El Hachemi Djaaboub, nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale    Barça : Koeman réclame un attaquant    Rencontre entre Benbouzid et Chitour: L'utilisation des énergies renouvelables dans le secteur de la santé au menu    Lyon officialise l'arrivée de Paqueta    Le transport urbain collectif autorisé à circuler durant les week-ends    Finance islamique: accompagner et appuyer les banques par les lois nécessaires    L'Algérie a amorcé une étape de "changement positif"    Real Madrid: Hazard encore blessé !    Coronavirus : 162 nouveaux cas, 111 guérisons et 8 décès    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs    Mohamed Bedjaoui inculpé dans l'affaire de l'autoroute est-ouest    Justice: le verdict du procès de Mourad Oulmi reporté au 10 octobre prochain    DECES DU CHEIKH SABAH AL AHMED : Le président Tebboune présente ses condoléances    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Un groupe de travail pour renforcer la numérisation    ORAN : La mer rejette un corps à Ain Turck    SURETE NATIONALE (DGSN) : Saisie d'une quantité de cannabis traité et de psychotropes    Sud : accroissement du nombre de cas importés de paludisme    Sportifs d'élite et de haut niveau: des accès à l'emploi et études envisagés par le MJS    Le projet de révision de la Constitution garantit aux juges une large indépendance dans l'exercice de leurs fonctions    Accidents de la route: 5 morts et 153 blessés en une journée    Laghouat: un bouquet d'activités artistiques en ouverture de la saison culturelle    La question fait l'objet d'une profonde réflexion    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Benkhemassa dans l'équipe-type de la semaine    Le stage de Mostaganem a commencé    Aziz Benabdi signe pour 3 saisons    Mokka change de look    Labiodh Sidi Cheikh, une généalogie berbéro-arabe    Actucult    Véronique Cayla, ex-patronne d'Arte et du CNC, bientôt à la tête des César    Tazmalt marche pour la libération de son fils    Signature de huit conventions entre l'ADE et des microentreprises    À contre-"courant"    "Il est temps de restituer l'Etat à la nation"    L'Anie définit les contours de la campagne    Relogement de 138 familles    Le ministre promet d'ouvrir le dossier du secteur touristique    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    Amnesty dénonce un acharnement judiciaire contre les manifestants    Les Etats arabes n'ont pas respecté leur engagement    L'ONU appelle à préserver la paix    La collection Tin Hinan de retour avant la fin de l'année    Leur reportage et nos anémies citoyennes    À l'abandon depuis des années    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Le syndrome libanais    HUMEURS PREFABRIQUEES    Les délais de dépôt des comptes sociaux prorogés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités
Khaled Drareni
Publié dans Liberté le 11 - 08 - 2020

La condamnation, à une peine de trois ans ferme, du journaliste Khaled Drareni remet au goût du jour la précarité juridique du métier de journaliste. Cette sentence, la plus lourde jamais prononcée contre un journaliste condamné pour avoir exercé son métier, donne une preuve supplémentaire du fossé qui sépare les lois pourtant protectrices de la liberté de la presse et une réalité bien plus amère. Face au journaliste Khaled Drareni, qui a prouvé au tribunal que son arrestation est liée avant tout à son travail de journaliste, la juge a opposé des poursuites liées au droit commun. Pour éviter d'appliquer les termes du code de l'information, qui interdisent l'emprisonnement d'un journaliste, les autorités évoquent le code pénal. Pour éviter de devoir appliquer le code de l'information, les autorités semblent avoir trouvé l'arme fatale. Des journalistes, y compris parmi les plus chevronnés, indiquent que les enquêteurs et des juges posent désormais systématiquement la question sur la détention, par le concerné, de la carte de journaliste professionnel. Délivrée depuis 2014 par une commission constituée de journalistes, cette carte devait être temporaire. Parmi ceux qui l'ont obtenue, beaucoup n'exercent plus le métier de journaliste. Mais ils ont ce sésame que n'ont pas d'autres vrais journalistes qui, pour des raisons diverses, n'ont pas le document. "Nous avons essayé de nous défendre en indiquant que nous étions journalistes, les enquêteurs exigent la carte professionnelle officielle. Tout autre document, ou même notre parcours d'anciens journalistes reconnus n'a pas suffi", témoigne un journaliste qui a derrière lui une carrière de trente ans, qui a été un jour auditionné par des gendarmes.
Les correspondants et collaborateurs des médias étrangers sont les plus touchés par ce chantage à la carte "de journaliste professionnel". Certains d'entre eux peinent à obtenir l'accréditation à cause de l'absence de cette carte qui n'est plus délivrée depuis de longues années. La difficulté est plus accrue chez les correspondants des médias français dont les entreprises médiatiques ne délivrent pas de cartes professionnelles, la tâche incombant à une commission nationale composée essentiellement d'hommes et de femmes des médias.
Pourtant, le statut de journaliste de 2012 est clair : est journaliste celui qui tire au moins 50% de ses revenus d'une activité journalistique ou tout autre métier lié aux médias. Mais cela semble être mis de côté. Ce qui a poussé des journalistes à réfléchir à des actions qui permettent de régler définitivement la fameuse question : qui est journaliste et qui ne l'est pas ? Et cela, seuls les professionnels peuvent le faire.
Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.