Tribunal de Tipasa: Le procès de l'ex-wali d'Alger Zoukh reporté au 17 novembre    Le Vote Des Expatriés En Question    Tlemcen: Deux ministres, des annonces et des promesses    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Ligue des champions d'Europe: Gros suspense à Turin et Manchester    JS Kabylie: Zelfani mise sur le tournoi d'Alger    FAF: L'AGO a adopté les bilans    UN COMBAT CONTRE SOI    Covid-19: «Le retour au confinement partiel n'est pas exclu»    Recrudescence des cas de Covid-19: Hôpitaux : retour à la case départ ?    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    287 nouveaux cas en Algérie    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    LDC: Le Real arrache un nul inespéré à Gladbach    Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Le gardien Donnarumma positif au Covid-19    Rahmoun Yazid en renfort    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Actucult    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    BMS Corona    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les non-dits
20e partie
Publié dans Liberté le 17 - 09 - 2020

Résumé : Fadhéla accepte la proposition de Rédha, celui-ci est heureux et soulagé. Il ne veut pas décevoir sa mère et sa sœur. Il ne veut pas perdre de temps et tient à officialiser rapidement pour lancer la procédure du regroupement familial. Ils se séparent, en se promettant de s'appeler. Rédha rentre à la maison et apprend la nouvelle à sa mère. Elle demande s'il tient vraiment à Fadhéla et si ce n'est pas pour lui faire plaisir.
Nedjma panique. Elle est suspendue à ses lèvres. Où veut-il en venir avec cette question ? Ses idées noires lui reviennent. Elle se demande s'il allait confirmer ses craintes. Sinon, pourquoi lui parlerait-il de tenir le coup ?
-Tu es bien pensive, remarque Rédha. Je m'attendais à plus de réactivité de ta part.
-Ça dépend, murmure-t-elle en ayant la chair de poule. Elle se frotte les bras, sous son regard étonné.
-Ne me dis pas que préparer mon mariage te sera difficile ?, l'interroge-t-il. Je te sais plus forte. Je ne te demande pas de me construire une maison, mais juste d'organiser un rendez-vous et une demande en mariage. Si tu veux, on le fête rapidement et tu invites qui tu veux. Ou bien tu ne veux pas que je me marie cette année ?
-Non ! Oh Rédha, j'ai attendu ce jour toute ma vie !, dit-elle en se sentant revenir à la vie, maintenant que ses doutes se sont dissipés. Tu veux te marier quand ?
-Après Samra. Enfin tu verras avec sa famille. Peut-être qu'ils n'accepteront pas qu'on se marie tout de suite ?
-Dès que ta sœur rentrera, elle organisera notre visite, dit-elle. On partira quand ils veulent. On ne peut pas forcer leur porte, plaisante-t-elle, des larmes aux yeux. Je suis si heureuse.
Nedjma n'oubliera jamais cette soirée. Samra et Bryan ont applaudi à la nouvelle. Ils passent la soirée à parler de la demande en mariage à laquelle Bryan voulait assister.
-Chez nous, la première rencontre se fait entre femmes, dit Samra. Mais la prochaine fois, on t'emmène, promet-elle.
Le lendemain, elles se rendent chez les parents de Kahina, accompagnées de Rédha. La première prise de contact se passe bien. En fait, toute la famille est enchantée. Nedjma a apporté des cadeaux pour Fadhéla, outre le bouquet de fleurs et la boîte de gâteau. Rédha use de sa beauté et de belles promesses pour se rapprocher d'eux. Si la mère veut de belles parures en or, de belles tenues, Kahina refuse.
-Yemma, il a toute la vie pour la combler de bijoux et autres. Tout ce qui importe en cet instant, c'est d'officialiser. On ne veut que leur bonheur. Ils sont tous deux jeunes. Ils auront d'autres projets. Yemma, une belle vie attend ma sœur. Tout ce qui est matériel est dérisoire. On n'a pas besoin de profiter. Leur foyer sera prospère, si Dieu le veut.
-Chère belle-famille, on est pris par le temps, intervient Samra. Je me marie dans quelques jours. On ne peut pas organiser leur mariage maintenant. Donnez-nous quelques jours. Après mon mariage, on s'occupera d'eux. Vous ne serez pas déçus, promet-elle. Au fait, vous êtes bien entendus tous invités, à mon mariage!
-Mais Samra, moi, je veux me marier tout de suite. Pourquoi ne pas le fêter le même jour que toi ?, propose Rédha. La famille n'aura pas à se déplacer deux fois.
La famille de Fadhéla est prise de court et demande un temps de réflexion. Rédha insiste pour avoir une réponse rapidement.
-Je ne crois pas qu'ils vont accepter, dit Nedjma, une fois qu'ils sont de retour à la maison. Ils ne nous connaissent pas assez. Mais qu'est-ce qui t'a pris de leur mettre la pression ?
-Yemma, je veux repartir avec le livret de famille en main. Tu sembles oublier que la procédure prend du temps, lui rappelle Rédha. Et moi, je veux en gagner. D'ici demain, on saura si elle tient vraiment à moi.
Il ne se trompe pas. La famille de Fadhéla les appelle le lendemain pour leur faire part de leur consentement.
-Allez, on y va.
Rédha emmène sa mère faire les boutiques spécialisées pour les mariées. Ils lui prennent tout ce qu'il y a de plus beau et plus cher. Samra, de son côté, a parlé au propriétaire de la salle. Comme elle est libre en soirée, elle la loue. Elle fait plusieurs commandes de gâteaux et choisit le menu, sans attendre leur avis. Il reste moins d'une semaine avant la date fatidique. Nedjma a l'impression de rêver. Elle ne marche pas. La joie lui donne des ailes.

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.