Tebboune installe une commission pour l'amender    Une nouvelle vague d'anciens ministres concernée    Liberté de dire. Toujours !    "Libérez Drareni, libérez tous les détenus d'opinion"    Des robes noires s'insurgent contre les procès à distance    "Mes vérités..."    Plus de 50 milliards de dinars de perte    La justice à la recherche des complices de Haddad    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    Ce que prévoit la note du MJS    Benlamri proche de Getafe    Ferhat marque des points    «Des négociations sont en cours, il est à Londres»    La fille des Aurès    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    6 décès et 210 nouveaux cas en 24 heures    Fin prêtes pour accueillir les étudiants    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Le numérique, un geste barrière efficace ?    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Où est l'Algérie ?    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Le mouvement El Islah décide de voter "Oui" au référendum du 1e novembre    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Tlemcen: Une question de conformité    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





15 hectares détruits chaque jour à Tizi Ouzou
Les incendies de forêt continuent à faire des ravages dans la région
Publié dans Liberté le 15 - 08 - 2020

Dans nombre de cas, le facteur humain est à l'origine de ces incendies. Des plaintes ont d'ailleurs été déposées contre des pyromanes et des enquêtes ont été ouvertes dans d'autres cas.
La wilaya de Tizi Ouzou continue de subir les affres des feux de forêt qui ont ravagé, depuis le début de l'été, des milliers d'hectares de couvert végétal, aux quatre coins de la wilaya, comme le dévoilent les derniers chiffres de la Conservation des forêts qui fait état, durant cette même période, de 222 incendies qui ont détruit plus de 3 400 ha de superficie végétale, soit une moyenne de 3 incendies et de 15 ha brûlés quotidiennement, est-il précisé.
Dans le détail, le premier responsable de cette même Conservation, Ould Mohamed Youcef, a expliqué que les 222 incendies concernent les forêts, avec 76 incendies ayant détruit 924 ha, dont une grande partie de chênes-lièges.
Quant aux autres feux, ils concernent les broussailles et les maquis, avec 112 incendies qui ont détruit une superficie globale de plus de 2 000 ha et 34 autres incendies encore ont ravagé 378 ha d'arbres fruitiers.
"Avec tous les moyens dont nous disposons, auxquels se sont ajoutés ceux de la Protection civile et des APC, nous avons eu du mal à faire face à ce nombre important d'incendies", a encore déploré le conservateur des forêts.
Concernant les causes de ces départs de feu, et en plus de la forte canicule enregistrée cet été, M. Ould Mohamed a estimé que dans tous les cas, l'homme est, de manière directe ou indirecte, le facteur principal dans les départs de feu. "Dans la plupart des cas, le facteur humain est à l'origine de ces incendies. À cet effet, des enquêtes sont constamment menées sur le terrain pour déterminer l'origine de l'incendie, et lorsque ce facteur humain est prouvé, des plaintes sont systématiquement introduites en justice puis les auteurs poursuivis", a expliqué le conservateur des forêts.
Dans le même sillage, il a révélé que certains éleveurs n'hésitent pas, par exemple, à mettre le feu, délibérément, à certains espaces à l'effet de renouveler la végétation qui s'y trouve pour pouvoir nourrir leur bétail, alors que d'autres le font pour accaparer des morceaux de terrain, pour ensuite, les exploiter illicitement ou, carrément, y ériger des constructions. "À ce propos, nous avons déjà déposé plus de 20 plaintes et les enquêtes sont en cours", a-t-il précisé.
De son côté, le chargé de communication de la Protection civile, le capitaine Kamel Bouchakour, a fait part, hier, de 48 départs de feu enregistrés mercredi, dont 16 ont été déclarés importants, alors que pour les journées de jeudi et d'hier, la situation a été relativement calme, a-t-il déclaré.
K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.