tête des déclarations avec 37,8% de l'ensemble des cas, suivie de la région Est (30,1%), de la région Ouest
(16,8 %) et en dernier de la région Sud (15,2%). La mortalité est également en évolution, avec un accroissement de 6,5 % entre le 9 et le 16 juillet. En toute logique, le nombre des nouveaux cas positifs après une PCR augmente quotidiennement, ce qui fait dire aux rédacteurs du bulletin de l'INSP que la circulation du virus est persistante.
Le nombre des cas positifs est passé de 3 151 cas PCR+ entre le 3 et le 9 juillet à 3 547 cas PCR+ au cours de la dernière semaine, soit un taux d'accroissement de 12,6%. Même si le scanner n'est pas plus recommandé en première intention pour poser le diagnostic, le taux d'incidence des cas confirmés par TDM est le double de celui effectué par la PCR, soit un taux d'accroissement de 172,2%.
Au cours des trois dernières semaines, une augmentation importante en terme de nombre hebdomadaire de nouveaux cas est enregistrée. Durant la semaine du 26 juin au 2 juillet, ce nombre a doublé, passant de
1 060 à 2212, soit un accroissement de 108,7.. Au cours de la semaine allant du 3 au 9 juillet, l'augmentation du nombre des nouveaux cas est de 42,4%, correspondant à un total hebdomadaire de 3 151, soit un accroissement de 12,6%. C'est dire que rien ne semble impacter l'évolution de la pandémie.
La situation épidémiologique reste toujours inquiétante. Elle avait poussé le gouvernement à mettre les autorités locales face à leurs responsabilités.
Dans de nombreuses wilayas, les communes les plus impactées ont vu leurs horaires de confinement réaménagés, alors que la circulation entre les wilayas les plus impactées reste toujours interdite.
Force est de constater que les retombées de ces décisions tardent à se faire ressentir et que l'approche de Aïd-el-Adha fait craindre le pire.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.