La wilaya d'Alger réagit    Le Graët pessimiste pour un match Algérie-France avant la fin de son mandat    League Cup: Tottenham qualifié par forfait    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..    APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le Bayern remonte sur scène, retour risqué des fans    Quand le bricolage fait des siennes    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    Les détails du protocole sanitaire    Téhéran crie victoire face à Trump    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Le directeur sous contrôle judiciaire    Le niveau de l'eau en baisse significative    Investiture en catimini du président Loukachenko    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les révélations glaçantes de sa famille
Décès de Moussa Benhamadi
Publié dans Liberté le 10 - 08 - 2020

Trois semaines après le décès de Moussa Benhamadi, en prison, sa famille sort du silence. Par le biais d'un encart publicitaire publié dans les quotidiens El Watan et El Khabar, la famille de l'ancien ministre de la Poste révèle les conditions inhumaines dans lesquelles l'homme avait vécu quelques jours avant son décès. À cause notamment des poursuites dont font l'objet ses membres, la famille Benhamadi n'a pas fait de bruit. Elle a publié, hier dans la presse, un encart publicitaire sous couvert de "remerciements" pour ceux qui ont compati à sa douleur, suite à la disparition de Moussa Benhamadi, le 17 juillet dernier. Mais le message cache mal la colère. On y lit, qu'avant de rendre l'âme, l'ancien ministre a subi un véritable supplice : le 3 juillet, sentant les premiers symptômes de la Covid-19, le défunt s'est rendu à l'infirmerie du pénitencier, mais n'a pas subi de "diagnostic précis". Les symptômes étant toujours là, Moussa Benhamadi retourne, une nouvelle fois, à l'infirmerie, le 9 juillet, d'autant plus qu'il "avait de la fièvre et toussait", et "avait perdu le goût et l'odorat", ressentant, en outre, une "forte fatigue". Malgré cela, "il n'a pas été pris en charge". Sa situation se dégradant, Benhamadi retourne, une troisième et dernière fois, à l'infirmerie le 12 juillet, après "son retour" de la Cour Suprême où il était entendu par le juge-conseiller, détaille la famille. En vain. Le lendemain, le défunt "s'effondre" dans la cour de la prison. "Il avait perdu connaissance", précise le document, ce qui a poussé l'administration à le conduire à l'hôpital Mustapha-Pacha d'Alger, qui a diagnostiqué une charge virale de 75%. Il y mourra le 17 juillet. Plus grave encore, la famille Benhamadi raconte, citant ses avocats, que malgré "une situation sanitaire délicate" caractérisée notamment par "une forte fièvre", "une transpiration abondante" et "une forte toux", le juge-conseiller près la Cour suprême a "refusé de reporter l'audition". Pourquoi ? On ne le saura peut-être jamais. Plus que cela, les avocats ont demandé à l'administration de "la prison d'El-Harrach" et "à la Cour suprême" le dossier médical.
En vain. Ces révélations confortent ainsi les revendications des défenseurs des droits de l'Homme qui réclament "l'humanisation" de la justice dans le pays. Surtout que cette affaire est loin d'être un cas isolé, car Moussa Benhamadi n'a pas été le seul à mourir en prison, avant même qu'il ne soit jugé ou condamné. Kamel-Eddine Fekhar est décédé, en 2019, des suites d'une grève de la faim, tout comme Mohamed Tamalt, mort en décembre 2016.
Par ailleurs, un détenu issu du mouvement populaire, dans la région de Ghardaïa, s'est vu refuser par le juge le droit d'assister à l'enterrement de sa femme et de ses filles, décédées des suites d'une intoxication au monoxyde de carbone.
Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.