El Hachemi Djaaboub, nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale    Barça : Koeman réclame un attaquant    Rencontre entre Benbouzid et Chitour: L'utilisation des énergies renouvelables dans le secteur de la santé au menu    Lyon officialise l'arrivée de Paqueta    Le transport urbain collectif autorisé à circuler durant les week-ends    Finance islamique: accompagner et appuyer les banques par les lois nécessaires    L'Algérie a amorcé une étape de "changement positif"    Real Madrid: Hazard encore blessé !    Coronavirus : 162 nouveaux cas, 111 guérisons et 8 décès    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs    Mohamed Bedjaoui inculpé dans l'affaire de l'autoroute est-ouest    Justice: le verdict du procès de Mourad Oulmi reporté au 10 octobre prochain    DECES DU CHEIKH SABAH AL AHMED : Le président Tebboune présente ses condoléances    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Un groupe de travail pour renforcer la numérisation    ORAN : La mer rejette un corps à Ain Turck    SURETE NATIONALE (DGSN) : Saisie d'une quantité de cannabis traité et de psychotropes    Sud : accroissement du nombre de cas importés de paludisme    Sportifs d'élite et de haut niveau: des accès à l'emploi et études envisagés par le MJS    Le projet de révision de la Constitution garantit aux juges une large indépendance dans l'exercice de leurs fonctions    Accidents de la route: 5 morts et 153 blessés en une journée    Laghouat: un bouquet d'activités artistiques en ouverture de la saison culturelle    La question fait l'objet d'une profonde réflexion    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Benkhemassa dans l'équipe-type de la semaine    Le stage de Mostaganem a commencé    Aziz Benabdi signe pour 3 saisons    Mokka change de look    Labiodh Sidi Cheikh, une généalogie berbéro-arabe    Actucult    Véronique Cayla, ex-patronne d'Arte et du CNC, bientôt à la tête des César    Tazmalt marche pour la libération de son fils    Signature de huit conventions entre l'ADE et des microentreprises    À contre-"courant"    "Il est temps de restituer l'Etat à la nation"    L'Anie définit les contours de la campagne    Relogement de 138 familles    Le ministre promet d'ouvrir le dossier du secteur touristique    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    Amnesty dénonce un acharnement judiciaire contre les manifestants    Les Etats arabes n'ont pas respecté leur engagement    L'ONU appelle à préserver la paix    La collection Tin Hinan de retour avant la fin de l'année    Leur reportage et nos anémies citoyennes    À l'abandon depuis des années    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Le syndrome libanais    HUMEURS PREFABRIQUEES    Les délais de dépôt des comptes sociaux prorogés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger veut une réévaluation
Accord d'association avec l'UE
Publié dans Liberté le 11 - 08 - 2020

Lors du dernier Conseil des ministres, tenu dimanche, le chef de l'Etat a appelé à une réévaluation des accords commerciaux multilatéraux, dont l'accord avec l'Union européenne, en vigueur depuis 2005.
Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a donné instruction au ministre du Commerce, Kamel Rezig, "de procéder à une évaluation des accords commerciaux multilatéraux, régionaux et bilatéraux, notamment le dossier sur l'accord d'association avec l'UE qui doit faire l'objet d'une attention particulière faisant valoir nos intérêts pour des relations équilibrées", selon un communiqué publié, dimanche, à l'issue d'une réunion du Conseil des ministres.
Ainsi, la question de l'accord d'association est remise sur le tapis, mais, cette fois-ci, dans des circonstances politiques et économiques très différentes. Dans son programme politique, la nouvelle équipe au pouvoir semble vouloir opérer une réorientation fondamentale dans l'accord de manière à le rendre équilibré, plus acceptable. Cela est d'autant plus nécessaire compte tenu du besoin d'équilibrer les échanges commerciaux a fortiori dans le cadre d'une Zone de libre-échange (ZLE), dont l'entrée en vigueur est prévue pour le 1er septembre prochain. Créer une Zone de libre-échange équivaudrait à procéder à un démantèlement tarifaire total. Il y a quelques mois, le ministre du Commerce avait déclaré qu'il revenait "au gouvernement de trancher si nous devons procéder, en septembre prochain, au démantèlement tarifaire restant, ou pas". L'UE et l'Algérie préparent, en fait, la mise en place d'une Zone de libre-échange depuis le 1er septembre 2005, date de l'entrée en vigueur de l'accord d'association. Elles y travaillent de manière progressive de façon à ce que l'économie algérienne puisse soutenir la concurrence induite par une ouverture réciproque des marchés des pays membres de l'Union européenne et de l'Algérie. Aussi l'accord prévoyait-il une période de transition de 12 ans accordée à l'Algérie pour éliminer progressivement ses droits de douane sur des produits industriels, avec une possibilité d'appliquer une libéralisation sélective concernant les produits agricoles. Cette période s'est révélée, toutefois, insuffisante pour réaliser l'objectif fixé, ce pourquoi, la partie algérienne avait demandé, en 2012, que cette période de transition soit allongée et portée à 15 ans, jusqu'au 1er septembre 2020, pour certains produits comme l'acier, les textiles, les produits électroniques et l'automobile.
Le problème est que même aujourd'hui, alors que le contexte est difficile, l'économie nationale est loin d'être prête à faire partie d'une Zone de libre-échange et que le pays veut renégocier certains chapitres de l'accord d'association, notamment son volet commercial, car, en la matière, l'Algérie a perdu plus d'argent qu'elle n'en a gagné, comme le font ressortir les statistiques officielles. En effet, durant la première décennie de mise en application de l'accord, le pays n'a exporté vers l'Union européenne que pour 14 milliards de dollars. En revanche, elle a importé pour 220 milliards de dollars, soit 22 milliards de dollars par an. Il en a résulté un manque à gagner, sur dix ans, de plus de 700 milliards de dinars (plus de 7 milliards de dollars) en termes de recettes fiscales, et, rien qu'en 2016, le manque à gagner s'est élevé à 120 milliards de dinars (1,2 milliard de dollars).
Est-ce la faute des Européens ? Le problème, en fait, est que cet accord, négocié dans l'urgence, est faussé à la base, et qu'en conséquence, il n'a pas tenu compte des spécificités de l'économie nationale dont le seul moteur est l'énergie. Par ailleurs, l'apport en investissements attendu de l'Union n'a pas été à la hauteur des attentes d'Alger. Au cours de ces dernières années, les deux parties ont, cependant, essayé de rattraper le temps perdu, s'engageant à renforcer leur coopération en matière de diversification de l'économie algérienne, dans un contexte particulier induit par la chute des prix des hydrocarbures depuis 2014. Elles se sont félicitées, à cet égard, de l'adoption du "Cadre unique d'appui", qui définit les priorités de la coopération technique et financière bilatérale au titre de l'Instrument européen de voisinage pour la période 2018-2020 et où le soutien à la diversification économique figure en première place.
Youcef Salami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.